La vache qui pleure ! retour au lait naturel, une question de sante

RICHEZ-LEROUGE, VERONIQUE

livre la vache qui pleure ! retour au lait naturel, une question de sante
EDITEUR : NOUVEAU MONDE
DATE DE PARUTION : 11/03/16
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
18,00 €

SYNOPSIS :

Le  lait  industriel  colonise  nos  hypermarchés.  Ce  lait  est  «  cracké  »  (technique  issue  de  l'industrie  pétrolière),  décomposé  en ingrédients  (poudre  de  lait,  matière  grasse,  caséine.)  vendus  à  l'industrie  agroalimentaire.  Une  fois  recomposé,  le  lait  dit  «  UHT  », perd  la  majeure  partie  de  son  potentiel  nutritif  et  en  plus,  devient  allergène. Le  chauffage  éclair  du  lait  (2  secondes  pour  atteindre  160°)  crée  une  barrière  à  l'assimilation  du  calcium  dans  le  système  digestif.  La détérioration  de  certains  enzymes  favorise  les  allergies  aux  protéines  de  lait  de  vache,  qui  affecte  7%  des  nourrissons.  Enfin, l'explosion  des  molécules  de  gras  favorise  leur  pénétration  dans  le  sang  et  accroît  les  risques  de  mauvais  cholestérol.   Contrairement  à  tout  ce qu'on  nous  dit,  le  lait  industriel  stérilisé  s'avère  plus  toxique  que  le  lait  cru,  qui  au  contraire,  renforce le  système  immunitaire  de  l'enfant. Ces  mises  en  garde  s'appuient  sur  des  études  scientifiques  récentes  et  sérieuses,  qui  ne  sont  pas  entendues. Dans  les  médias  s'affrontent  l'industrie  laitière,  qui  propose  un  produit  mutant  et  allergène,  et  les  multinationales  céréalières,  qui exercent  un  lobbying  pour  le  lait  de  soja.  Ce  dernier  est-il  une  alternative  sérieuse  ?   Les  industriels  rêvent  de  faire  boire  du  lait  à  toute  la  planète  jusqu'aux  tréfonds  de  l'Asie.  Par  tous  les  moyens.  Pour  cela  aux  États-Unis
 et  en  Chine,  des  fermes  usines  entassent  des  milliers  de  bovins  traités  aux  antibiotiques  et  aux  hormones  de  croissance.  Des produits,  interdits  en  Europe  et  au  Canada,  qui  passent  dans  le  sang  puis  dans  le  lait.  Les  futurs  accords  transatlantiques  pourraient leur  ouvrir  ces  marchés.  Des  géants  du  yaourt  européen  mentent  aux  consommateurs  :  «  Produit  à  base  de  lait  local  ?  »  Des camions-citernes  remplis  de  poudre  de  lait,  moins  chère,  arrivent  la  nuit  de  Pologne  ou  d'ailleurs. Ces  yaourts  dont  on  vante  les atouts  santé  sont  gavés  de  probiotiques  et  favorisent  l'obésité. Tous  les  coups  sont  permis  pour  gonfler  la  quantité  de  lait  dont  la quantité  finale  est  souvent  supérieure  à  celle collectée...  Pourquoi  ?  De  l'eau  de  rinçage  et  de  nettoyage  dans  les  cuves  pour gonfler  artificiellement  les  volumes  ! Chez  les  grands  laitiers,  le  lait  UHT  appauvri  arrivé  à  sa  date  limite  de  péremption  ou  de  mauvaise  qualité,  arrive  sur  un  second marché,  pour  être  réutilisé  pour  faire  des  fromages  crémeux  comme  le  Boursin  ou  le  Kiri.  Le  lait  est  traité  à  l'azote  liquide,  ce  qui donne  30%  de  plus  de  quantité. Seules  3%  à  5  %  des  fermes  françaises  échappent  aujourd'hui  aux  géants  de  l'industrie.  Pour  combien  de  temps  ?  Le  lait  dans  son ensemble  est  sur  le  banc  des  accusés  alors  que  les  laits  vivants,  les  vrais,  sont  une  merveille  pour  la  santé.
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.37 kg