La vie d'un homme inconnu

MAKINE, ANDREI

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 08/01/09
LES NOTES :

à partir de
7,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Il sait désormais que les seuls mots dignes d'être écrits surgissent quand la parole est impossible ». « Tous les jours regarde le ciel, au moins un instant, je le ferai aussi ». Ce départ pour Saint-Pétersbourg annonce un de ces voyages mystérieux où nous cherchons non pas à changer de pays mais à changer notre vie. Choutov, écrivain et ancien dissident, espère fuir ainsi l'impasse de sa liaison avec Léa, éprouver de nouveau l'incandescence de ses idéaux de jeunesse et surtout retrouver la femme dont il était amoureux trente
ans auparavant. Son évasion le mènera vers une Russie inconnue où, à la fois indigné, abasourdi et condamné à comprendre, il découvrira l'exemple d'un amour qui se révélera la véritable destination de son voyage. Dans ce livre dense et puissant, Makine fait renaître le destin passionnant de sa patrie, loin des clichés qui accompagnent la douloureuse émergence de la " nouvelle Russie ". Ses personnages expriment par leur engagement la justesse de la célèbre parole de Dostoïevski sur la beauté appelée à sauver le monde.
6 personnes en parlent

Choutov est un écrivain un peu raté, un peu vieillissant, un peu quitté par son amie du moment beaucoup plus jeune que lui. D’origine russe, une phrase de Tchékhov lui rappelle un amour de jeunesse. Et voilà qu’un soir de nostalgie il décide de retourner à Saint-Pétersbourg pour le retrouver. Mais rien n’est tel qu’il l’imaginait…Dans l’immense appartement en travaux de son amie Russe se côtoient pour quelques jours encore l’ancienne et la nouvelle Russie. Un vieil homme oublié dans une chambre attend son transfert dans un hospice. Un soir qu’ils sont en tête à tête, Choutov s’aperçoit qu’il n’est ni muet ni sourd, mais simplement qu’il n’a plus de raison de participer à l’ivresse soudaine du monde qui l’entoure.L’histoire racontée par le vieil homme est d’une intensité telle que Choutov en entreprendra l’écriture : la jeunesse pleine de promesses et puis la guerre. Un vrai grand amour et un coin de ciel au bout du regard pour ne jamais être séparés.Deux trajectoires contenues l’une dans l’autre. Et le passé devient une respiration, elle gonfle les poumons de Choutov d’une nouvelle force et porte son regard vers ce coin de ciel qu’il ne pourra désormais jamais regarder "comme avant". Il découvre une autre forme de bonheur, celle qui le tient "humain" dans ce monde où il a un rôle à jouer , dépositaire d’un incroyable récit qui sans lui aurait disparu… Consultez le commentaire complet sur mes carnets.http://www.mondalire.comhttp://www.mondalire.com/bloghttp://www.mondalire.com/mots_d_ellehttp://www.mondalire.com/inspirations.htm

un flyer
07/10/09

Choutov auteur sur le déclin, "opposant banni" ayant quitté sa Russie natale pour la France se fait plaquer par sa jeune amie Lea . Il est arrivé en France au début des années quatre-vingt, le temps où Léa "était un bébé". Lea lui a dit que Choutov voulait dire clown.... C'est pour Léa un écrivain raté : "une déflagration qui n'arrive pas à se faire entendre", Il est "comme un obus qui n'a pas explosé et qui garde sa force détonante en lui". Lassée notamment par son "age antédiluvien", elle est partie. Belles pages sur cette rupture, sur le désarroi de Choutov.Il trouve une place libre dans un avion et décide de repartir en Russie où il arrive à l'occasion des fêtes du tricentenaire de Leningrad. Un choc pour lui! Choc de cette nouvelle Russie qu'il ne reconnait pas, de ses nouveaux riches, appartements communautaires réhabilités par ces nouveaux riches, le fric qui s'étale qui coule à flots... Un choc de culture.Rencontre avec un vieil homme inconnu qui lui fait remonter le temps et lui conte le Leningrad des années 40, le siège de la ville, la faim, le froid, son amour perdu, le stalinisme inhumain, la peur, les camps staliniens, le culte obligé, les poèmes, les paroles qui pouvaient couter la vie à leurs auteurs, les hôpitaux psychiatriques.... Que de chemin parcouru en 60 ans par cette ville Leningrad. Nouveau choc.Un livre sur la Russie, la Russie qui sous son apparence de changement et d'évolution, reste finalement la Russie ou les forts oppressent et écrasent les faibles, où de nouveaux forts apparaissent et écraseront les toujours faibles.Tout est dit dans ces 280 pages. Un grand plaisirJ'en reprendrai bien un autre Makine!! JPV

JPV11
17/09/13
 

L’homme inconnu de ce roman n’est pas l’écrivain mentionné dans la quatrième de couverture. Cet écrivain sera celui qui écoutera le récit d’un vieillard retranché dans le silence de son monde d’avant qui reprendra la parole pour témoigner de son temps, de son ciel, de son amour. Une véritable histoire d’amour dans une histoire d’amour fantasmé, deux passés. Et ces récits, ce sont les regards, les instants d’amour qui font une vie, sauvent une vie; le talent d’Andreï Makine pour les mots qui racontent les violences des hommes et des sentiments tout en y offrant la blanche lumière de l’apaisement, de la plénitude, son talent à relever les éclats de beauté, à caresser cette beauté de ce regard qui donne sa force à cette fragilité. Une histoire d’amour dans l’Histoire, et toujours l’au-delà de l’amour, la fresque et le fugace, et l’art de l’auteur d’approcher cette » frontière entre une jolie chute dans une belle prose et la patiente et rugueuse prose de nos vies. « Le narrateur de ce roman retourne en Russie à la cinquantaine après avoir quitté L’Union Soviétique pour la France quelques décennies plus tôt. Son retour coïncide avec le tricentenaire de Saint-Pétersbourg. A travers Iana, la femme moderne, épanouie, mordant dans le nouveau système à pleine dent, qui l’accueille, il ne reconnaît pas son timide amour, ni le pays de sa jeunesse. La Russie est un nouvel Occident, il lui semble avoir vécu » une léthargie de vingt ans « , errant dans les rues, dépassé, ne parvenant à retrouver dans le lieu ce qui fit sa génération, » la richesse de ce passé misérable « , chahuté par l’effervescence des festivités et des lois capitalistes. L’esprit manque, les mots manque dans cette Russie qui plonge » dans le Carnaval du monde « Un soir, il entre dans la chambre du vieil homme, vestige des logements communautaires, dont on attend le transfert en hôpital maintenant que l’appartement a été racheté par Iana, y poussant le grand écran du téléviseur, lui imposant le défilé des chaînes, des folies et des hommes. Ce vieil homme, que l’on croyait sourd, muet, prend alors la parole, détachée, serein. Guéorgui Lvovitch Volski raconte sans passion sa vie de passions, lambeaux de chants, de lutte quotidienne dans Leningrad assiégée, de guerre pour la patrie, de Mila et des orphelins, de la dictature stalinienne. Ce n’est pas » la vie d’un homme inconnu » mais la voix d’un homme inconnu, héros et martyr de son époque comme tant d’autres. Des scènes horribles, des scènes splendides, la cruauté et la pureté à la lueur d’une flamme.Ces mots ne sont pas communication mais communion. Sur sa dernière page, cette voix a tout dit.

Marilire
25/02/13
 

Ancien dissident du régime soviétique, Choutov s'est exilé à Paris et vit de sa plume tant bien que mal. Suite à une déception amoureuse, il décide de retourner à Saint-Pétersbourg pour y retrouver Iana, un amour de jeunesse inavoué. Or, son retour va être une source de déception : la ville, idéalisée, n'est pas celle qu'il rêvait : « le voilà au milieu d'une modernité en délire, mélange de tentations américaines et de guignols russes ». En marge à cette ébullition, Choutov va rencontrer un vieil homme, Volski, dont l'existence même est un rappel trop gênant du passé récent de la Russie, un passé que l'on s'obstine à vouloir oublier, si bien que Volski est livré à l'oubli et la solitude. Or il va entreprendre, le temps d'une nuit, de faire le récit de sa vie à Choutov : un destin sidérant et qui fut pourtant le lot de milliers d'hommes durant le régime stalinien : le siège de Léningrad où sévissait la famine puis l'enfer du front et plus tard, l'incarcération dans les camps... Pourtant, le sentiment qui domine n'est pas le désespoir : en effet, Volski ne se laissera jamais ravager par les souffrances, il va lutter et ses armes seront le chant, le théâtre et surtout l'amour qui illumine sa vie. Volski est avant tout un résistant. Andreï Makine fait revivre les heures sombres de l'Union soviétique, une époque heureusement révolue, mais traversée par des hommes qui avaient foi en un idéal. Un récit magnifique, chargé d'émotion exprimée sans pathos, et qui recèle beaucoup d'humanité...

fabula
24/05/12
 

Paris. Ivan Choutov, la cinquantaine, vient de se faire plaquer par sa compagne Léa, bien plus jeune que lui. Cette rupture lui fait penser à une autre liaison de sa jeunesse, vingt ans plus tôt à Saint-Petersbourg. Choutov décide donc de se rendre en Russie pour retrouver Iana ; pourtant, il enchaîne les désillusions car Iana n'est plus la même, elle a changé et intégré les codes sociaux des nouveaux riches russes. Par dépit, Choutov écoute la vibrante histoire de Volski, un grand-père partageant l'appartement de Iana avant son exclusion prochaine. Volski raconte sa participation à la seconde guerre mondiale et son amour pour Mila, une femme rencontrée pendant cette douloureuse période et avec laquelle il fit sa vie. Andreï Makine nous offre plusieurs mises en abyme pour nous conter plusieurs destinées extraordinaires qui ont toutes en commun l'amour, la mort, la survie, le deuil d'un amour et surtout une immense souffrance bien souvent tue mais consumant indiciblement les personnages. Un roman sur les sentiments humains dans la lignée des classiques de la littérature slave.

SophieC
26/04/11
 

Un peu sur la défensive par rapport à cet auteur tellement encensé par ailleurs. Excellente surprise, même si j'y ai parfois trouvé des longueurs. Un pouvoir d'évocation efficace, un style qui m'a emmené direct à Saint -Saint-Pétersbourg. Ce livre m'a donné envie de continuer sur la voie Makine.

Tisotte
22/04/11
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.29 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition