Le bibliothecaire

BEINHART, LARRY

livre le bibliothecaire
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 16/05/07
LES NOTES :

à partir de
9,70 €

SYNOPSIS :

Travaillant dans une université huppée de Washington D.C, David Golberg devient, par le plus grand des hasards, le bibliothécaire privé d'Alan Stowe. Vieil acariâtre multimillionnaire, industriel cynique et sans scrupules, Stowe est surtout le plus grand bailleur de fonds du parti républicain. Or, nous sommes justement en pleine élection présidentielle et l'équipe du candidat sortant, un gosse de riche va-t-en-guerre, ancien alcoolique reconverti en fou de Dieu, voit d'un mauvais oeil l'arrivée de cet inconnu auprès d'un homme aussi influent que Stowe. À peine Golberg a-t-il le temps de commencer le classement des papiers de l'homme d'affaires qu'il se retrouve pris en chasse par des barbouzes de la Sécurité
intérieure. Tandis que la candidate démocrate grignote son retard sur le Président et que le grand jour du vote se rapproche, David, aidé d'une bande d'amis, se voit contraint de trouver dans les documents de Stowe l'information pour laquelle on veut le tuer... Après Reality Show, adapté au cinéma sous le titre Des hommes d'influence avec Dustin Hoffman et Robert De Niro, Larry Beinhart fait un retour fracassant sur la scène littéraire, démontant pièce par pièce l'administration Bush, sa manière de manipuler le public américain et l'opinion mondiale en jouant avec des peurs et des fantasmes archaïques. Comme quoi les critiques les plus virulentes ne viennent pas toujours de la « vieille Europe »...
7 personnes en parlent

Ce n'est pas parce qu'un bouquin obtient un prix littéraire qu'il est bon, ou du moins qu'il me plaît. Et ce titre en est l'exemple. Bon, ok, il m'a quand même plu, puisque je suis arrivée à la fin, et que j'ai eu un mal de chien à le lâcher dans la seconde moitié, tant Larry Beinhart met en place les codes d'un page turner à l'américaine (bon, en même temps, le bonhomme étant américain, ceci explique peut-être cela...).Avant cette seconde moitié, Larry Beinhart nous offre avant tout une description sans concession des coulisses d'une élection présidentielle aux Etats-Unis, avec un système politique très éloigné du modèle français où chaque candidat doit avoir un temps de parole équivalent et où l'argent est loin de jouer le même rôle... On se retrouve immergé dans un univers où le lobbying et l'argent font un président... Alors certes, si les noms ont été modifiés, notamment pour le président qui se présente à un second mandat, le lecteur ne pourra s'empêcher de faire le lien avec Georges W. Bush et se remémorer un certain nombre de petites choses, notamment l'épisode de bulletins de vote à recompter en Floride lors de sa première élection en 2000... Autant de points qui font voir d'un tout autre oeil la politique américaine.Alors que cette première moitié, très axée sur la politique et ses conséquences sur la société américaine, m'a extrêmement intéressée, j'avoue que dans la seconde, même si c'est là que j'ai eu du mal à lâcher le bouquin, on entre totalement dans un thriller calibré à l'américaine, dans lequel un petit bibliothécaire va entrer en guerre contre les méchants et tenter de faire vaciller le pouvoir... Oui, bon, reconnaissons-le, ce n'est guère plausible quand même !!! Et du coup, on perd de vue un certains nombre d'enjeux pour arriver à une simplification de l'intrigue... Or, en matière de thriller politique, il faut reconnaître que pour le coup, après Manotti et DOA, il est difficile de faire aussi consistant et brillant (comment ça, je suis pas objective ? Mais qui a dit que je voulais être objective !!!). Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
05/09/11
 

« Elaina Whisthoven aimait les livres. Croyant que cet amour lui serait payé de retour, et désireuse de servir l'humanité, elle était devenue bibliothécaire. » (page 12). Elaina travaille donc à la bibliothèque de l'université de Washington mais, à cause de réductions budgétaires, elle perd son poste. Six mois après, elle y retourne pour annoncer à David Goldberg, le directeur du service informatique qu'elle a un nouvel emploi dans une bibliothèque privée mais qu'elle a besoin qu'il la remplace deux jours chez Alan Carston Stowe car elle doit s'absenter. « À force de remplacer Elaina qui continuait à ne pas venir, jour après jour, j'ai fini par devenir le bibliothécaire de M. Stowe » (page 23).David Goldberg devient alors le bibliothécaire privé de Stowe.« Un bibliothécaire n'a pas un statut social très élevé, et nous ne gagnons pas non plus beaucoup d'argent ; plus qu'un poète, d'accord, mais pas autant qu'un type qui sait bien faire la manche. Alors, nos idéaux comptent beaucoup pour nous, et aussi l'amour des livres, l'amour du savoir, l'amour de la vérité et de la liberté d'information, le désir que les gens puissent découvrir les choses par eux-mêmes. Qu'ils puissent lire, oh, des histoires d'amour ou des romans policiers, ce qu'ils veulent. Et que les pauvres puissent avoir accès à Internet. » (page 79), déclare-t-il à Niobé qu'il a rencontrée chez le vieux milliardaire et dont il est tombé amoureux malgré le fait qu'elle soit mariée au colonel Jack Morgan.Mais David ne sait pas où il a mis les pieds... Il est surveillé et certains veulent même le tuer.« Spinnelli avait posé des micros dans les trois pièces de ce qui était, à ses yeux, un misérable petit appart, avec une télévision de trente-trois centimètres et des piles et des piles et des piles de bouquins. Des étagères pleines de bouquins. Des bouquins ouverts sur la table, et des bouquins près du lit. [...] Spinnelli s'était dit que ce gars ne devait pas avoir de vraie vie, pour être ainsi constamment plongé dans les livres. » (page 124).Pendant ce temps, la campagne présidentielle bat son plein. Du côté républicain, Augustus Winthrop Scott, le président sortant, partisan de la guerre. Du côté démocrate, Anne Lynn Murphy, engagée comme infirmière au Viêtnam et animatrice d'une émission médicale avant qu'elle ne se lance en politique.[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
31/05/11
 

Un bibliothécaire pourchassé Ce roman est un thriller politique très efficace qui dénonce les manipulations électorales et l’argent du pouvoir.

Durant le premiers tiers du livre, j'ai apprécié la façon de présenter les moeurs politiques aux USA et l'imbrication des intérêts et des pouvoirs économiques et politiques. Toutefois, au fur et à mesure de la progression de l'histoire, les situations y deviennent outrées et les personnages caricaturaux, avec les bons, gentils et courageux (démocrates) d'un côté, et les mauvais, pervers, cupides et machiavéliques (républicains) de l'autre. Le personnage de Niobé est une bonne illustration de ce propos. En effet, pendant une grande partie du livre on s'interroge sur le camp auquel elle appartient et son image oscille entre la belle s*l*pe (républicaine), et la femme idéale (démocrate).Dommage que l'auteur desserve ainsi la crédibilité de son propos, un plus grand réalisme m'aurait suffi ! Apikrus

Apikrus
01/02/16
 

Un bibliothécaire pourchassé Ce roman est un thriller politique très efficace qui dénonce les manipulations électorales et l’argent du pouvoir.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

David Goldberg devient le bibliothécaire privé d'Alan Stowe un multimillionnaire américain dont il doit classer ses papiers . Celui ci est le plus grand bailleur de fond du parti républicain et nous sommes a quelques jours de l'élection présidentielle. David Goldberg est alors soupçonné d'avoir trouvé des papiers compromettants contre le président américain et il se retrouve traqué par les services secrets qui ne reculeront rien pour s'en débarrasser.Ce livre est une charge corrosive contre l'administration Bush . L'auteur nous montre le coté obscure des élections et nous pousse a réfléchir sur le poids réel de nos votes. On ne ressort pas indemne de cette vision effrayante de nos pays démocratiques.Mais Le Bibliothécaire est, avant tout, un excellent policier plein de suspens, de rebondissements et de beaucoup d'humour. L'histoire est bien construite et cohérente . On ne peut s'empêcher de penser que ce président de roman ressemble furieusement a quelqu'un existant.J'ai pris énormément de plaisir avec ce livre, ma note sera de 8/10. http://desgoutsetdeslivres.over-blog.com/

Zembla
08/12/13
 

Je vais avoir une critique très tranchée: je vous déconseille ce livre. Je n'ose penser qu'un livre puisse être réduit à une succession d'éléments que l'on essaie tant bien que mal de relier entre eux de façon plus ou moins, et il faut bien le dire plutôt moins, plausible et visible. De plus ces éléments sont très superficiels et légers: je doute que des amis prêts à se faire tuer pour vous délibérément, existent! Je doute que des personnes perturbent complètement leur vie en n'allant plus travailler alors qu'elles vous connaissent de façon superficielle! La vision des relations hommes-femmes est ici pathétique que ce soit d'un côté ou de l'autre, et j'espère que ce n'est pas le reflet de la vie de l'auteur....Enfin ce n'est pas en ajoutant de la vulgarité régulièrement que l'on suscite l'intérêt du lecteur: la zoophilie et l'érotico-porno étant à priori le nec plus ultra pour l'auteur pour se garantir l'intérêt soutenu du lecteur. Il existe je vous l'assure des policiers de gare de nettement meilleure qualité!

Ecologue
08/10/13

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.28 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : PATRICE CARRER

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition