La vague

STRASSER, TODD

EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 19/02/09
LES NOTES :

à partir de
6,30 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d'Histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort : « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l'Action. » En l'espace de quelques jours, l'atmosphère du paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre
arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader. Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ? « Ce best-seller, qui est devenu un manuel d'Histoire en Allemagne et un film, souligne qu'il est facile de se transformer en petit fasciste du jour au lendemain. » Philippe Vallet - France Info @ Disponible chez 12-21 L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
31 personnes en parlent

Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, un professeur d'histoire tente une expérience sur sa classe. Il crée un mouvement basé sur la discipline et l'unité de groupe. En quelques jours, les élèves abandonnent leur libre-arbitre pour suivre le mouvement sans se poser de questions.L'idée de départ est bonne, le résultat est raté.D'une part, c'est très mal écrit, très didactique, artificiel et superficiel, alors que l'intérêt du roman aurait été justement d'analyser les pensées des jeunes gens qui basculent peu à peu dans le totalitarisme. On a du mal à comprendre pourquoi les lycéens se laissent embarquer aussi vite, ce qui est pourtant le but de la démonstration.Ensuite, la fin est un peu "violente" psychologiquement : alors que les membres du groupe se sont contentés d'être dociles, le professeur les assimile à des nazis guidés par Hitler. Or il faudrait faire la part des choses, le contexte n'est pas le même que les atrocités commises pendant la seconde Guerre Mondiale... L'accusation est démesurée et du coup la "leçon" qu'il veut leur donner n'a plus aucun poids selon moi : il n'a rien démontré. Contrairement au film où il pousse les élèves dans leurs derniers retranchements et teste leurs limites.Mieux vaut voir le film, sans aucun doute.

Radicale
26/08/09
 

Le fait est intéressant mais la manière dont il est écrit laisse à désirer... On se croirait dans un film américain où la première de la classe sort avec le plus beau des footballeurs (américains bien sûr !).Parfois les choses, les sentiments sont dits et redits pour bien appuyer au cas où on n'aurait pas compris.

bibchrys
10/03/09
 

La vague...Ce ne fut pas celle d'Hokusai, car lors de ma lecture on ne peut pas dire que ce texte m'ait emporté très loin. Et pourtant, voilà bien un sujet comme je les affectionne; complexe et incitant à la réflexion.Ce jeune professeur américain, si enthousiaste incitant ses élèves à envisager la montée du nazisme d'une manière différente, m'a laissé perplexe. Ce protagoniste est malheureusement caricatural et fort irréfléchi. Malgré cette inconsistance des personnages, le schéma de cette montée en puissance reste intéressant à découvrir. Vivamu

Vivamu
27/03/12
 

Un sujet très original et oppressant qui aurait pu séduire davantage le public s'il n'y avait pas eu ce traitement ultra-américanisé... Et il faut admettre que le style n'est pas extraordinaire non plus.

Shirayukihime
14/01/12
 

Certains livres passent, et ne restent pas. D'autres, comme La Vague de Todd Strasser, font partie de ceux dont on sait qu'ils resteront. Ce petit livre de 221 pages, qui se lit très rapidement, est un ouvrage qui devrait être lu par tout le monde. Surtout maintenant que la Seconde guerre mondiale et ses horreurs s'éloignent de plus en plus dans le temps.Concernant l'histoire, cela donne la chair de poule de savoir qu'il s'agit d'une histoire vraie. J'en avais beaucoup entendu parler, aussi, je me suis décidée à le lire. Il faut dire que j'étais assez dubitative et j'avais du mal à m'imaginer comment une classe puis tout un lycée peuvent tomber dans un totalitarisme digne de la période nazie. Et, croyez-moi, c'est plus que troublant... Finalement, je me suis posée la question de comment je me positionnerai personnellement : est-ce que je me rendrai compte de l'embrigadement ? Pas si sûr.Le final est assez bien pensé : le professeur a su se relever, se reprendre. Car tout au long de l'ouvrage, on le sens désœuvré, tiraillé : à la fois conscient de la dangerosité de ce qu'il a crée, et en même temps subjugué par le pouvoir dont il est soudain investi.Ce livre est une belle leçon d'humanité, de liberté. Et surtout, il nous rappelle qu'il ne faut pas oublier le passé pour apprendre de nos erreurs et ne pas les reproduire car "un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir". Marylin

marylinm
08/12/11
 

Bien qu’étant assez court, ce roman montre bien, pour peu que l’on ne soit pas très axé sur le détail, le mécanisme d’endoctrinement d’un groupe. Et le moins que l’on puisse dire, c’est tout cela peut aller très vite.J’ai trouvé les personnages assez stéréotypés. L’écriture et le style, simples, sans grande recherche et sans fioriture, laissent le lecteur se concentrer sur les faits et les le processus d’endoctrinement.Le livre ne manque par pour autant d’intérêt. Il remet chacun et chacune face à la tentation permanente d’uniformisation, de nivellement. La massification peut revêtir des formes extrêmement variées, et souvent anodines."Chérie, n’oublie pas que ce qui est à la mode n’est pas forcément bien."p 86Voilà une chose que l’on comprend difficilement quand on est adolescent, âge où l’on préfère faire comme tout le monde pour ne pas avoir l’impression d’être rejeté par le groupe.

mimipinson
15/06/11
 

Ouais trop bien mais pas assez poussé ça aurait été bien que ça aille plus loin après si quelqu'un a des infos sur le film...

Blake
26/09/09
 

Encore pour mon esprit un peu tordu, je me suis achetée "La Vague", de Todd Strasser. Peut-être parce que j'avais été intriguée par le film "American History X" (ou les muscles d'Edward Norton, plutôt...), et le neo-nazisme. Bref, quand j'ai vu la bande-annonce du film que j'ai raté au cinéma, je n'ai pas longtemps hésité pour m'acheter le livre.Tiré d'une histoire vraie, il raconte comment, aux Etats-Unis, dans la fin des années 60, en quelques semaines, un prof d'histoire sympa, jeune et dynamique, a monté une petite expérience dans sa classe. Dans le but d'expliquer l'embrigadement dans les jeunesses hitlériennes, il a développé la motivation hors normes de ses élèves envers une nouvelle forme d'idéologie : La Vague. D'aord perçue comme un jeu, elle va devenir bien plus que cela : une véritable petite dictature au lycée.Le slogan : "La Force par la Discipline, La Force par la Communauté, La Force par l'Action". Les adolescents ont maintenant de bonnes notes, se soutiennent entre eux, s'entraident, n'excluent plus les associaux de la classe, le paradis quoi... Puis, l'uniformité, la disparition du libre-arbitre, la persécution de ceux qui refusent La Vague.Et voilà ! un petit régime fasciste s'installe, sans qu'on l'ai vu venir...C'est un livre (je ne dirai pas roman) assez court (c'est dingue la taille des lettres dans l'édition que j'ai choisi, je ne suis pas une grand-mère !), qui développe, sans fioriture, le parcours initiatique de ces élèves influençables (personnellement, ce n'est pas mon prof de latin de seconde, franchement ennuyeux, qui aurait réussi à me faire faire ça !). Car il s'agit bien d'une initiation, ce livre est devenu un manuel d'histoire en Allemagne, paraît-il. Il suffit d'avoir l'air sympa pour que tout le monde vous écoute, vous suive, à une période où, justement, les jeunes gobent tout... M'est avis que si Zac Effron s'y mettait, pas de doute, on le suivrait toutes ! C'est un bon exemple de manipulation mentale.Personnellement, j'ai bien apprécié cette lecture, pour moi, essentielle dans l'éducation des jeunes. Et la fin devait forcément être brutale pour les faire sortir de leur dangereuse transe. A recommander à tous les ados d'aujourd'hui !

Emmab666
21/01/16
 

"La Vague" de Todd Strasser Très bon livre, très intéressant !

beraud@archimed.fr
17/11/15
 

Ben Ross enseigne l’Histoire dans lycée des États-Unis. Il essaye toujours de rendre ses cours vivants, ce qui lui vaut une réputation de « bon prof » ou de prof « intéressant ». Alors qu’il aborde le nazisme en cours, il décide de mettre en place une expérience dans l’une de sa classe : La Vague. L’idée lui est venue alors qu’il ne savait pas quoi répondre à l’une des questions de ses élèves : « Mais pourquoi les Allemands n’ont rien dit, rien fait, lorsqu’ils ont vu ce qui était fait aux Juifs ? ». Dès lors, il va s’évertuer à recréer l’ambiance qu’il y avait dans la société allemande sous la domination des Nazis afin de trouver des réponses et donner une leçon mémorable à ses élèves. Seulement, le mouvement se propage plus rapidement qu’il ne le pensait. Bientôt, tout le lycée est impliqué et la situation lui échappe.Il faut savoir que ce livre n’est « que » l’adaptation du film. Qui lui-même est une adaptation du témoignage du professeur Ron Jones, à l’origine de l’expérience. Il n’y a là rien de très dérangeant… mais il ne faut donc pas s’attendre à lire un témoignage, c’est romancé. Pour être tout à fait clair, c’est une fiction librement inspirée de faits réels. Cela reste très intéressant à lire. D’autant plus que ce roman se dévore en peu de temps. On voit évoluer la situation en seulement quelques jours. Cela commence comme un jeu et cela se termine par une dictature, avec des actes plus que surprenants. Cela permet aussi au lecteur de mieux comprendre les mécanismes qui ont permis au nazisme de s’installer : entre autres, l’utilisation de la peur, les menaces, les intimidations qui font que personne ne proteste.Si j’ai apprécié ma lecture, j’ai tout de même été déçue par un point. Ce que je retiens de ce livre c’est l’image du professeur, Ben Ross. J’ai refermé le livre en me disant qu’il était totalement inconscient. La situation lui échappe, mais c’est presque normal puisqu’on dirait qu’il n’a rien préparé… Il lance son expérience sans savoir où il veut aller, alors qu'elle risque de marquer durablement les cobayes. C’est du moins l’impression qu’il donne. Et je trouve dommage de terminer le roman sur une impression pareille. C’est peut-être la narration qui donne ce sentiment : on ne s’appesantit pas sur l’histoire, les actions ce succèdent sans qu’on s’y attarde vraiment, sans qu'il y ait de véritables explications. Le roman atteint toutefois son but : il est prenant et il fait réfléchir.En conclusion, un roman instructif dont je recommande la lecture. Même si je regrette le flou artistique qui entoure la préparation du professeur, je trouve que ce livre permet de mieux comprendre le nazisme – et plus globalement toute dictature – et son emprise sur les populations. Lady K

LadyK
14/01/15

Il s’agit là d’un fait réel retranscrit de façon romancée, nous dit-on. Rien que de voir de quoi il va être question nous fait prendre conscience que si la mémoire oublie un temps soit peu, le pire peut se reproduire encore et encore en partant de finalement pas grand-chose.Ben fait partie de ces profs qui me font toujours rêver quand on en voit dans les téléfilms. Vous savez, c’est ce prof différent que les élèves aiment bien car ses cours sont vivants et demandent de l’implication de la part des lycéens.Un cours, un simple exercice pour voir, et ils en redemandent encore et toujours plus. Ce à quoi le professeur répond par la positive, lui-même se prenant au jeu de cette communauté et du pouvoir que cela lui offre.Une chronique courte pour un livre choc qu’on ne devrait pas avoir à faire découvrir aux autres, tant il apparaît évident une fois terminé que tout un chacun devrait le connaître et le posséder.

bookworm02
26/08/14
 

Must ados Un livre facile à lire et le vocabulaire n’est pas très compliqué. Il est très intéressant car tiré d’une histoire vraie. Il permet au lecteur de mieux comprendre ce qui s’est passé pendant la seconde guerre mondiale et le fascisme. Les personnages principaux sont des adolescents et l’histoire se passe vers la fin du 20ème siècle donc chaque adolescent se sent concerné. C’est un livre pour les filles aussi bien que pour les garçons.

J'ai lu ce livre avec un sentiment d'incrédulité mêlé d'un malaise croissant face aux conséquences de l'expérience tentée par ce professeur sur ses élèves. L'enseignant est lui-même rapidement dépassé par les événements, d'abord ravi de constater que la discipline fait régner l'ordre et l'égalité, envoûté aussi par son nouveau statut de leader. Puis le manque de discernement des lycéens l'effare, de même que la violence et la peur qui vont surgir... Mais comment peut-il revenir en arrière sans créer de traumatisme chez certains ? et surtout comment va-t-il parvenir à l'effet escompté au départ chez ces jeunes indignés par le comportement de la population allemande pendant le nazisme : montrer la nocivité du groupe et du totalitarisme qui l'accompagne ici.Un roman tout à fait intéressant, notamment pour les adolescents (conseillé à partir de 15 ans). Canel

Canel
08/11/13
 

Avant de partir au travail hier matin, je l’ai aperçu dans ma bibliothèque. Il m’a fait de l’œil, alors je l’ai mis dans mon sac. Deux trajets en train plus tard, l’affaire était pliée. Comment les Allemands ont-ils pu laisser faire de telles horreurs ? Un professeur d’histoire tente de répondre à la question que se posent ses élèves en tentant une expérience : créer un parti, la Vague. Au départ perçu comme un facteur de cohésion, d’entente et d’égalité, le parti prend rapidement de l’ampleur… trop d’ampleur. Salut, slogans, menaces, bagarres… Quelques réfractaires essaieront d’arrêter ce qui pourrait finir en désastre. Une fable efficace, qui montre la noirceur qui sommeille en chacun, et qui éclaire à sa manière l’Histoire… A faire lire à tous les ados.

Melacloche
14/06/13
 

Ben , professeur d'histoire étudie avec sa classe de terminale étudie la montée du nazisme en Allemagne avant et pendant la deuxième guerre mondiale .A la question des élèves "pourquoi tout le monde suit et ferme les yeux ? "Ben décide de leur faire vivre une expèrience basée sur la discipline , expèrience qui réussit au delà de toute espérance. La plupart des élèves perdent leur libre arbitre et suivent aveuglément le leader sans se poser de questions .L'auteur a voulu nous démontrer comme il est facile de mener un groupeet de "posséder" les esprits. A la lecture de ce livre , on comprend mieux l'impact des sectes sur une population "faible".A la lecture des critiques , je m'aperçois que beaucoup de lecteurs reprochent le style et la mauvaise écriture de l'auteur mais personnellement , je n'en ai pas souffert.

nelson43
24/04/13
 

J'ai beaucoup aimé ce livre. C'est un des rares livres à lire par l'école que j'ai aimé. Franchement, je n'aime pas trop les livres comme ça, mai cela là, j'ai accroché !A lire. :-)

vincent95610
17/12/12
 

'La Vague' est basé sur une expérience réelle de cinq jours, menée pendant un cours d'histoire dans un lycée de Californie. Alors qu'ils étudient la Seconde Guerre mondiale, les élèves s'interrogent sur la facilité avec laquelle le peuple allemand a suivi Hitler et sa doctrine de haine. ben Ross, leur professeur d'histoire décide alors d'appliquer certains principes du nazisme et ainsi donner à sa classe le sentiment d'appartenance à un groupe. Ce livre crée un vrai malaise chez le lecteur, témoin impuissant de l'engrenage, qui ne peut que se demander jusqu'où le prof va entrainer ses élèves ; Tout cela est glaçant et rappelle l'expérience de Milgram sur la soumission à l'autorité , illustrée dans le film de Costa-Gavras I comme Icare: la plupart des personnes sont capables d'infliger des chocs électriques pouvant entrainer la mort à une autre personne dès lors qu'un "scientifique" le demande . C'est glaçant mais très instructif.

dvan
22/11/12
 

:« Ma chérie, nous t’avons élevée pour que tu apprennes à penser par toi-même, et non à faire comme tout le monde » page 86La lecture de ce livre m’a apporté un éclairage sur un fait divers dont j’avais entendu parler à l’occasion de la sortie du film éponyme.Je reste étonnée de la vitesse des événements quels qu’ils soient.Que ce soit lorsque le groupe se met en place et devient un bloc obéissant sans qu’un seul se rebelle. (le livre aurait dû faire mention de la durée réelle pour que cela reste réaliste).Que ce soit lors de certaines prises de conscience, à mon goût trop rapides pour être crédibles. Spoiler:(Entre autre celle de David, le petit ami de Laurie).Que ce soit pour les réactions entre élèves ou adultes.Après cela reste une assez bonne analyse (bien que superficielle) de ce qu’on peut obtenir d’un groupe de personnes pour peu qu’on sache leur parler et qu’on les « capte » au bon moment. Je crois que ça c’est très important, le BON MOMENT, on peut changer le cours des choses si on arrive dans la vie de quelqu’un à l’instant où la personne ressent le besoin de quelque chose (exemple frappant avec les sectes).Comme on le découvre à travers ce fait, les gens n’ont plus à penser par eux-mêmes, n’ont plus d’analyse, ni de questionnement.Tout devient hors contrôle et on fait moins la différence entre les bons et les mauvais. Il faut trouver des excuses si on ne suit pas les ordres du groupe.Dans ces cas-là, ceux qui étaient « éteints », comme Robert, peuvent être mis en lumière.Le professeur s’est pris au jeu, on parle de lui…N’a-t-il pas perdu de vue son objectif de départ parce que d’un coup il s’est retrouvé avec le « pouvoir » en mains ? N’a-t-il pas été grisé ?L’écriture est simple, ( je n’ai pas dit simpliste), le livre pas très épais. Peut-être dans le but de toucher un maximum de personnes, comme une mise en garde, une leçon ? Un peu comme Matin Brun de Franck Pavloff.Il faut rester vigilant et il est bon que certains livres nous le rappellent….« ….et pour le restant de vos jours, jamais, au grand jamais, vous ne permettrez à un groupe de vous déposséder de vos libertés individuelles. » Page 217

Cassiopea
22/11/12
 

A partir d'un fait réel qui s'est produit en 1969 dans un lycée de Palo Alto en Californie, l'auteur narre l'histoire d'un professeur qui transforme peu à peu ses élèves en petits soldats au service d'un dictateur, dans le but d'en faire une expérience.L'idée est passionnante, le récit décevant. On ne sait rien des mécanismes qui conduisent à la soumission des élèves. Il n'y a aucune analyse. Certains d'entre eux, une fois embrigadés, feront aussi rapidement volte face sans qu'on puisse percevoir les réflexions qui les y ont conduit. Dommage ! J'aurais imaginé un récit agrémenté d'analyses de psychologues, de psychiatres, d'historiens, d'enseignants etc...

Coppelia
17/11/12
 

Moi, j'avais aimé à l'époque ce livre (et le film); c'est toujours intéressant de voir comment on peut être manipulé; cela oblige à réexaminer nos idées politiques ou autres. Certes l'expérience a mal tourné mais cela fait réfléchir. Je ne sais pas trop pourquoi ce livre rejoint dans ma tête le Cercle des poètes disparus. Où est la critique de Coppélia? berthe

afbf
17/11/12
 

J'aime en général beaucoup les histoires vraies, peut être parce que les évènements n'y sont pas exagérés. J'ai donc beaucoup apprécié ce court roman ( 153 pages seulement ). Dès le début du livre, on nous prévient que l'histoire est basée sur un évènement qui s'est déroulé aux Etats-Unis dans les années 70. Après avoir fait quelques recherches, il semble que le roman raconte en détails ce qu'il se serait passé (du moins concernant le mouvement "la vague", de sa création à sa fin). Ce roman est facile à lire. Il est court, il y a peu de descriptions, beaucoup de dialogues. On peut lui reprocher cependant de ne pas être très approfondi. L'auteur nous résume la semaine lors de laquelle "la vague" a été mise en place, basant son récit sur l'expérience de deux personnages: le professeur et une élève, mais l'histoire reste très superficielle. Par ailleurs, la fin est vraiment trop rapide. On a du mal à croire qu'elle puisse être vraie. Tout le long du roman, certains personnages tentent de faire comprendre aux autres que "la vague" c'est dangereux et personne ne les écoute, ils se font agresser à cause de ça etc. A la fin de la semaine une personne leur dit que c'est mal et tout le monde se rend compte que c'est la vérité. J'ai trouvé ça un peu gros puisque s'ils croyaient vraiment en ce qu'ils faisaient, ça n'aurait rien changé. J'ai peut être été déçue par cette fin parce qu'il y a quelques mois j'ai vu l'adaptation en film. J'essaye toujours de lire un roman avant d'en voir l'adaptation parce qu'en général je préfère ce que j'ai vu/lu en premier. Bref, le film (que je recommande d'ailleurs) diffère du livre sur beaucoup de points. Le lieu est différent, mais on peut aussi suivre les agissements de "la vague" et la fin est beaucoup plus marquante. Bien que ce ne soit pas une adaptation fidèle, le film semble beaucoup plus développé que le roman. En résumé, La Vague de Todd Strasser est un bon roman, mais qui aurait mérité d'être plus approfondi.

LucyGray
28/06/12
 

Dans toute sa simplicité, ce livre montre que les hommes peuvent reproduire les mêmes erreurs que par le passé. La prise de conscience est immédiate quand on voit jusqu'où l'expérience réalisée dans un lycée a pu arriver en peu de temps : la création dun mouvement par un professeur pour faire comprendre la vie pendant le nazisme à des élèves va rapidement dériver vers un totalitarisme où les non adhérents vont être exclus et menacés au profit d'une solidarité naissante et effrayante. Un livre à lire !

un flyer
20/06/12

Aux Etats-Unis, un prof de lycée décide de mener une expérience avec ses élèves pour les amener à comprendre comment le peuple allemend a pu sombrer dans le nazisme. Surprenant et effrayant car ce livre est tiré d'une histoire vraie !

fdm77
05/06/12
 

Court livre. Mais qui suffit à vous laisser le souffle coupé. Une simple expérience pour comprendre comment les allemands ont pu les nazis faire, expérience qui se masque en un jeu qui devient bien plus, et qui nous retourne, et nous fait poser un tas de questions. Au moins, à la fin, on est sûr de comprendre comment Hitler à réussi son coup. Tout part d'une simple amélioration en cours, à une propagande. Et l'effet, que nous lecteurs aperçevons bien vite à l'aide des différents points de vues, m'a donner des frissons dans le dos, heureusement qu'ils n'ont pas été trop loins non plus, mais ça suffit. Finalement, je me suis dit que former un groupe pareil c'est juste ne plus avoir de cerveau, et je me disais "est-ce réellement possible franchement ?" mais ouais. Il est possible de nous couper entièrement notre libre arbitre sans que l'on s'en rende compte. J'ai beaucoup aimé, le style d'écriture était sympa, et les personnages m'ont plu, dans leur évolution, et dans la preuve que "La Vague" est réellement une expérience qui a réussi. Et franchement j'ai adoré la fin. Enfin voilà, j'ai bien aimé. Mais, ça ne pas autant choquée que ça. Ca m'a par contre appris beaucoup de choses.

yuukichanbaka
11/04/12
 

Voilà un livre intéressant par la démonstration qu'il propose, mais et après ?On a à peu près tout dit sur ce livre qui explique très bien les mécanismes de la montée du nazisme, ainsi que les groupes de résistance qui peuvent, eux aussi, se créer.Mais ce livre est une histoire très "américaine" ou tout est bien qui fini bien : une fois que le professeur décide de mettre fin au système qu'il a créé, tout rentre dans l'ordre. Les ados retournent docilement chez eux et le prof en question prend même sous son aile la tête de turc de la classe.Cette fin est un peu trop belle pour moi, car l'historie racontée s'est déroulée "en vrai" et je ne suis pas sûr que tout le monde en soit sortie indemne, ce que le roman ne montre pas.Peu de retour et d'introspection sur les faits, uniquement la description de ceux-ci, bref, j'ai trouvé que ce livre manquait de profondeur.Il me reste maintenant à voir le film.L'image que je retiendrai :Celle de Laurie, sortant du lycée en pleine nuit en courant, ayant aperçu une ombre. Alex-Mot-à-Mots

AlexMotaMots
23/01/12
 

Bon c’est le genre d’histoire qui choque je dirais, et ça a eut l’effet escompté. Moi ce genre de trucs ça me fait trembler, ça me trouble, ça me retourne, ça me fait réfléchir aussi. Tout part d’une simple expérience et ça vire vraiment à l’enfer. Et heureusement certaines personnes réfléchissent encore par eux même, parce que si ça avait continué, je pense que ce serait aller beaucoup plus loin (torture? meurtre?). C’est un très bon livre, l’histoire est bien écrite, et change souvent de point de vue, du coup on peut à peu près voir ce que les gens pensent de ce qui se passe et tout. On se rend compte aussi que “la communauté” c’est peut-être bien, mais que les gens ne pensent plus par eux-même, ils ne pensent qu’au travers du groupe, et ceux qui ne veulent pas en faire partit ont peur et se cachent (ou bien ils en font partit quand même). Et puis il y a ceux qui se sentent mieux dans leur peau grâce à cela, parce qu’avant ils étaient en bas de l’échelle et qu’aujourd’hui les gens l’apprécient au même niveau que les autres, il se sent égal aux autres. C’est un personnage qui m’a drôlement touché, même si plus ça allait plus je le trouvais VRAIMENT flippant (pour moi c’était vraiment celui qui m’a le plus foutu la trouille).

lasurvolte
10/01/12
 

J’étais très curieuse de découvrir ce (très) court roman, en raison de son sujet fascinant. Qui ne s’est jamais posé la question (ou bien c'est juste mon côté anthropologue torturée qui ressort) : et si un jour tout recommençait ? Serions-nous capable de le sentir, de tout stopper assez vite ? Est-ce que le passé est définitivement révolu ? Est-ce qu’on est protégés par l’horreur de ce qui s’est passé pour ne plus jamais y succomber de nouveau ? J’étais très curieuse de voir comment l’auteur aller traiter le sujet, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de pure fiction : en effet cette expérience aux conclusions effrayante à bel et bien eu lieu aux Etats-Unis en 1969. Je craignais également un peu cette lecture, j’avais peur de me trouver face à quelque chose de surfait, peu crédible, surtout concernant le dénouement.Au final, j’ai vraiment beaucoup aimé cet ouvrage. Totalement happée par ma lecture, je l’ai lu pratiquement d’une traite. Une fois prise dans la Vague, impossible de reposer mon bouquin. On vit littéralement au rythme de ces sept jours, voyant la situation se dégrader, sans pour autant parvenir à trouver l’élément déclencheur. Et c’est ce qui est le plus dérangeant au final : impossible de dire à partir de quand tout part en vrille. Quelle action, quelle parole prononcée fait basculer le jeu vers la catastrophe ? J’ai cherché tout au long de ma lecture, et je n’ai pas réussi à déterminer la nature de ce point de non retour. C’est effrayant, une expérience basée sur des concepts plus que sains : discipline et esprit de groupe, tourne tout à coup à l’horreur sans que l’on sache pourquoi, par juste enchainement des choses. Et le pire dans tout ça, c’est que l’expérience pourrait être reconduite aujourd’hui avec les mêmes résultats ; les jeunes sont des jeunes ordinaires, un peu désorientés par l’adolescence, mais en dehors de ça vifs et intelligents. De même le prof est brillant, cultivé, moderne et n’a rien de tyrannique. Et pourtant, une fois la machine infernale en marche, plus rien ne peut l’arrêter…Quant au dénouement, à la « claque » finale, j’ai été convaincue. J’appréhendais ce qui allait venir, mais finalement j’ai été très satisfaite du choix de l’auteur. C’est un événement fort et spectaculaire, très « mis en scène », mais il fallait bien ça, pour secouer suffisamment tout le monde et permettre de revenir à une situation saine.Bref, une expérience que l’on n’oublie pas ; un livre très efficace, fascinant et qui mérite d’être lu, selon moi, au même titre que des ouvrages réellement portés sur la seconde guerre mondiale.

un flyer
13/05/11

Un petit roman qui ne vaut pas par sa qualité de style mais bien plutôt par l'édifiante leçon d'histoire et de mémoire qu'elle devrait agiter en chacun de nous. Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.Jules Renard

lucky44
22/02/10
 

Thème intéressant mais style un peu trop léger qui fait penser que c'est plus un scénario qu'un roman que l'on a entre les mains.

Nala
16/12/09
 

Percutant C'est avec une langue simple, accessible au plus grand nombre que Todd Strasser nous livre un sujet fascinant,qui demontre à quel point le mal peut fédérer une attraction universelle.Roman dérangeant il interroge sur les rouages des dictatures.

Intéressant, mais peu-être pas assez abouti.

ASHURBANIPAL
23/06/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.10 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : AUDE CARLIER

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition