Le boucher des hurlus

AMILA, JEAN

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 17/01/01
LES NOTES :

à partir de
5,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Convient-il de condamner un général dont la gloire repose sur le massacre inutile de dizaines de milliers de poilus et qu'on appelle le boucher des hurlus ? dans les réjouissances de l'armistice les adultes timorés n'y songent plus
guère. Mais quatre mômes de huit à treize ans, au crâne tondu parce que fils de mutins fusillés en 1917, ne pensent qu'à ça. il y a un monumental assassin intouchable qu'il faut juger et exécuter. et ils s'y mettent.
2 personnes en parlent

L'action débute peu de temps après la fin de la Grande Guerre.Le petit Michel et sa mère vivent dans un appartement parisien, seuls contre tous. En effet, la maman est régulièrement agressée autant verbalement que physiquement par le voisinage parce que son mari a été fusillé en 1917, suite à son refus, en même temps que celui d'autres soldats, d'obéir aux ordres et de se lancer à l'assaut de la colline des Hurlus.Suite à l'internement de sa maman, Michel sera placé dans un pensionnat de jeunes pupilles de la nation. Là, en compagnie de trois "grands", il va mettre en place leur évasion et leur périple afin de se rendre sur les lieux qui ont vu mourir leurs pères et de se venger de ce général qui a ordonné leur exécution, et qu'ils nomment le Boucher des Hurlus.Un excellent roman qui place le lecteur directement aux côtés de ces petits hommes qui ont à la fois toute l'innocence de l'enfance et déjà de nombreux traits des adultes.Jean Amila, dont le père était du nombre des victimes de cette boucherie, dénonce avec rigueur toute la bêtise de la guerre mais aussi la méchanceté dont est capable l'humanité.On s'attache à ces quatre copains, aux traits bien marqués, à leur langage de petits Parisiens de la rue, et qui font front face à leur destin et au monde des adultes, traversant une partie de la France, en proie notamment à la grippe espagnole, avec beaucoup de courage.Maltese

Maltese
08/10/10
 

Jean Amila (aussi connu sous le nom de Jean Meckert) s'attaque à un épisode peu glorieux de la guerre de 14-18 : celui des mutins fusillés par l'armée française, pour des raisons arbitraires et scandaleuses. Si Stanley Kubrick traite le sujet dans Les sentiers de la gloire, il le fait à hauteur de soldats : on suit la vie d'un régiment, dans les tranchées, en alternance avec le quotidien plus opulent des généraux.Ici, Jean Amila choisit de traiter le sujet en prenant comme personnage principal un enfant et situe l'action juste après la guerre. Michou est le fils d'un mutin tué en 1917. Dans le quartier de Paris où il vit avec sa mère, il est montré du doigt par les voisins pour être le fils d'un traître à la nation. Dans la lignée de sa mère qui défend bec et ongles la mémoire de son mari, Michou prend la défense de son père. Même lorsqu'il reste seul suite à l'internement de sa mère, il n'a qu'une pensée en tête : venger l'honneur de son père. Et le plus simple pour lui est de s'attaquer à celui qui est l'origine du meurtre de son père, le général des Gringues, surnommé le boucher des Hurlus (il dirigeait les opérations sur la région de Perthes-les-Hurlus, village détruit situé entre Reims et Verdun)Le roman raconte donc la recherche du général. Michou s'attaque à cette recherche avec ses amis de l'orphelinat, qu'il a rejoint après l'internement de sa mère. Jean Amila en profite d'ailleurs pour décrire les conditions de vie difficile de ces institutions, juste après la guerre, alors que la menace de la grippe espagnole pèse sur toute la population. Avec ses trois amis, Michou décide donc de s'enfuir de l'internat pour tuer le général. Pour cela, il faut trouver une arme. Ils décident de rejoindre les anciens lieux de bataille, certains de pouvoir trouver une arme sur un cadavre abandonné au bord de la route. Tout ce périple donne lieu à des séquences savoureuses, comme celle où les enfants sont invités par une mère maquerelle et ses filles à savourer une choucroute à la gare de l'Est.Sous couvert d'un roman plein de rebondissements et d'une intrigue menée par un enfant, Jean Amila signe une oeuvre politique sur le sort réservé aux mutins et à leurs survivants (femme et enfants). Plus largement, il montre les différences qui secouent la population française, entre ceux persuadés du bien-fondé des actions des généraux et ceux qui dénoncent dès 1917 cette boucherie. Un court roman qui fait plonger le lecteur dans l'horreur de la guerre et dans le Paris populaire de 1920, avec une utilisation de l'argot et du parler populaire très réussi. Un beau petit roman à découvrir.

Yohan59
13/09/12
 

Format

  • Hauteur : 17.50 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition