Last exit to brooklyn

SELBY, HUBERT

livre last exit to brooklyn
EDITEUR : BLOOMSBURY UK
DATE DE PARUTION : 15/09/00
LES NOTES :

Livre en VO
à partir de
8,80 €

SYNOPSIS :

Set in Brooklyn, this novel depicts life amongst the junkies, hustlers, drag queens and prostitutes living there. The story
follows a number of tranvestites, criminals and prostitutes who live on the edge of existence but yearn for more meaning.
4 personnes en parlent

Peu de livres m’ont laissé aussi perplexe et mal à l’aise que Last Exit to Brooklyn, que ce soit au niveau de l’intrigue ou du style d’écriture halluciné et hallucinant d’Hubert Selby Jr. Ce dernier immerge son lecteur dans le quotidien d’un petit groupe d’habitants de Brooklyn. Mais attention, on est bien loin de la simple chronique de quartier ! L’auteur préfère en effet nous dresser un portrait sans fard et sans concessions de marginaux, cas sociaux et autres rebuts de la société qui ont pour point commun de trainer chez le Grec, « diner pourri ouvert toute la nuit près de la base militaire de Brooklyn ».Brut, trash, cru et voyeur, les morceaux de vie quotidienne de Vinnie, Georgette, Tralala ou Harry vous dégoutent tout simplement du genre humain. On ne peut pas dire que le quotidien de ces habitants soit très reluisant. Ici, la misère fait partie du quotidien. Homosexualité, Alcool, violence, drogue, viol, pédophilie… L’auteur aborde de nombreux sujets tabous dans les années 50-60. Rien n’est épargné aux lecteurs et j’avoue avoir souvent eu envie de fermer mon livre. On assiste donc au passage à tabac d’un militaire, aux commérages d’un groupe de femmes qui pensent que voir un bébé tombé d’une fenêtre serait un bon moyen d’égayer leur journée ou encore à un viol collectif. Pourtant on ne peut s’empêcher de prendre en pitié certains personnages comme Tralala ou Georgette qui ne sont au final que des victimes de l’environnement dans lequel elles évoluent. Environnement qui semble se résumer à la défonce, la picole et les engueulades. Ce réalisme cru pousse le lecteur à s’interroger plus d’une fois sur la nature humaine. La noirceur dépeinte par Hubert Selby Jr. ne semble pas avoir de limites de même que la bassesse et la mesquinerie de la plupart de ses personnages. Le style d’écriture, lui aussi brut de décoffrage et ardu sert admirablement les histoires et autres anecdotes présentes dans cette ouvrage. Ici, les apostrophes ‘ sont remplacés par des barres de fraction / et la ponctuation se fait au petit bonheur la chance. Si cela m’a dérangé au début, après les dix premières pages je n’y ai même plus fait attention. Cela donne un rythme dense et soutenu qui retranscrit parfaitement bien les comportements des différents individus. J’ai par contre eu un peu plus de difficultés avec le vocabulaire et l’argo de l’époque mais, au final, ils permettent d’ancrer le récit dans cette réalité sombre et glauque qui est monnaie courante pour ces protagonistes. D’un réalisme cruel et dérangeant, Hubert Selby Jr. nous dresse un portrait âpre d’une société trash et malsaine. Véritable OVNI littéraire, ce livre n’est pas de ceux qu’on oublie : que ce soit en bien ou en mal, il laisse une impression indélébile à son lecteur. N'hésitez pas à venir nous rendre une petite visite sur notre blog : http://drunkennessbooks.blogspot.fr

ManonMarie
28/07/14
 

Avec cette nouvelle traduction du classique de Selby Jr, on se rapproche du style si particulier de l’auteur. Certains passages sont si sombres et violents que la lecture en est presque insoutenable. Sans doute l’une des œuvres les plus dures, les plus tristes mais aussi les plus puissantes que j’aie jamais lues !

Bibhavel
05/07/14
 

Un livre qui laisse un goût amer en le refermant... Brutal, déprimant... et captivant à la fois. Une langue qui swingue (pas lu la traduction précédente, cette nouvelle version fonctionne en tout cas parfaitement pour moi).

vtm0
06/05/14
 

Une explosion de rage, de haine d'où jaillissaient des scuds de violence et déviance sexuelle, de benzedrine qu'on vous mets dans la bouche, de litres d'alcool qui vous étourdissent avant de vous propulser contre un mur. Voilà l'effet que m'a fait : "Last Exit to Brooklin". Un livre interdit pour obscénité lors de sa parution mais qui creusa à coup de bombe une place importante dans le monde des lecteurs au point d'être considéré aujourd'hui comme un classique.Ce n'est pas à proprement parler un roman mais un ensemble de nouvelles qui ont pour fil conducteur une bande de petites frappes qui aiment à se retrouver pour nous offrir une descente dans un monde de déchéance. Les souverains de ces mondes sont des prostitués, des travestis, ... des paumés qui ont perdu chacun à leur façon la jambe qui les maintenait dans la réalité. Dès lors, l'enlisement est inéluctable et nous voilà entraîné à leur suite conscient qu'on va très vite être submergé mais ne pouvant arrêter la machine une fois qu'elle est enclenchée, les vapeurs d'alcool et les délires procurés par les drogues ne faisant qu’accélérer un peu plus le processus...J'ai donc fait la connaissance de Georgette, un jeune homosexuel travesti et fou amoureux de Vinnie une sombre brut à la sexualité étonnante sorti depuis peu de prison. Georgette est une vraie fleur bleue qui ne rêve que d'amour et de romantisme alors qu'elle navigue dans les eaux les plus troubles et la différence entre la beauté et l'innocence qui habite son esprit et la réalité de ce qu'elle vit fait frémir ...Puis, il y a Tralala, une ado de 15 ans qui fait tourner la tête de beaucoup d'hommes grâce à une poitrine éblouissante. Elle va très vite prendre l'habitude de leur céder, pour le plaisir et pour l'argent facile que ça lui apporte jusqu'à prendre de plus en plus goût pour l'alcool qu'elle boit en les attendant ...Il n'y a que de faux espoirs, ils sont perdus d'avance, souverains d'un royaume qui les broie. Par moment heureusement l'auteur nous offre une accalmie comme la lecture d'un poème mais c'est pour mieux nous faire prendre conscience de la noirceur qui règne, la pureté par comparaison ne peut qu'être terrassée dans ce monde là !Un livre qui fait mal, qui marque mais que je classerais dans les grands livres ! Cristie

cristie
08/02/14
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.18 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition