La vierge des tueurs

VALLEJO, FERNANDO

livre la vierge des tueurs
EDITEUR : BELFOND
DATE DE PARUTION : 10/02/00
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
16,20 €

SYNOPSIS :

" Le plus beau, le plus délirant chant d'amour et de damnation arraché depuis longtemps à la littérature. Un livre hors pair, accusateur, impitoyable et déchirant. ", Claude-Michel Cluny, Le Figaro littéraire.... Dieu est le diable. Les deux sont un, la thèse est son antithèse. Bien sûr que Dieu existe, partout je trouve des signes de sa méchanceté. Devant le Salon Versalles qui est une cafétéria, il y avait l'autre soir un gamin en train de renifler du sacol, une colle de cordonnier hallucinogène. Et d'hallucination en hallucination elle finit par t'empoisser les poumons jusqu'à te débarrasser de l'agitation et des déboires de cette vie et t'éviter de continuer à respirer le smog. Pour ça le sacol est très bien. Quand j'ai vu le
petit humer le flacon je l'ai salué d'un sourire. Ses yeux, terribles, se sont plantés dans les miens, et j'ai vu qu'il me voyait jusqu'à l'âme. Sûr que Dieu existe. Sans équivalent dans la littérature contemporaine, La Vierge des tueurs est sans doute l'un des romans les plus singuliers publiés ces dernières années. Une oeuvre scandaleuse, dévastatrice, qui a consacré son auteur comme le principal représentant d'une nouvelle littérature, aux antipodes du " réalisme magique ". L'histoire d'un amour halluciné dans Medellin, la capitale de la haine, qui entraîne le lecteur au fil d'une vertigineuse descente aux enfers, dans la turbulencei d'une prose extraordinairement évocatrice, marquée du sceau de l'urgence et de la nécessité.
1 personne en parle

Medellin, la colombienne, saigne continuellement. Ville de terreur et de vengeance, elle porte le M de Mort, celui de Meurtres et de Mensonges.Dans un voyage hallucinatoire, Fernando Vallejo raconte cette cité, berceau de son enfance. Un vieux grammairien, un brin désabusé officie en tant que narrateur et se révèle à travers les quartiers sombres et mal famés de la capitale. Au moment où il n’attend plus rien de la vie, il rencontre Alexis, un jeune garçon dont la beauté le saisit. Les yeux verts de l’adolescent raniment instantanément la flamme vacillante du vieil homme. Ils deviennent amants et vivent une histoire d’amour à l’image de Medellin : tourmenté, passionné et dévastateur. Alexis est tout ce que le grammairien n’est plus : jeunesse, insolence et vivacité. Mais c’est aussi un sicaire, un tueur à gages, une machine à tuer froide et redoutable. Une relation étroite s'instaure entre le jeune barbare et le grammairien amer. Ensemble, ils parcourent les rues de Medellin. L'un tue à la moindre anicroche et l'autre contemple son « ange exterminateur ».Une Medellin grouillante et désordonnée s'offre au yeux hagards du lecteur. Dans cette Colombie, on prie aussi vite que l'on dézingue! On est bien loin du merveilleux propre aux plus connus des auteurs hispano américains. Ici le sang et la misère s'échappent de chaque page. Vallejo peint une Medellin dérangeante où ne règne que le chaos. Des bidonvilles appelés Communes aux églises- désormais foyers d'une foi ébranlée- en passant par les massacres véritables lieux communs, il brosse un portrait sans concession de ce pays: « Ici rien ne fonctionne. Ni la loi du talion ni la loi du Christ. La première, parce que l'Etat ne l'applique pas ni ne la laisse appliquer: il ne veut ni fendre le bois ni prêter la hache, comme ma défunte maman. La seconde, parce qu'elle est intrinséquement perverse. Le Christ est le grand introducteur de l'impunité et du désordre dans ce monde. En Colombie, lorsque tu tends l'autre joue, on achève de te décoller la rétine d'un deuxième coup de matraque. Et une fois que tu ne vois plus rien, on t'occit d'un coup de couteau en plein coeur. »La Vierge des tueurs est de ces livres qui dérangent, secouent et ne vous lâchent pas jusqu'à la dernière page. Ni roman, ni étude sociologique, cette oeuvre est inclassable et d'une force accusatrice incontestable. L'auteur y dénonce une société corrompue à l'extrême enfantée par la haine et la mort réunies. Portée par une écriture incisive où argot et registre soutenu se fondent, La Vierge des Tueurs est l'humeur infectée d'une saignée pratiquée sur Vallejo lui-même. C'est un déferlement de violences, un constat alarmé et un cri salvateur. Un hurlement dont l'écho pourrait être perçu par d'autres nations en dérive semblables à cette Colombie naufragée. C'est une lecture fiévreuse, fascinante et nauséeuse où les odeurs de sang et de poudre vous entraînent dans un aller simple pour l'enfer. Gecko

un flyer
17/09/13

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.25 kg
  • Langage original : ESPAGNOL
  • Traducteur : MICHEL BIBARD

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition