Le chien de dieu

BARD, PATRICK

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 10/04/08
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

1798. Les armées de bonaparte occupent rome et s'apprêtent à piller le vatican. en tentant de soustraire d'inestimables manuscrits à la convoitise des français, antonin fages, prêtre et bibliothécaire, découvre une étrange confession rédigée en une langue qui le ramène à son enfance occitane et à ses débuts d'humble vicaire en margeride, à la terrible année 1764, quand une calamité dépêchée par dieu dévorait dans les campagnes enfants et jouvencelles. La découverte du manuscrit condamne antonin à revivre trois ans passés
en enfer, trente ans plus tôt. trois années à traquer la bête qui terrorisait les campagnes, tuant, égorgeant, dévorant sur son chemin. a l'époque, antonin n'avait pu élucider ce mystère plus grand que lui. sans doute cette confession recèle-t-elle un terrible secret car d'autres, moins bien intentionnés que lui, n'hésitent plus à tuer pour subtiliser le manuscrit. La traque contraindra le bibliothécaire à errer dans les bas-fonds de rome au péril de sa vie, tentant d'échapper à l'armée des ombres qui le poursuit sans pitié.
1 personne en parle

Un thriller sur fond historique ? Ce roman en est bien l'illustration. Au cours de ses 525 pages, l'auteur nous entraîne dans une histoire se déroulant sur trois strates différentes. Nous suivons Antonin Fages en 1798, alors qu'il est bibliothécaire dans une prestigieuse bibliothèque à Rome (la Vaticane). Le personnage est français mais exilé en Italie suite à ses idées révolutionnaires. Il a une cinquantaine d'années. Puis, il découvre le manuscrit controversé et là, l'auteur nous plonge dans sa lecture pendant une bonne partie du livre. Cette lecture a ensuite pour effet de replonger Antonin Fages dans ses souvenirs d'enfance. C'est à travers les souvenirs d'Antonin que l'on plonge littéralement dans le sujet historique du roman. Nous sommes téléportés en plein cœur du Gévaudan, à l'époque où sévit la Bête. La description de chaque scène est un plaisir dans cet ouvrage ! On se retrouve au milieu des forêts humides et denses du pays à traquer la Bête. J'ai eu beaucoup de plaisir à m'imaginer les paysages de cette contrée françaises.De plus, le roman nous offre un panel d'éléments très intéressants sur la vie paysanne de cette époque. Les régions du centre de la France sont éloignées géographiquement de toute métropole. Si tant est qu'elle soit en plus entourée de montagnes, l'isolement est total. Au début des attaques de la Bête, en 1764, le tout Paris et notamment Louis XV est affolé et met tout en œuvre pour y mettre un terme. Le livre montre effectivement qu'un nombre important de battues sont effectuées. Cependant, lorsqu'un envoyé du roi annonce avoir tué la Bête, s'en est finit. On ressent le désespoir des habitants alors que les attaques continues mais que la capitale ne réagit plus. Finalement, on a l'impression que personne n'a vraiment cru à ce fléau.L'auteur a su me passionner par son récit. Le choix de l'histoire de la Bête du Gévaudan est intéressante car, au final, nous n'avons jamais su ce qu'était ce fléau. Un auteur a donc tout le loisir de laisser parler son imagination. Ici, Patrick Bard nous donne une version tout à fait vraisemblable.A savoir que la Bête du Gévaudan a réellement existé. Patrick Bard a d'ailleurs consulté les registres paroissiaux entre 1764 et 1767 et l'on dénombre plus de 150 morts dû certainement à cette Bête. Marylin

marylinm
08/12/11
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.50 kg