Le cauchemar

MARININA, ALEXANDRA

livre le cauchemar
EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 01/10/98
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 10 jours ouvrés
à partir de
17,60 €

SYNOPSIS :

Anastasia Kamenskaïa retrouve son supérieur Viktor Gordeïev, dit Boule -de-Pain, qui, après lui avoir fait entendre qu'un de ses inspecteurs travaille pour la Mafia, la met aussitôt sur l'affaire Eremina que l'inspecteur Lartsev n'a pas résolue. Une jeune femme, Viktoria Eremina, a été retrouvée étranglée dans les bois de Saviolov. Elle se prostituait pour son patron et buvait beaucoup. Vika avait un amant, Boris Kartachov, un peintre qui s'est vite inquiété de sa disparition. Quelques jours auparavant Vika lui avait paru si bizarre qu'il avait consulté un psychiatre. Elle affirmait qu'o n lui avait volé un cauchemar qu'elle faisait depuis des années pour le diffuser à la radio. D'après le rapport
d'enquête, le psychiatre aurait conclu à une psychose grave justifiant l'internement. Anastasia se lance dans son enquête sans trop y croire, alors qu'au même instant, dans un bar de Moscou, trois hommes jurent de l'empêcher d'arriver à ses fins : l'organisation ne désire pas qu'une inculpation soit prononcée avant la mi-janvier. Très vite il s'avère que Boris Kartachov a fait un faux témoignage et Anastasia comprend que l'enquête menée par Lartsev a été bâclée. Incrédule, elle se demande si ce n'est pas lui l'inspecteur véreux dont lui parlait Boule -de-Pain. Son affaire étant loin d'être résolue, Anastasia part pour Rome et c'est là que, brusquement, tout se gâte pour elle...
1 personne en parle

Voici un auteure russe dont je n'avais jamais entendu parler. Et ce fut une excellente surprise !Ce livre, premier des aventures d'Anastasia, nous met tout de suite dans l'atmosphère russe. J'ai adoré cette plongée dans un milieu qui m'est totalement inconnu : on rentre de pleins pieds dans la réalité du quotidien russe et les personnages sont très fouillés. De plus, le polar en tant que tel est parfaitement orchestré, avec un rythme soutenu, sans sur-enchère dans l'horreur ou le rocambolesque.Une fois passée la barrière des noms (car, je l'avoue, j'ai eu un peu de mal à me repérer dans tous ses noms qui ont des consonances identiques - et je vous passe l'utilisation des diminutifs qui complique parfois la donne), j'ai vraiment accroché à l'écriture de cette ex-lieutenant-colonel de police.Un "héros" féminin (ça change), crédible et dynamique ! Je dis "encore" !

Argantel
02/04/11
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.39 kg