La voix du couteau

NESS, PATRICK

livre la voix du couteau
EDITEUR : GALLIMARD-JEUNESSE
DATE DE PARUTION : 02/04/09
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
15,25 €

SYNOPSIS :

La Voix du couteau, qui ouvre la trilogie du Chaos en marche, a, dès sa parution en 2008 en Grande Bretagne, été acclamé par une
critique unanime. Extraordinaire, boulever sante, une quête de la vérité, de la liberté, de l'amour... À partir de 13 ans.
29 personnes en parlent
Dans un futur qui ne nous semble pas si lointain, les humains cherchent à coloniser de nouvelles planètes pour fuir celle qu'ils ont détruite. Une de ces colonies en est à sa deuxième génération, mais seuls les hommes ont survécu et vivent dans le bruit constant des pensées et des émotions des autres. Todd, dernier enfant de cette colonie, est en danger, mais il ne sait pas pourquoi. Patrick Ness allie une écriture maîtrisée, donnant une voix très juste au personnage de Todd, sans éducation ni conscience historique, à une histoire captivante. Il m'a transportée dans son univers avec une telle aisance que je ne peux que recommander cette lecture. Une aventure de science fiction comme on aimerait en lire plus, tellement plus.
Hélène Mlle

Alors qu'approche la cérémonie qui fera de lui un homme, Todd doit quitter précipitamment Prentissville. Cillian et Ben ses parents adoptifs avaient tout prévu, à sa grande surprise. Dans son sac est soigneusement emballé le journal écrit par sa mère morte du virus du Bruit comme toutes les autres femmes quand il était enfant. Mais ses pères lui disent également d'oublier tout ce qui lui tenait lieu de vérité... Il fuit sous la menace du maire de la ville et de son fils et d'Aaron l'homme de religion, celui qui définit le bien et le mal, animé d'une haine farouche…Dans sa course, il tombe sur l'improbable : une fille, Viola. L'engin spatial qui l'a amenée est détruit, ses parents sont morts, et surtout elle tente d'échapper à Aaron qui l'a déjà trouvée… Todd l'emmène avec lui… Commence alors une fuite éperdue, la traversée d'autres villes que Todd doit absolument prévenir de l'arrivée de l'armée de Prentissville à sa poursuite. En même temps qu'il progresse sur les chemins, Todd découvre les pouvoirs de Viola, les raisons de sa propre fuite, et un monde proche du désespoir… Mais les deux héros s'entraident, se soutiennent, se comprennent malgré toutes leurs différences. Todd est maladroit souvent, observateur toujours, ouvert à tous les signes et les Bruits et les silences de la vie ; courageux, il court encore et encore pour échapper à la haine, à l'embrigadement, à la mort… Premier tome de la série Le chaos en marche qui aborde en vrac les relations hommes/femmes, la quête d'un idéal, le rapport au pouvoir et surtout le combat du bien et du mal en l'homme. Le récit est particulièrement vif et alerte, les deux héros sympathiques vivent dans un monde nouveau où les mots ont changé, où la communication a changé, où les lois des sociétés ont changé mais où l'innocence et l'amour restent des valeurs qui sauvent les hommes… Nous attendons la suite avec impatience ! Consultez la critique sur le site Croqu'Livre

croqulivre
01/09/12

« Si l'un de nous tombe, nous tombons tous »Todd Hewitt a bientôt 13 ans. Dans le Nouveau Monde, c'est l'âge où l'on devient un homme. Un monde où les femmes, emportées par un virus, n'existent plus. Un monde fait de Bruit avec un B majuscule, le Bruit des pensées des autres hommes. Un instant suffira pour que cet univers, celui de Todd Hewitt, bientôt homme, s'écroule.Patrick Ness nous emmène dans une quête éblouissante où tourbillonnent les premiers émois, les questions de l'adolescence, les secrets, les mensonges, les paradoxes de la pensée intime. C'est un livre lumineux et noir qui parle avec authenticité d'espoir, de violence, d'égalité, de soumission, de folie, d'amour.Et toujours dans le Bruit, la marche pour la pensée unique et la voix du couteau, dont l'auteur a su, avec intelligence, en faire un des personnages principaux.Un seul bémol : il faut attendre la suite !Ce livre a obtenu le Prix Guardian 2008 et le Booktrust Teenage Prize 2008.

Theoma
01/12/09
 

Planète hurlante En tentant d’échapper au Maire de Prentisstown et à ses sbires déchainés, Todd et son chien vont s’engager dans une lutte sans merci qui décidera du sort de toute la planète sur laquelle se sont implantés des conquérants d’un nouveau genre. L’auteur s’adresse à de jeunes lecteurs qui ne veulent plus qu’on les prenne pour des enfants. Le récit est âpre, le rythme haletant, l’invention du langage exubérante.

beraud@archimed.fr
03/11/15
 

Cet avis va être assez compliqué à faire pour moi puisque j'ai lu ce livre il y a déjà un bon moment mais plein d'événements personnels dans ma vie ainsi qu'une baisse d'envie de faire ce blog m'ont fait beaucoup trop longtemps retardé le moment de le faire. Je remercie malgré tout les éditions Folio pour l'envoie de ce livre qui n'aura pas su réellement me convaincre... Je remarque que mes avis vont souvent à contre courant quand cela concerne les œuvres ayant provoquées une certaine unanimité. Le résumé est assez explicite pour que je ne ressente pas le besoin de vous en faire un personnel d'autant plus que j'aurai trop peur de vous spoiler un petit élément qui pourrait s'avérer important puisque la force de ce livre se situe dans son histoire originale. Je n'avais jamais lu un livre dans lequel nous pouvions "entendre" les pensées des autres et l'auteur amène cette idée d'une manière parfaite, tellement parfaite que je me sentais souvent oppressée en lisant, imaginez-vous que toutes vos pensées soient visibles par tous, en un mot : angoissant ! Tout ce qui se passe autour du mystérieux virus, de cette guerre étrange était vraiment très bien effectué mais j'avoue que j'ai rapidement perdu de l'intérêt pour cela puisque l'histoire est assez lente à ce mettre en place. Parfois ça ne me dérange pas mais ici, cela rendait la lecture plus lourde, plus longue ; moins "efficace" en somme. Après, je ne vous cache pas que l'histoire reste passionnante si vous réussissez à apprivoiser sa lenteur, et je suis sure que, comme la majorité, vous adorerez ce livre puis la trilogie dans son ensemble !Les personnages sont assez énigmatiques et j'ai beaucoup apprécié découvrir leur mode de vie dans ce monde devenu étrange mais je n'ai pas réussi à m'attacher à l'un d'entre eux, Todd ressemblait trop à une victime qui se complaisait dans son statut et son évolution a pris un long moment.. Viola non plus ne m'a pas convaincu plus que ça et ne parlons pas du chien Manchee, j'ai eu des envies de fermer le livre plus d'une fois à cause de lui ! En somme, les personnages ne sont pas le point fort du livre pour ma part.Ce qui m'a réellement beaucoup dérangé se tient dans l'écriture, tant de vulgarité, tant d'étrangeté que je me suis souvent perdue dans l'histoire et dans la narration ! Pour certain cela est un point fort puisque la façon de narrer l'histoire avec cette écriture est originale mais elle l'était justement trop pour moi. Malgré cet avis assez dubitatif, si vous avez envie d'un univers original et déroutant, laissez une chance à ce livre puisque après tout il a fait un beau buzz sur la blogosphère lors de sa sortie ! Appelez moi, Love ... Love-of-book :P

Loveofbook
01/03/15
 

C’est un roman initiatique qui met en scène Todd Hewitt un mois avant ses 13 ans, âge où il deviendra un homme selon le rituel de Prentissville. Il est le dernier garçon dans une colonie constituée que d’hommes. Un jour tout bascule il trouve une « fille » dans les marécages. Il va se retrouver à fuir cette seule ville qu’il connaît, car le religieux fanatique « Aaron » et le maire « Prentiss »se retournent contre lui.Il ne comprend plus rien. Toutes ses certitudes et tout ce qu’on lui a dit depuis sa naissance n’est qu’un tissu de mensonge.Il va sauver cette « fille » et ils vont fuir en compagnie de Manchee le chien de Todd.On va les suivre dans leur apprentissage de la cruelle réalité. Deux orphelins qui vont devoir lutter pour survivre et éviter les pièges. Amitié et entraide vont tout de même donner de l’espoir à ces deux êtres sans défense face aux adultes qui les pourchassent.Il plane une aura de mystère, les hommes et les animaux entendent les pensées des uns et des autres, sauf ceux des femmes, mais ce bruit semble masquer des choses graves. Les femmes on disparu de la ville, les livres et le savoir est banni, une vraie dictature régit la vie de Prentissville.On va suivre les aventures des deux adolescents qui vont faire des choix et perdre leur innocence, mais jusqu’à quel point ? C’est le thème des hommes du Nouveau Monde chassés du Paradis. La femme et le péché originel transposé dans cette colonie à l’autre out du cosmos.L’originalité de ce roman réside dans la langue inventivité et néologismes. En effet, le narrateur Todd raconte avec sa façon de parler, le traducteur a su jouer avec des langages différents. On est aussi dans son regard donc il y a des choses qu’on devine mais lui mets du temps à s’en rendre compte, car il est conditionné.On retrouve dans les personnages ceux qui sont du côté du bien et ceux qui sont du côté du mal. Il y a ceux qui ont une conscience et ceux qui frôlent la folie.J’ai eu du mal sur les premiers chapitres à m’adapter à l’écriture mais ensuite une fois intégrées les fautes de syntaxe et d’orthographe (effet de style) j’ai été happée par l’histoire. On vit avec les douleurs physiques et morales, les doutes et craintes, les peurs raisonnées et irraisonnées. On se demande à quel moment il va chuter et qui il va entraîner avec lui.Le pouvoir est au centre de tout. Il change en monstre ceux qui s’en approchent. La guerre et la violence deviennent normales dans cette conquête. La destruction de l’autre de son âme et de son corps pour assouvir une soif de pouvoir.La fin de ce premier tome est une fin en soi mais laisse le lecteur dans l’attente du tome 2. http://ramettes.canalblog

ramettes
06/01/15
 

Dans un monde retranché sur lui-même depuis la guerre avec les Spackle, un monde où les femmes ont disparu, décimées par le terrible virus du Bruit, un monde où règne un brouhaha constant et où les hommes entendent les pensées les plus intimes de chacun comme si elles étaient formulées à voix haute, un monde où les animaux sont doués de parole, le jeune Todd Hewitt s’apprête à fêter ses treize ans et son entrée dans le monde des hommes. Il est le dernier garçon de Prentissville. Dans un mois aura lieu son initiation ainsi que son passage à l’âge adulte. En attendant, Todd occupe son temps en se promenant dans le marais, accompagné de Manchee, son chien. Mais sa vie s’apprête à être bouleversée lorsqu’au détour d’un chemin il se retrouve confronté au Silence… Dans un univers où le Bruit est omniprésent, cette découverte stupéfiante a de quoi l’inquiéter… Todd se précipite alors retrouver Ben et Cillian, ses parents adoptifs, pour leur raconter sa trouvaille, sans se douter qu’il risque de mettre leur vie en danger en mettant le doigt sur un terrible secret… Commence alors une traque haletante qui conduira le jeune garçon aux confins du Nouveau Monde…Et bien, cela faisait longtemps que je n’avais pas été autant captivée par une lecture ! J’avais déjà été séduite par l’écriture de Patrick Ness dans le bouleversant « Quelques minutes après minuit », un texte jeunesse qui abordait le sujet délicat de la perte et de la maladie, et c’est avec un immense plaisir que je le retrouve avec ce roman puissant et passionnant, destiné aux plus grands !Patrick Ness nous plonge cette fois dans un univers post-apocalyptique dans lequel tous les repères sont bouleversés. Ce qui surprend tout d’abord, c’est l’étrangeté de la langue utilisée. Todd est le narrateur de l’histoire et il utilise un langage relativement oral et familier. Très vite, on comprend l’importance de la langue et le pouvoir des mots dans un univers où le Bruit peut blesser et rendre fou. Todd utilise un langage entremêlé de mots inventés, modifiés par une lettre remplacée (« purain » au lieu de « **** ») ou intervertie (« détorquiter » au lieu de « décortiquer ») , qui en diminue l’impact, faisant fi de l’orthographe au profit d’une langue plus orale (« une esplication » par exemple). Une écriture qui peut déstabiliser donc mais à laquelle on s’adapte vite et qui sert vraiment la force du texte.Ce qui étonne également, c’est la violence de l’histoire, alors qu’elle est destinée à des adolescents. Le protagoniste a beau être jeune, innocent, rien ne lui est épargné de la cruauté et de la barbarie des hommes. L’intrigue ne cesse de monter en puissance, enchaînant les révélations et les rebondissements à un rythme effréné. Impossible pour le lecteur de rester de marbre, tant les personnages sont crédibles et attachants. La tension est telle que certaines scènes m’ont émue aux larmes… Un texte fort donc, qui bouleverse et ne ménage ni le lecteur, ni ses personnages ! « La voie du couteau » est sans doute l’un des romans les plus marquants que j’ai lu en 2014 et annonce une trilogie prometteuse, à ne pas rater !Un grand merci à Livraddict et aux éditions Folio pour ce partenariat réussi !

Mokona
28/12/14
 

En Résumé : J’ai finalement passé un très bon moment de lecture avec ce premier tome qui nous propose une histoire pleine d’aventure et qui se révèle intense, certes basé sur un voyage initiatique, mais offrant une intrigue solide, dense et complexe avec son lot de rebondissements, de trahisons et de révélations. L’univers qui nous est proposé se révèle intéressant, amenant de questions et réflexions efficaces, et surtout offrant des découvertes intéressantes. Les personnages ne manquent pas d’attrait et on s’attache assez facilement au fil des pages à Todd et Viola, je regrette juste certains protagonistes secondaires qui manquent de profondeur. La plume est, pour moi, une des grandes forces de ce récit, s’adaptant à un monde en régression et à la narration d’une jeune de 13-14 ans ce qui peut, certes en bloquer, certains, mais m’a permis de mieux m’immerger. Je regrette par contre certaines répétitions, principalement dans les réflexions de Todd, et aussi certains retournement un peu simplistes, mais franchement rien de bloquant tant le récit se révèle haletant et aboutit à une conclusion qui donne clairement envie de lire la suite.

BlackWolf
22/12/14
 

Une fois familiarisé avec les dialogue et de la narration à la première personne (souvent approximative et riche en fautes de syntaxe et d’orthographe), je peux vous dire qu’il est bien difficile de lâcher le récit de Todd. La voix du couteau est un livre à la fois palpitant, fascinant et riche en surprises. D’autre part, Todd Hewitt est un personnage intéressant et attachant. Sa rencontre avec Viola, une jeune fille silencieuse, va lui permettre de révéler sa personnalité, de se connaître davantage, d’en apprendre plus sur ses origines et d’accepter une nouvelle Histoire. J’ai beaucoup aimé les différentes personnalités présentes ici. Il y a Todd qui est un personnage plein de colère, jeune et impulsif, Manchee, son cabot un peu idiot, distrait et d’une fidélité à toute épreuve, et Viola, la jeune fille plus posée. On les voit doucement évoluer, apprendre à cohabiter (pas facile avec ce Bruit) et affronter un tas d’épreuves pour lesquelles ils étaient pourtant loin d’être préparé. A eux trois, ils véhiculent beaucoup d’émotions, de beaux messages et des valeurs importantes telles que la loyauté, l’amitié, la fidélité. ............................ Stéphanie Plaisir de Lire

Une fois l'univers, le vocabulaire et la manière de s'exprimer du héros assimilés (ce qui a pris environ 200 pages pour moi), ce roman est un régal ! Le récit monte en puissance au fil des pages, l'émotion est bien présente, les retournements de situation sont nombreux et bien maîtrisés. Une découverte à chaque page, et une envie furieuse de lire la suite après la dernière page tournée.

Ptitetrolle
16/12/14
 

Les mots pour : Style, ambiance, idée de base, intrigue,Les mots contre : répétitions,Notation : 16/20Les répétitions du livre le font redescendre vers un “bon” bouquin, alors que l'idée et surtout l'écriture, vraiment bien pensée et prenante, correspondant au personnage non éduqué de Todd, en faisait au départ une très agréable découverte. Les chroniques postée ici sont de courts extraits... les véritables articles sont sur le blog !

nanet
07/11/14
 

Faut-il tuer pour devenir un homme? La voix du couteau, le 1er roman de la trilogie "Le chaos en marche", se déroule à Nouveau Monde, une terre où il n'y a plus de femmes. Chacun peut y entendre les pensées des hommes et des animaux.Todd, le héros, le dernier enfant de son village, fuit et rencontre une fille, Viola. Ce livre a un style d'écriture très particulier.on a du mal à le lire au début, mais au final l'histoire et les personnages sont très intéressants et accrocheurs.

90015339
19/09/14
 

C'est une pure merveille ce bouquin ! un livre à mettre entre toutes les mains ados en ce moment ! Même si elles sont réticentes car il n'est pas facile. L'écriture y est étonnante et le choix du langage y est important. C'est un bon roman fantastique et le sujet qui parait sans doute anodin au début ne l'est pas. Il s'agit de pouvoir et de subordination. Il s'agit d'influence et de suggestion. Il s'agit de liberté et de libre arbitre. Un peu comme La Vague de Todd Strasser. Si on le lit un peu moins légèrement, de nombreuses questions affleurent. Jusqu’où est-on prêt à aller pour survivre, pour sauver ceux que l'on aime ? Qu'est-on capable de faire dans l'extrême douleur ? Qu'arrive-t-il à notre libre-arbitre quand la nécessité fait loi ? Tout est dit. C'est un bon roman dont l'intrigue nous mène loin, haletant, fort en émotions diverses avec deux personnages dont l'évolution nous révèle les choix possibles, les réponses possibles, les erreurs possibles.Seul bémol, la fin m'a paru un peu légère après les intenses émotions distillées tout au long du livre. J'aurais sans doute préféré que cela ne finisse pas... ;-)

MissCancan
16/05/14
 

Prentissville est un endroit où nul de nous ne se sentirait vraiment à l’aise. Un monde où il n’y a que des hommes et où l’on peut entendre votre « bruit », autrement dit ce que vous pensez et ce que vous ressentez. Étrange sensation même en tant que lecteur !Todd, 13 ans et à l’aube de devenir un homme doit quitter précipitamment la ville et laisser derrière lui Ben et Cillian, ses parents adoptifs. Il doit fuir le maire et ses hommes de main. Une armée à ses trousses, un seul bagage, une vie et un cahier qui appartenait à sa mère morte quand il était petit.Commence alors une véritable aventure hors des endroits familiers grâce auxquels il a survécu jusqu’à aujourd’hui. Todd va devoir trouver un endroit sûr où se cacher et refaire sa vie. De ville en ville et de cachette en cachette, la course en avant promet d’être longue et ardue. Mais jusqu’où devra-t-il aller pour enfin être libre et connaitre la vérité ?Une véritable épopée qui mêle SF et fantastique et qui vous embarquera sur des territoires très peu familiers. Autant dans le fond que dans la forme, ce texte est étonnant et très bien fichu. Un exploit littéraire pour cet auteur qui écrit avec génie pour les adolescents.Un style qui mélange les néologismes, les créations de mots, les détournements d’expressions qui peuvent être déroutants à la première lecture mais ne vous laissez surtout pas démonter et continuer, ça vaut le coup ! Vous en serez même étonné et votre lecture en sera enrichie!La seconde moitié du roman vous tiendra surement en haleine et vous n’arriverez plus à lâcher les personnages, épais et bien décrits. Une attention particulière pour le chien de Todd, le chien drôle et bavard dont on a peut-être tous rêvé, étant gamin!Un premier tome prometteur !http://achacunsaverite.wordpress.com/2013/05/31/la-voix-du-couteau-le-chaos-en-marche-tome-1-de-patrick-ness/#more-1351

deedoux
04/06/13
 

’avais très envie de découvrir ce titre, je ne sais pas pourquoi, dès que j’ai lu la quatrième de couverture, je me suis dit ce bouquin est pour moi. J’en attendais beaucoup, peut être trop. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, mais j’en ressors tout de même déçue.J’ai tout d’abord été gêné par l’écriture. Je ne dis pas que c’est mal écrit, ça colle en fait complètement au personnage de Todd qui est le narrateur, en début de livre. Or ce jeune garçon n’a pas eu accès à l’éducation. Il y a donc énormément de fautes d’orthographes et de syntaxes dans les cinquante premières pages. C’est fautes sont bien sur voulues.En effet, le scénario fait que nous entendons toutes les pensées des différents personnages.C’est assez perturbant, mais très réaliste. Parfois ça peut être drôle :« La première chose que vous apprenez quand votre chien se met à parler, c’est que les chiens n’ont pas grand-chose à dire. Sur rien.– Faire popo, Todd.– Ferme-la, Manchee.– Popo, popo, Todd.– Boucle-la, je te dis. »Le trio que forment Todd, Viola est Manchee (le chien de Todd), est très sympathique. Leurs aventures et péripéties sont assez intéressantes, mais encore une fois du fait du scénario, nous découvrons en même temps qu’eux le fil de leur progression, il n’y a donc pas ou peu d’effets de surprises.En bref, si l’écriture, la syntaxe et le déroulement du livre collent parfaitement au scénario de ce roman, cela m’a tout de même gêné, j’aime les écritures légères et fluides, je ne sais pas si je lirai la suite, peut être que… on ne sait jamais.

KarineSimon
14/03/13
 

Que ce fut douloureux pour moi d’entrer dans ce roman au début, de ne pas l’abandonner et le fermer définitivement. La syntaxe et le vocabulaire si particuliers du jeune héros Todd, ce Nouveau Monde si étrange, et ce fameux Bruit dont on sait si peu… Ce n’est qu’après avoir lu bien plus qu’une centaine de pages que je me suis finalement attachée à ces personnages et à leur mésaventure. Et la fin de ce livre m’a conquise… Mais que ce fut long et difficile d’arriver jusque-là. Je ne sais pas si j’aurai le “courage” de me lancer dans la lecture de la suite de cette trilogie…

GaL7
27/08/12
 

La voix du couteau, premier volume de la trilogie Chaos en marche, est un roman de SF mâtinée de western, clairement destiné à un lectorat adulescent, que j'ai trouvé très emballant. Si le propos n'est pas vraiment original puisqu'on est en présence d'un roman initiatique assez typique (Todd franchit des épreuves, découvre qu'on lui a menti toute sa vie, est contraint de composer avec une nouvelle vision de la réalité, apprend que sa différence est une force, se transforme au contact de la jeune fille, Viola, et des rencontres, et devient finalement un homme, tout seul, sans initiation autre que sa propre vie et son propre cheminement intérieur), la forme, elle, rend le roman extrêmement page-turner. En effet, la narration est assurée par Todd, qui ne sait ni lire ni écrire : on est donc plongé dans les pensées de ce personnage qui ne maîtrise pas toujours le vocabulaire (il emploie parfois un mot pour un autre, ou change l'ordre des syllabes) et qui surtout, n'a qu'une vision très imprécise du monde qui l'entoure, puisqu'il a toujours vécu dans ce village replié sur lui-même. Le lecteur est donc contraint de deviner au travers des propos des autres personnages ce que Todd peine à comprendre. Jeune garçon têtu, il ne fait pas toujours vraiment les bons choix (surtout au début), tributaire de son histoire et de la manipulation dans laquelle il a vécu toute sa vie. Les rebondissements s'enchaînent avec rapidité et violence dans ce monde vide dans lequel les colons survivent tant bien que mal. L'argument de science-fiction permet comme toujours une réflexion sur l'autre (non pas tant ici les Spackles, rapidement éliminés du décor, que les femmes, premières victimes de cette colonisation en terre inconnue) et le libre-arbitre, réflexion qui s'ajoute ici à une mise en scène de la violence de groupe et de la folie individuelle. Terrible.

fashiongeronimo
16/08/12
 

Dans un mois, Todd aura treize ans. Dans un mois, il sera un homme. Il vit à Prentissville, unique ville du Nouveau Monde, un monde tout bruissant des pensées des êtres vivants, un monde sans femmes.Mais une découverte dans les marais va précipiter Todd dans une course effrénée pour sauver sa vie ...Roman initiatique, SF mâtinée de western, La voix du couteau n'avait a priori rien pour me plaire. Et pourtant, cet anti-héros, parfois agaçant, cet adolescent qui aimerait juste "que ce monde ait un sens , de temps en temps, si ce n'est pas trop demander..." a su m'embarquer dans ses aventures, dans cet univers où les femmes ont un statut si particulier, où la violence est érigée en mode de vie, où la manipulation règne en maître, où la religion a été pervertie, mais un monde aussi où subsistent malgré tout des ilôts d'amitié et de solidarité.Si le récit, rempli de péripéties, a su me tenir en haleine, j'ai aussi beaucoup apprécié la manière dont l'auteur rend compte de la manière si particulière de communiquer des habitants de cette planète qui perçoivent de manière continue le flot de pensées des êtres vivants qui les entourent, ce Bruit, comment ils y font face, comment ils s'en servent ...L'orthographe, la syntaxe fautives du héros accentuent l'aspect mal dégrossi de l'adolescent qui, certes pêche du point de vue scolaire, mais a plus d'un tour dans son sac pour se tirer d'affaire, ce qui ne peut que plaire aux adolescents à qui est destiné ce livre. cathulu

cathulu
07/08/12
 

Beaucoup de philosophie se dégage de ce roman : des questions sur l'humanité, sur les modes de vie en société , etc. Il y a également cette fuite en avant, qui fait aussi de "La voix du couteau" un excellent roman d'aventure. « La voix du couteau » a été récompensé par plusieurs prix littéraires dont le Prix Guardian 2008 et et Booktrust Teenage Prize.

Ce livre n’est pas pour les enfants, mais la couverture et le titre en disent assez long là dessus j’imagine. Il y a des passages assez gores et glauques, et l’histoire est très dure. J’avais le coeur serré tout du long et plusieurs fois j’ai failli pleurer. Todd vit dans un monde atroce, mais est-ce vraiment à cause du Bruit? Prentisville est une ville qui est remplis de secrets, et petit à petit Todd va les découvrir tout au long de son aventure. Et, nous, lecteurs nous les découvrons avec lui, des indices parsemés tout au long du bouquin qui nous apprend que quelque chose d’atroce se cache derrière tout ça, mais la vérité n’éclate que bien plus tard. Ce n’est pas un livre facile, et pourtant l’écriture paraît au premier abord assez enfantine, des fautes d’orthographe parsemés par ci par là (mais qui font sourire) “ça va citacriser”, “preteste” “criature”, des phrases qui m’ont au début hérrissé le poil “à cause que”, mais en fait cette écriture est parfaitement maitrisé, et presque poétique par moment, et je l’ai dévoré. J’avais l’impression d’entendre le Bruit moi aussi, je me sentais pareil oppressé que Todd à cause du silence. Je ressentais sa haine, sa peur et sa colère. Et pourtant il a un “feuttu” caractère ce Todd, au début de l’histoire c’est encore un gamin, lui qui sera un homme que dans un mois. Mais être un homme, est ce qu’une question d’anniversaire? Après tout ce par quoi il passe, tout ce qu’il vit, je pense que Todd devient petit à petit un homme. J’ai aussi adoré les persos : Ben, Cillian, Viola, Hildy, Tam, Wilf, et Manchee (le chien). Y en a qu’on voit pas beaucoup, pas très longtemps, mais même s’ils font que passer on les aime. Et yen a que j’ai détesté : le maire de Prentisville, son fils, ou Aaron, pas difficile de comprendre pourquoi. Cette histoire est donc vraiment génial, envoutante, prennante, horrible aussi, triste beaucoup, et qui donne peut-être un vrai sens au mot “espoir”. Elle nous emporte et il est difficile de s’en détacher avant d’être arrivé à la fin. Une fin à l’image du livre, une fin à laquelle je ne m’attendais pas du tout, surprenante en tout point, et finalement assez logique. En tout cas une fin qui donne envie d’avoir immédiatement la suite.

lasurvolte
04/12/11
 

Todd Hewitt est le dernier "enfant" de la ville de Prentissville, Nouveau Monde. Ici, chaque habitant entend les pensées de tous le monde, cela s'appelle "le bruit". Mais un jour, Todd trouve un endroit sans bruit. A cause de cette découverte, il va être obligé de fuir...Je ne vous en dit que très peu car l'histoire mérite réellement d'être connu en lisant ce premier tome de la trilogie : Le chaos est en marche ! Il s'agit de l'histoire de Todd, mais pas seulement ! Il y a bien sûr un personnage féminin qui s'incarne par Viola... et aussi par un petit chien agaçant mais attachant : Manchee ! Il va leur en arriver des aventures à ces trois là, voilà pourquoi il serait dommage d'en dire trop !Le début est assez déroutant, pourquoi ? Parce qu'on commence l'histoire par le personnage de Todd, un jeune homme qui n'a pas eu accès à une éducation correcte, qui mélange les sons et l'orthographe ! J'avoue avoir eu un peu de mal avec ça mais passé les 50 premières pages, on s'y habitue et on passe outre.Ensuite, Todd rencontre Viola et ils vont former un beau duo. On s'attache facilement à eux, on croit en eux et on aimerait limite les aider dans leur quête ! Malheureusement, le lecteur apprend les découvertes et les vérités en même temps qu'eux ! Cela peut paraître frustant et pourtant cela contribue à l'originalité de ce livre. Vous l'aurez compris, on rentre dans un univers particulier et original, finement mené par l'auteur ! Enfin, il est noté et classé en jeunesse, pourtant il a aussi sa place en adulte, alors n'hésitez plus et plongez-y !La fin du premier tome donne envie d'avoir la suite, pourtant, pour ma part, je vais laisser passer quelques temps avant de me replonger dans l'aventure de Todd et Viola !

lizou59
01/10/11
 

Planète hurlante En tentant d’échapper au Maire de Prentisstown et à ses sbires déchainés, Todd et son chien vont s’engager dans une lutte sans merci qui décidera du sort de toute la planète sur laquelle se sont implantés des conquérants d’un nouveau genre. L’auteur s’adresse à de jeunes lecteurs qui ne veulent plus qu’on les prenne pour des enfants. Le récit est âpre, le rythme haletant, l’invention du langage exubérante.

L'histoire, finement pensé, distille lentement les éléments de la vérité pour mieux nous capter dans la lecture. Le couteau tient lieu de fil rouge où il est plus question de quête intérieure, de se reconnaître ou non comme un tueur. Et puis il y a cette empathie que j'ai éprouvé à l'égard de Todd, avec son côté maladroit, brusque parfois mais sensible.Beaucoup de philosophie se dégage de ce roman : des questions sur l'humanité, sur les modes de vie en société (la description des différents colonies)

Cyan
07/03/11
 

Prix Paul Langevin 2011 Je l’avoue, l’immersion dans ce roman n’est pas facile. Mais une fois happé par cette syntaxe fantaisiste, voilà un roman que vous ne pourrez pas lâcher ! Acclamé par les lecteurs et la critique outre-Manche, Patrick Ness nous présente le premier tome de la série Le chaos en marche et nous plonge directement dans une aventure pleine de rebondissements et de suspens. Avec une écriture transformée et originale au plus proche du « parlé », l’auteur réussit une retranscription fidèle des sentiments et de la sensibilité des personnages notamment de Tod, le narrateur. C’est avec ses mots à lui qu’il va nous faire découvrir ce Nouveau Monde. Ses mots à lui… plein de fautes d’orthographes et de grammaire, un agencement des mots bousculé. Une écriture qui peut déstabiliser mais qui va en satisfaire plus d’un ! Un nouveau monde, une aventure haletante, des personnages attachants, une quête de la vérité, de la liberté et de l’amour, tout ça muni d’une ambiance à couper au couteau… un livre à lire à coup sûr!!

Coup de cœur. A 50 pages, je suis un peu déroutée mais je me dis que l'idée de base est intéressante. A 100 pages, que c'est vraiment bien construit et original. A 150 pages, je suis complètement accrochée, à 200 pages j'ai la gorge serrée, à 250 pages les larmes aux yeux, à 300 pages je manque de louper ma gare... Le reste du livre passe trop vite, entre des pics de suspense et des passages de réflexion et d'émotion. Le roman est déstabilisant au début, je le reconnais, car le récit est parsemé de mots avec des fautes d'orthographe qui surprennent un peu au fil de la lecture, mais qui permettent du coup de basculer facilement dans cet univers particulier. Plus on avance dans l'histoire, plus les hypothèses ou les connaissances qu'on croit avoir acquis sur ce qui entoure Todd se fissurent. Il s'avère que le narrateur n'a pas toutes les cartes en main, et on découvre progressivement avec lui des vérités étonnantes, ça devient très vite palpitant. L'ensemble est bouleversant, certains passages m'ont prise aux tripes comme rarement, et si le style semble dans un premier temps particulier, au final chaque mot sonne juste. N'ayez pas peur de lâcher prise et de faire confiance à l'auteur, il sait exactement où il vous emmène... http://chezradicale.canalblog.com/

Radicale
23/09/10
 

A début, un peu déstabilisant de par le langage du héros puis c'est vite oublié. Haletant, une course à travers un nouveau monde où on apprend qu'il est difficile de ne pas céder à la violence et au côté obscur...

coccinet
09/07/10

J'avoue qu'au début, l'écriture m'a quelque peu déstabilisée.C'est Todd qui nous parle, et à cause d'un certain manque d'éducation, n'a pas un vocabulaire "parfait".Il y a des mots mal orthographiés, ou raccourcis et mélangés à d'autres.Assez perturbant donc au début.Mais ce détail a très vite été mis de côté!Todd vit dans un petit village uniquement composé d'hommes, où le Bruit est omniprésent.Le Bruit, ce sont les pensées de toute le monde, tout les habitants du Nouveau Monde.Imaginez, vous entendez constamment les pensées de tout le monde, quand ils se baladent, mangent, travaillent et même quand ils dorment!Cette situation a déjà rendu fou plus d'une personne.Lors d'une journée où il est envoyé à la ceuillette, Todd entend ... un trou, un trou de rien, un espace de vide.Un espace de silence.Ce qu'il va découvrir à ce moment là va changer sa vie à jamais, et la vie de toute une civilisation.Dès les premières pages, le ton est donné.Ce n'est pas un livre drôle.C'est dur, c'est triste, il est emplis de violence contenue, difficilement retenue par ce jeune homme qui souffre.On a envie de l'épauler, de le prendre dans ses bras en lui soufflant que tout va bien se passer.Mais ce n'est pas le cas, rien ne se passe bien à Prentissville.Quand Todd va se retrouver obligé de fuir sa ville et ses habitants, certains qui étaient comme des pères pour lui, il va devoir grandir, et apprendre à se défendre, à survivre.C'est un livre halletant, où le danger transpire de ses pages et où on cherche avidement une lueur d'espoir.J'ai eu peur à beaucoup de chapitres, j'ai pleuré à certains passages, j'ai souffert dans d'autres paragraphes.C'est un enfant forcé à grandir qui nous parle, et le rendu des émotions est incroyablement juste, ses actes et réactions étant crédibles.Rien n'est exagéré, rien censuré pour nous protéger.C'est entre autre ce qui fait de cette histoire, une GRANDE histoire, que je conseille aux enfants comme aux adultes, malgré ses moments durs mais nécessaires.Il m'a tenu en halène jusqu'à ses derniers mots, et c'est les yeux écarquillés et un "Non!" outré que mon attente pour le tome deux a commencée. http://archessia.over-blog.com/

Archessia
07/07/10
 

Todd vit dans un monde où le bruit est le quotidien et où il ne reste plus que des hommes. Les pensées de chacun s'échappent créant de nombreux conflits et ressentiments. Dans quelques jours, ce sera son 13ème anniversaire, il sera un homme, mais peu à peu l'horrible vérité s'impose à lui. Survivre va devenir un combat de chaque instant. Un roman déconcertant où tout est fait - jusqu'au langage- pour plonger le lecteur dans un autre monde. A découvrir sans attendre même si la fin est un peu abrupte (c'est une trilogie)

un flyer
28/04/10

Ce titre, qui ouvre une trilogie, nous emmène dans un futur proche, dans un monde où les femmes semblent avoir disparu et où les hommes entendent constamment les pensées des autres, vivant ainsi dans un bruit permanent. Le jeune Todd Hewitt, dernier garçon de Prentissville, doit absolument fuir son village s’il veut changer le cours de son destin et comprendre comment les hommes ont pu en arriver là…

un flyer
31/08/09

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 15.50 cm
  • Poids : 0.55 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : BRUNO KREBS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie