La cousine bette

BALZAC, HONORE DE

EDITEUR : CLE INTERNATIONAL
DATE DE PARUTION : 13/05/97
LES NOTES :

à partir de
5,30 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Balzac Lorsque, en 1846, Balzac publie La Cousine Bette, le roman doit constituer avec Le Cousin Pons le diptyque des Parents pauvres, l'un et l'autre accablés d'injures. Mais à la différence de Pons, qui sera le vieux musicien plein de coeur, dès l'origine La Cousine Bette devait voir la vieille fille disgraciée se venger de ses douleurs, ce qu'elle fera jusqu'à la ruine des siens. Le premier projet s'est cependant
élargi. Non seulement parce que les amours du baron Hulot vieillissant font de La Cousine Bette un roman érotique, et la dénonciation des affairistes dans le Paris de la monarchie de Juillet un roman de l'argent, mais parce que Balzac, renouvelant ses habitudes narratives pour mieux rivaliser avec les feuilletonistes, écrit là un livre d'action - un livre sombre, aussi, et qui n'écarte ni les ressorts ni les rebondissements du roman noir. Edition de Roger Pierrot.
2 personnes en parlent

J'ai lu ce roman lors de mes années lycée et contrairement à beaucoup de mes camarades j'adorais les lectures imposées. La cousine Bette a été une lecture que j'ai énormément apprécié. On y découvre la noblesse et ses travers, une femme dure, méchante et surtout retorse.. Un portrait sans concession mais criant de vérité. Je recommande vraiment la lecture de ce livre qui est pour moi un chef d'oeuvre.

Emma7
27/10/15
 

J’ai choisi ce roman d’honoré de Balzac, car au cours d’une discussion sur un programme scolaire, je me suis rendu compte que je ne l’avais pas lu. La version audio était une bonne solution devant faire de longs trajets de voiture avec de l’attente… ainsi que des travaux manuels qui ne demandent pas de la réflexion. 16h30 d’écoute par plage d’environ 30 mn.J’ai tout d’abord été perturbée par la voix féminine. C’est stupide, mais pour moi un roman de Balzac c’était forcément un homme qui devait le lire. Mais petit à petit la voix très agréable de Manon Combes qui prend des intonations différentes selon qui parle est devenue une compagne.Je connaissais déjà la qualité du son et j’ai découvert la voix de Manon Combes. Elle a su donner un rythme pour que ce ne soit pas assommant. J’aime beaucoup Balzac mais les longues descriptions peuvent devenir ennuyeuses si on n’y met le ton. Donc cet écueil a été évité.Pour ce qui est de l’histoire en elle-même j’ai été surprise à plusieurs reprises sur les sujets abordés qui sont toujours d’actualité, comme quoi on a rien inventé !On retrouve dans cette histoire, la noblesse et ses travers, la haute bourgeoisie qui essais de les égaler et qui ne fait que les effleurer. Les manœuvres des femmes pour s’élever dans la société ou survivre dans ce monde masculin. Les mœurs, les us et coutumes d’une époque qui viennent compléter les intrigues. Balzac tisse une tapisserie assez complexe où le passé à une influence sur le présent ou les liens entre certains événements viennent de plus loin qu l’on ne croit. La politique avec ses arrangements, les jeux d’influence qui viennent bouleverser des vies.J’ai beaucoup aimé lorsqu’il nous décrit comment on fait et on défait la notoriété d’un artiste. Nous avons droit à une satire sociale qui est toujours d’actualité. http://ramettes.canalblog

ramettes
26/10/15
 

Format

  • Hauteur : 17.20 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.06 kg

Dans la même catégorie