La vie revee des plantes

LEE, SEUNG-U

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 03/09/09
LES NOTES :

à partir de
7,70 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Enigmatique et pénétrante, La vie rêvée des plantes irradie d'un mélange déroutant de délicatesse et de violence bestiale. Contraint d'espionner sa propre mère pour un mystérieux commanditaire, Kihyon est confronté à d'obscurs secrets de famille. Par tous les moyens, il tente de réparer les blessures du passé, entre un père réfugié dans la culture des plantes et un
grand frère adoré et jalousé, amputé des deux jambes à l'armée. La folle passion de Kihyon pour l'ancienne petite amie de son frère complique la situation... Ecrire un livre, dit Lee Seng-U, c'est " entrer dans la vase ". Ce récit, cette confession, lourde de culpabilité et d'espoir insensé, nous plonge dans les formes les plus crues et les plus élevées de l'amour.
6 personnes en parlent

Après des années d'absence, Kihyon revient vivre auprès des siens, dans la maison familiale où règne le silence. Sa mère tient un restaurant qui lui prend tout son temps. Son père ne s'occupe que de ses plantes. Son frère, Uhyon, vit reclus depuis qu'un accident durant son service militaire l'a privé de ses deux jambes.Kihyon exerce en dilettante le métier de détective privé est chargé par un mystérieux commanditaire de suivre sa propre mère. Sa filature lève le voile sur le grand secret de cette femme qui lui a toujours préféré son aîné. Ne va-t-elle pas, depuis qu'il est amputé, jusqu'à le conduire dans des motels où il peut assouvir ses pulsions sexuelles avec des prostituées qu'elle se charge de trouver ? Ce frère, étudiant brillant et engagé, passionné de photographie, promis à un bel avenir, adoré par ses parents, a toujours été source d'admiration et de jalousie pour Kihyon, jalousie exacerbée par la présence de Sunmi, sa petite amie dont il s'était follement épris. Mais avec son retour, Kihyon, plus mûr, plus lucide, prend conscience de sa responsabilité dans le destin de Uhyon et va tenter de redonner un sens à la vie du jeune homme qui vit très mal sa nouvelle condition.Entre délicatesse et violence, poésie et réalité crue, le récit de Kihyon est une confession où l'espoir fou de réparation se substitue peu à peu à la culpabilité. Dans cette famille qui vit dans le silence et les non-dits, les sentiments couvent comme le feu sous les braises. Le père, effacé, négligé, est pourtant celui qui unit et aide, de loin, les siens à se redécouvrir.Flirtant avec la mythologie et le fantastique, cette histoire poétique sait aussi se faire violente et érotique. Une lecture intrigante et envoûtante qui prouve encore une fois combien la littérature coréenne, étrange et subtile, recèle des petites merveilles méconnues. A découvrir.

un flyer
02/12/15

Je continue mes lectures dans le cadre de l’année France Corée et continue à découvrir des auteurs et textes très intéressants. Très surprise par la lecture de ce texte au titre si poétique « la vie rêvée des plantes ». Mais est ce que ce sont les plantes qui rêvent dans ce texte ou plutôt les humains qui rêvent de leurs vies et surtout de leurs amours. Plusieurs histoires d’amour vont se croiser dans ce texte. Hihyon, le narrateur va revenir dans la maison familiale après l’avoir quitté il y a plusieurs années. Il retrouve son frère aîné, Uhyon. Celui-ci est handicapé car pendant son service militaire il a été amputé des jambes. Il y a aussi sa mère, qui travaille dans un restaurant puis son père, silencieux et qui passent beaucoup de temps dans le jardin à soigner les plantes. Chacun vit sous le même toit mais ne communique plus ensemble. Le narrateur est détective et vient d’avoir une commande particulière par un inconnu, il doit surveiller sa mère ; On va alors découvrir cette famille et surtout des secrets de familles.L’auteur nous parle d’intimité mais aussi de l’histoire de la Corée, que ce soit dans le portrait de sa mère et de son premier amour ou dans la vie du frère aîné, qui était photographe et qui avait fait des images de manifestations anti-gouvernementales.. Nous cheminons avec ce garçon qui essaie de comprendre la vie et les inspirations de chacun des membres de sa famille. Et il va aussi tenter de retrouver le grand amour de son frère, à qui il n’avait pas osé déclarer sa flamme. Lee Seung-u nous parle aussi de plantes et d’histoires d’amour tirées de la mythologie antique que ce soit : Daphné et Apollon, Pythée transformé en pin, Phyllis, la princesse Thrace, qui est morte de chagrin et fut métamorphosée en amandier. J’ai beaucoup aimé déambuler dans une Corée ultra moderne et dans la mythologie et les rêves, de belles pages dans des forêts à la découverte d’étranges arbres qui s’enlacent comme des amants ou le long de l’océan avec un étrange palmier qui, malgré un climat hostile, a réussi à grandir sur ce rivage. On s’attache à l’ensemble de ces personnages et ai été aimé, comme dans certains films asiatiques contemporains par une belle réconciliation familiale, autour de plats cuisinés par le père et avec du bon vin Ausone de Saint Emilion ( !!)

catherine
25/01/16
 

La chute d'Icare en Corée Il est bien question d'essor, de racines et de sève mais aussi de douleur tapie sous l'écorce des habitudes et des rôles convenus qu'il s'agit tant bien que mal de jouer. Un mystère s'installe et se dévoile peu à peu tandis que le personnage principal chemine vers la rédemption sans pour autant trouver la paix. Il est aussi question d'amour dévorant et d'oubli impossible. Un vrai roman d'intranquillité en somme!

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Entrer dans La vie rêvée des plantes c'est pénétrer dans une réalité pétrie à la fois de violence crue et de délicatesse.Cette famille coréenne où les parents ne s'adressent quasiment pas la parole, où les deux frères se déchirent,et où chacun vit claquemuré sur ses secrets ne donne guère envie. Surtout quand on apprend que le frère cadet espionne sa mère pour un mystérieux commanditaire. Et pourtant passé le choc de la scène initiale, on suit le narrateur dans ses pérégrinations apparemment erratiques( mais qui vont le mener à découvrir un secret de famille) et on découvre de véritables oasis de paix , des brèches où l'amour et la poésie se donnent libre cours et où les plantes sont les métaphores des souhaits des hommes.Amours entravées , amours qui se vivent de multiples façons, le tout sur un arrière plan de violence politique, la délicatesse côtoie la bestialité mais le lecteur, même chahuté, conservera longtemps en mémoire certaines évocations de moments précieux, des parenthèses magiques dans le temps. A tenter absolument. cathulu

cathulu
08/08/12
 

Somptueux Un roman au rythme lancinant, alternant violence et infinie délicatesse, qui nous entraîne dans les méandres de l'âme humaine sur les chemins de l'amour, de la culpabilité...Somptueux comme un film de Kim Ki-Duk, on retrouve la même atmosphère que dans "Locataires". Un livre qui se savoure tout en se dévorant !

La chute d'Icare en Corée Il est bien question d'essor, de racines et de sève mais aussi de douleur tapie sous l'écorce des habitudes et des rôles convenus qu'il s'agit tant bien que mal de jouer. Un mystère s'installe et se dévoile peu à peu tandis que le personnage principal chemine vers la rédemption sans pour autant trouver la paix. Il est aussi question d'amour dévorant et d'oubli impossible. Un vrai roman d'intranquillité en somme!

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.16 kg
  • Langage original : COREEN
  • Traducteur : CHOI MIKYUNG

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition