Le bourgeois gentilhomme

MOLIERE

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 23/10/85
LES NOTES :

à partir de
1,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le Bourgeois gentilhomme «Monsieur Jourdain : Et comme l'on parle, qu'est-ce que c'est donc que cela oe Maître de philosophie : De la prose. Monsieur Jourdain : Quoi ? Quand je dis : «Nicole apportez-moi mes pantoufles et me donnez mon bonnet de nuit», c'est de la prose. Maître de philosophie : Oui, Monsieur. Monsieur Jourdain : Par ma foi, il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m'avoir appris cela.» Lorsque Molière fait jouer pour la première fois Le Bourgeois gentilhomme à Chambord en 1670 devant le Roi et la
cour, Monsieur Jourdain n'est pas seulement un père qui entrave les projets de mariage de sa fille. Car, bien au-delà de cette histoire d'amour traditionnelle, la comédie-ballet se déploie en un grand spectacle avec danses et musique, où le comique et la satire prennent constamment pour cible le bourgeois qui s'est mis en tête de devenir gentilhomme et finit en mamamouchi ridicule. Héros de l'illusion comme Tartuffe, monomane comme Harpagon, rien ne peut l'arracher à sa folie de noblesse. Edition présentée et annotée par Jacques Morel. Notes complémentaires de Jean-Pierre Collinet.
2 personnes en parlent

M. Jourdain est un marchand de drap qui veut devenir gentilhomme et pour cela apprendre la danse, la musique, l'escrime et la philosophie. Mme Jourdain est inquiète des dépenses que Dorante fait faire à son mari et préfère que sa fille Lucile épouse Cléonte. Les domestiques des deux jeunes gens usent de subterfuges pour que M. Jourdain accepte Cléonte pour gendre. Ils simulent l'arrivée du fils du Grand Turc à Paris, et, dans un ballet oriental, confèrent à M. Jourdain le titre de Mammamouchi, sa fille épousant le fils du Grand Turc qui n'est autre que Cléonte déguisé. A relire en souriant.

brucelit
02/02/09
 

Cette pièce est assez drôle, mais excessivement proche des Fourberies de Scapin. Pour commencer, des personnages se retrouvent dans les deux oeuvres (on mentionnera Argan/Argante par exemple). D'autres jouent le même rôle dans les deux pièces mais n'ont pas le même nom (on citera Toinette, la servante dans le Malade imaginaire, qui pourrait très bien être Scapin dans les Fourberies). On retrouve aussi des similitudes dans l'histoire. Des enfants désobéissants (fils ou fille), des servants traître se rebellant contre des pères naïfs se faisant avoir par un peu n'importe qui. Et enfin, plus qu'une similitude, une copie. En effet, la scène 5 de l'acte premier du Malade imaginaire semble directement tiré de la scène 4 du premier acte des fourberies. Dans l'ensemble, je suis donc assez déçu de cette lecture car trop semblable aux fourberies de Scapin.

un flyer
02/07/14

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition