Le bal de sceaux

BALZAC, HONORE DE

livre le bal de sceaux
EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 17/10/06
LES NOTES :

à partir de
3,20 €

SYNOPSIS :

Émilie de Fontaine est une jeune fille de la noblesse que sa famille souhaiterait bien voir mariée. Malheureusement, elle a une si haute idée d'elle-même, et donc de l'homme qui pourra lui inspirer suffisamment d'amour pour devenir son époux, qu'elle refuse tous les prétendants qu'on lui présente. Jusqu'au jour
où, dans un bal champêtre, elle rencontre un bel inconnu... Le dossier de l'édition regroupe des textes qui permettent d'étudier le héros romantique et les représentations des beaux esprits féminins dans la littérature ; il établit un lien entre le récit de Balzac et les oeuvres de grands moralistes.
2 personnes en parlent

Oui, oui, oui, je sais, encore et toujours Balzac! Ami lecteur, vous allez en souper du Balzac! Au moins une fois par mois!Vous n'y couperez pas!J'insiste. Il faut lire Balzac ! Incomparable observateur de la société et de la nature humaine.Bien entendu, il ne s'agit pas de lire l'imposante et intimidante «Comédie humaine» d'une seule traite. 137 oeuvres rassemblées, tout de même! Rassurez-vous, ça ne se fait pas.Non, juste vous prescrire un roman, une nouvelle, un recueil à lire chaque mois. Chacun d'entre eux ne sont pas très longs à lire. A peine une centaine de pages pour celui-là. En doses homéopathiques, quoi. Pour votre plus grand bien! Essayez, vous verrez et vous m'en donnerez des Nouvelles.Balzac, ça vous explique, encore et toujours, pas mal des choses de ce monde, de notre monde, car le maître du XIXème reste encore et toujours d'actualité.Il ne faut pas avoir peur de lire ce génial écrivain qui sait si bien refléter le monde dans ces mots.Je vous dresse la table pour vous mettre en appétit. Voilà: la plus jeune fille du comte de Fontaine, Émilie, n'a qu'une idée en tête: épouser un Pair de France (titre de noblesse). Un très très riche quoi. Au bal de Sceaux, elle tombe amoureuse de Maximilien de Longueville. Lui aussi tombe amoureux. D'Emilie bien sûr, vous suivez pas ou quoi? Super! Jusqu'à là, tout va bien. Mais, comme on dirait aujourd'hui trivialement, elle le «largue» quand elle découvre qu'il tient une boutique de tissus. Marchand d'étoffes. Pfff. Trop «peuple», le mec.Elle épousera donc son oncle septuagénaire, le vice-amiral, comte de Kergarouët. Hum, hum, l'amour, euh, l'argent pardon, n'a pas d'odeur!Mais, mais... nous y sommes presque, un beau jour, v'là le beau Maximilien qui réapparait (comme par hasard!) sous d'autres atours, sous un autre «standing» comme on dirait en langage branché d'aujourd'hui... Bon, je vous raconte pas la suite car chez Balzac, y'a toujours du suspens.Là encore, Balzac dénonce l'ordre social, l'arrivisme, le pouvoir de l'argent qui pollue tout, même l'amour...Il présentait ces scènes de la vie privée comme une «une étude de moeurs qui représente tous les effets sociaux.»

alaiseblaise
22/05/11
 

Le pire de tous les défauts est de n'en avoir aucunBalzac, La Comédie Humaine, Études de moeurs, Scènes de la vie privée 2. 1829 Le Bal de SceauxÉcrit quelques années après la parution française d'Orgueil et préjugés, ce roman comporte assez de points communs avec celui de Jane Austen pour que ce ne soit pas une coïncidence. Une jeune héroïne pleine de caractère et de fougue, un amoureux fier et secret, des dialogues pénétrants mais hélas, une triste issue : Balzac est cruel.Elle est jeune (mais déjà mariable depuis quelques années), elle est drôle, elle a un avis sur tout, et surtout sur ce qu'elle attend d'un mari : Émilie ne se mouche pas du coude, elle préfère rester vieille fille plutôt que de transiger; son époux sera beau, mince, grand, spirituel, riche et noble ou ne sera pas. Lors d'un bal, elle l'aperçoit. Ils se fréquentent. Maximilien reste très secret sur son identité et ses occupations. Néanmoins, lorsqu'elle le questionne directement, il lui fait une réponse énigmatique qu'elle interprète selon ses désirs :"Quelque ambigüe que fût cette réponse, Mlle de Fontaine en ressentit une joie profonde; car, semblable à tous les gens passionnés, elle l'expliqua comme s'expliquent les oracles, dans le sens qui s'accordait avec ses désirs"Et puis patatras : elle s'aperçoit qu'il travaille, et pire, dans les tissus (Oh !). Elle lui tourne alors le dos avec une incroyable impertinence (j'adore ! On sent que c'est le truc de folie à ne pas faire à l'époque :)) et passe son temps à le railler partout avec une langue acérée.Or, le destin lui offre une seconde chance, lors d'un second bal. Mais la belle n'a jamais appris à museler sa langue et à reconsidérer ses opinions. Amoureux, Maximilien l'est, mais il ne supportera pas tout...Et voilà comment on termine malheureuse et dans une triste vie, dont aucun détail ne nous sera épargné. Quel gâchis ! Sylvie Sagnes

SagnesSy
08/07/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.11 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie