Le choix de sophie

STYRON, WILLIAM

livre le choix de sophie
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 24/02/81
LES NOTES :

à partir de
33,50 €

SYNOPSIS :

A Brooklyn, en 1947, Stingo, jeune écrivain venu du Sud, rencontre Sophie, jeune catholique polonaise rescapée des camps de la mort. À la relation de la rencontre du jeune homme avec l'amour, se superposent la narration du martyre de Sophie, l'évocation de l'univers concentrationnaire et de l'holocauste nazi. Les deux veines, autobiographique et historique,
irriguent en profondeur ce roman et fusionnent en une émouvante parabole sur l'omniprésence du Mal, symbolisé par l'horreur nazie, mais aussi par l'esclavage et le racisme brutal ou larvé de la société américaine, l'intolérance à tous les degrés, la férocité de la lutte de l'homme pour la vie ou la survie la plus élémentaire.
6 personnes en parlent

C’est Laurel Zucherman qui, dans « Sorbonne Confidential » m’a donné envie de lire « Le choix de Sophie », dont je connaissais comme tout le monde l’histoire (en gros) sans l’avoir jamais lu (ni vu le film), tant elle se montrait profondément agacée par la manière très abstraite dont ce roman est étudié en agrégation d’anglais, et c’est un gros morceau.Nous sommes en 1947 et Stingo est notre très jeune narrateur. Aspirant écrivain venu du Sud des Etats-Unis, il rencontre à New York un couple qui immédiatement le séduit, Sophie et Nathan. Ils ont la trentaine, ils sont d’une très grande beauté, ils sont drôles, cultivés, brillants et intéressants, il est ébloui et comblé quand ils le prennent sous leur aile. Ils sont aussi hélas tous deux très abîmés et instables; Nathan est schizophrène et se drogue, Sophie est une rescapée d’Auschwitz.Ca finit très mal.C’est un roman imparfait qui est aussi profondément captivant. En 1976, le politiquement correct n’avait pas encore fait son apparition et il est empli d’aspérités, il heurte – ça participe à son pouvoir. Il explore la notion du mal dans tous ses sens et ses horribles incarnations, avec violence, mais la plume très bavarde de Styron fait un tel usage du détail que l’on a une impression de totale évidence. Paradoxalement c’est très facile à lire, ce qui fait que la portée dramatique explose : on se prend vraiment durement la densité de l’horreur en pleine figure. http://cuneipage.wordpress.com

SagnesSy
22/12/15
 

Chef d'oeuvre ! Evocation de l’univers concentrationnaire, amour suicidaire, sado-masochiste et parabole sur l’intolérance, la férocité de la lutte de l’homme pour la vie ou la survie la plus élémentaire.Puissant livre de passions, auteur au talent immense.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

A Brooklyn, à la fin des années 40 , Stingo, jeune écrivain venu du Sud, rencontre Sophie, jeune catholique polonaise rescapée des camps de la mort. Deux récits se superposent: l'histoire tumultueuse de la relation amoureuse entre ces deux êtres ,et la narration du martyre de Sophie dans l'univers concentrationnaire de l'holocauste nazi où Sophie se trouve face au choix le plus difficile et douloureux qui puisse s'offrir à une mère: celui de choisir entre ses deux enfants, celui qu'elle va sauver de la mort , condamnant ainsi l'autre à mourir. La question qui se pose évidemment est: comment continue-ton à vivre après ça? C'est aussi une réflexion sans concession sur l'Amérique intolérante des années 50.Je ne peux pas décortiquer ce livre pour vous expliquer pourquoi je l'aime. Il est juste beau et malgré son nombre de pages impressionnant (presque 700 dans mon édition mais jusqu'à 900 dans d'autres), ou peut-être grâce à lui, on s'attache sans se lasser à cette femme ordinaire placée dans une situation extraordinaire. A LIRE ABSOLUMENT mais pas en période de déprime.

cocalight
13/06/12
 

Le choix de Sophie, de William Styron, est une œuvre autobiographique. Nous sommes à New York, en 1947. Stingo, le narrateur du récit (et donc l’auteur), est un écrivain en herbe originaire du Sud des États-Unis. Dans sa nouvelle habitation, il fait vite connaissance avec ses voisins, notamment un couple : Nathan, un homme charismatique mais schizophrène, souvent exquis, parfois très violent, et surtout, Sophie, une Polonaise catholique rescapée des camps de la mort. La belle Sophie, dont Stingo s’éprend vite, lui raconte, non sans réticence, son expérience passée à Auschwitz… Il y a donc une certaine duplicité dans ce roman : à l’existence du narrateur s’ajoute le récit de la vie concentrationnaire. Ne pas se laisser impressionner par la taille du volume : les 900 pages se tournent toutes seules, grâce à la remarquable fluidité du style de l’auteur. Les qualités du livre sont nombreuses. L’écriture de Styron, donc, est jubilatoire – le terme, souvent galvaudé, prend ici tout son sens –, et l’ouvrage traite plusieurs sujets : outre les camps (très bonne restitution), il évoque également l’universalité du mal (l’esclavage et l’intolérance aux États-Unis), le poids de la culpabilité (celle de Sophie d’avoir survécu à la guerre) ainsi que le rapport de Stingo à l’écriture et aux femmes. Difficile de rester de marbre devant une œuvre si ambitieuse et imposante. S’il faut trouver un défaut à ce roman magistral : peut-être le narrateur s’attarde-t-il quelque peu sur sa vie privée, au détriment de la description de la vie à Auschwitz… Mais la lecture du texte dans son ensemble, grâce au style éblouissant de Styron, est un tel régal que l’on peut tout pardonner à ce grand auteur. On l’aura compris, Le choix de Sophie est un pur chef-d’œuvre.

Nico17
04/05/10
 

Rebutant au premier abord par son épaisseur et son histoire qui tarde à démarrer, ce livre mérite que l'on persévère à le lire. Une fois dans l'histoire, on ne peut se détacher de Sophie qui a dû un jour faire un choix impossible qui a conditionné le reste de sa vie. Une approche psychologique, et à travers les conséquences vécues bien des années plus tard, de l'horreur nazie. PhiL

DelireDeLire
10/04/10
 

Chef d'oeuvre ! Evocation de l’univers concentrationnaire, amour suicidaire, sado-masochiste et parabole sur l’intolérance, la férocité de la lutte de l’homme pour la vie ou la survie la plus élémentaire.Puissant livre de passions, auteur au talent immense.

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.20 cm
  • Poids : 0.79 kg
  • Langage original : ANGLAIS