La voix d'alto

MILLET, RICHARD

livre la voix d'alto
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 29/08/01
LES NOTES :

à partir de
18,25 €

SYNOPSIS :

Entre l'éclipse d'août 1999 et les mois qui suivent les tempêtes de la fin du siècle, une femme achève de raconter à son amant ce qui l'a conduite à fuir son Québec natal, sa famille et sa langue maternelle, l'anglais, pour venir vivre à Paris. Elle est radiologue. L'amant est un altiste réputé, originaire des hautes terres limousines.
Entre eux, une relation très étrange, dans laquelle la parole compte autant que le sexe, et l'enfance autant que la musique. Ils s'aiment dans la proximité comme dans l'éloignement et la multiplicité des aventures parallèles, entre ce centre du monde qu'est l'île Saint-Louis à Paris, et Montréal, Amsterdam, Venise, Cracovie, Beyrouth...
1 personne en parle

Avouons-le tout de suite, ce roman-là m’aura donné du fil à retordre. Il m’a fallu du temps pour l’apprivoiser tant la langue y est tortueuse, prenant de longs chemins plutôt que des raccourcis. Mais la prose est belle, il faut le reconnaître, ce qui m’a encouragé à continuer à explorer cette voix d’alto qui sommeillait dans ma PAL depuis… des années. La voix d’alto, c’est justement celle qui accompagne le narrateur, lui que rien, enfant, ne destinait à la musique. Devenu pourtant altiste, l’enfant du Limousin a fait de la musique, bien plus qu’un métier, une vie. Et c’est aussi la musique qui rythme le roman de Richard Millet, la raison peut-être qui m’a laissée souvent à distance. Bourré de références musicales, le roman reste parfois hermétique aux novices (en ce qui me concerne en tout cas).Cette musique omniprésente, personnage à part entière même du livre, accompagne la relation de l’altiste avec Nicole, une femme en exil qui tente de fuir, plus que son Canada natal, la folie qu’elle sent poindre. Pendant près de huit ans, Nicole et le narrateur auront une liaison particulière, une forme d’amitié amoureuse, dénuée d’engagement, où le désir est présent mais surtout la parole. Leurs rencontres sont marquées par de longues conversations où se racontent les enfances, où se livrent les peurs, où se retrouvent aussi les solitudes d’êtres qui ont choisi de ne pas s’engager, de pas avoir d’enfant, de refuser l’attachement, de vivre la vie comme elle vient, de cueillir l’amour ou en tout cas le désir là où il survient. C’est aussi à cet ami-amant-confident que Nicole confie sa mort à venir, choisie, avant d’entrer « dans l’hiver de la vie » et que la folie qui niche en elle ne la submerge comme elle a déjà pris plusieurs filles de la famille.Un roman lent qui résonne des souvenirs de l'enfance - de la campagne limousine pour lui, du Québec pour elle – et des cordes de l’alto et du violon. Un livre ardu et beau dans lequel j’ai commencé à trouver ma place en approchant de la fin, qui est à découvrir, peut-être, avec un CD des références musicales dont regorge le roman. ;-)

Lencreuse
25/08/10
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.31 kg