La vendetta

BALZAC, HONORE DE

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 23/08/00
LES NOTES :

à partir de
1,55 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Balzac La Vendetta La Vendetta, histoire d'un amour contrarié et tragique entre Luigi et Ginevra, est un peu une version « corse » de Roméo et Juliette. Balzac, dans une Corse mise à la mode par Mérimée (Colomba, Mateo Falcone), et qui répondait alors au goût romantique des nationalismes exotiques et du culte de Napoléon, encore très vivace, traite du mariage à travers l'histoire dramatique d'une famille corse. Cette nouvelle, publiée en 1830, présente la singularité
d'être un des premiers écrits signé Balzac. Elle inaugure les « Scènes de la vie privée » de La Comédie humaine. Elle marque également l'intérêt que l'écrivain accorde aux liens familiaux et aux unions ratées. Le rôle de l'amour paternel en particulier, toujours présent dans son oeuvre, et qu'il exploite ici avec beaucoup de brio, sert de révélateur pour dévoiler les non-dits de la nature humaine. Présentation et notes de Judith Rosenzweig.
2 personnes en parlent

La vendetta c’est la justice privée, hors de l’Etat. Comme dans ce roman de Balzac, en Corse, la vengeance d’un meurtre qui implique toute une famille.Ici la famille Piombo tue tous les membres de la famille Porta (on ne sait pas trop pourquoi ?). Un seul enfant Porta, Luigi, serait miraculeusement sorti indemne de ce carnage.Bartholoméo di Piombo, sa femme et sa fille Genevra fuit la Corse pour se réfugier à Paris.Plus tard la belle Genevra tombe amoureuse d’un bel officier nommé...je vous le donne en mille...Luigi !Bien sûr, la fille n’était pas au courant du terrible destin des deux familles.Je vous raconte pas le drame familial chez les Piombo, surtout du côté du père très très possessif !D’ailleurs, je vous raconte pas la fin non plus !Ce petit roman «d’apprentissage», même s’il fait un peu «cliché", se lit jusqu’au bout de la curiosité.Allez, je vous laisse regarder la tête du père Piombo quand sa fille lui présente le fameux miraculé Luigi.«Bartholoméo di Piombo se leva, chancela, fut obligé de s'appuyer sur une chaise et regarda sa femme, Elisa Piombo vint à lui ; puis les deux vieillards silencieux se donnèrent le bras et sortirent du salon en abandonnant leur fille avec une sorte d'horreur. Luigi Porta stupéfait regarda Ginevra, qui devint aussi blanche qu'une statue de marbre et resta les yeux fixes sur la porte vers laquelle son père et sa mère avaient disparu : ce silence et cette retraite eurent quelque chose de si solennel que, pour la première fois peut-être, le sentiment de la crainte entra dans son coeur. Elle joignit ses mains l'une contre l'autre avec force, et dit d'une voix si émue qu'elle ne pouvait guère être entendue que par un amant : - Combien de malheur dans un mot !»

alaiseblaise
06/06/11
 

Lorsqu'il écrit "La Vendetta", Balzac débute. Le thème central du roman est inspiré de Roméo et Juliette (Shakespeare était très en vogue en 1830), mais les détails sont directement empruntés à la réalité, à ce qu'il a pu voir autour de lui, ses transpositions sont assez maladroites et certains détails appesantis. Alors qu'au fond c'est hyper simple (et court, en fait, comme roman) :Deux familles corses en vendetta l'une contre l'autre, deux descendants qui tombent amoureux l'un de l'autre, refus tranché des parents : c'est non, jamais, impossible. Mais là où ça devient plus étonnant, c'est que Ginevra tient bon. Elle aime et elle choisit l'amour. Ca s'explique en un certain sens, fille unique, ses parents l'ont élevée à Paris, loin des histoires familiales corses et en la maintenant dans l'ignorance du drame initial (ils s'étaient tous entretués). Ses parents la renient, elle se marie, ils sont très heureux mais très vite dans la misère. Ils sont courageux, méritants, unis, mais ils meurent de faim et d'épuisement au moment même où les parents allaient céder et leur venir en aide.La leçon à tirer d'une telle histoire serait quelque chose comme la passion est destructrice, s'opposer à ses parents n'apporte rien de bon ou quiconque méconnaît son passé est condamné à le revivre, ça fait un peu beaucoup, surtout quand on considère le traitement apporté et l'épilogue affreux.Mouais.

SagnesSy
12/12/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.07 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition