livre le cid
EDITEUR : LAROUSSE
DATE DE PARUTION : NC
LES NOTES :

à partir de
1,85 €

SYNOPSIS :

Au XIe siècle, à Séville, Rodrigue et Chimène se réjouissent de leur prochain mariage. Mais une grave querelle survient entre leurs deux
familles... "La vertu cornélienne est au point où le cri naturel de l'orgueil rencontre le sublime de la liberté." Paul Bénichou.
9 personnes en parlent

Je vais aller vraiment très vite pour ce coup-ci parce que je n'ai pas grand chose à dire. J'attendais depuis longtemps de lire cette oeuvre à propos de laquelle je n'entendais pas dire grand chose, je n'avais donc aucune surprise en la commençant, ne sachant pas du tout à quoi m'attendre. Je dois avouer que j'ai bien aimé, tout particulièrement la manière d'écrire de l'auteur. La façon dont les vers restent mélodieux, poétiques, charmeurs (?) bien que cela reste des dialogues entre les personnages. J'ai déjà lu plusieurs pièces de théâtre écrite en vers et je dois dire que le style de Pierre Corneille me plaît particulièrement. A part ça, l'histoire m'a paru sympathique et intéressante sans qu'elle soit pour autant réellement marquante. Il s'agit d'un dilemme : tuer ou ne pas tuer, décevoir son père ou sa fiancée, pardonner ou ne pas pardonner. Cette notion de choix est abordée de manière intéressante et je ne me suis pas vraiment ennuyée malgré l'écriture très différente de notre époque. Ninon !

nilale
15/04/15
 

J'ai bien aimé cette pièce, cette tragi-comédie originale. En effet nous ne pouvons dire que cette œuvre est une tragédie à part entière car la fin est heureuse ; Chimène épousera Rodrigue après un an de deuil et de guerre pour son amant. Cette pièce fut très bien accueillie par le public mais fera tout de même polémique car Racine sera accusé d'avoir plagié Guillén de Castro bien qu'il ne se soit jamais caché de s'être inspiré de l'œuvre de Casto pour sa pièce. Parlons de la pièce : Rodrigue et Chimène s'aiment tous deux et sont promis l'un à l'autre mais une querelle entre leurs pères va pousser Rodrigue à rétablir l'honneur de sa famille au détriment de son amour pour Chimène.J'ai trouvé les personnages, leurs tourments intérieurs, leurs choix difficiles très intéressants... Rodrigue est un jeune homme vaillant qui ne recule devant rien pour protéger l'honneur de sa famille même si pour cela il doit perdre Chimène. Chimène est très forte. Elle veut venger son père par dessus tout mais redoute tout de même la mort de son amant. Je l'ai tout de même trouvé agaçante même après la victoire de Rodrigue sur les Mores et son retour triomphal, elle demande encore sa mort au roi et même après sa victoire dans le duel qui opposait Rodrigue à Don Sanche elle hésite encore...Le style de Corneille est très beau mais aussi très simple à lire. Appelez moi, Love ... Love-of-book :P

Loveofbook
03/11/14
 

Je n'ai pas été vraiment emballé par le Cid. Déjà, le langage utilisé à l'époque de Corneille n'est pas évident à comprendre pour nous. Ensuite, l'histoire en elle-même n'est pas transcendante. Mais bon, comme on dit que c'est un classique, on ne peut pas le sous-noter

un flyer
02/07/14

J'avais eu un avis partagé sur Horace du même auteur, mais je suis ravie de découvrir que Le Cid s'avère différent et plus intéressant.Ce n'est pas ma pièce de théâtre préférée et Corneille ne restera pas dans mes dramaturges favoris, mais cette histoire se laisse lire. J'ai su rester captivée par l'intrigue ne pouvant pas prévoir son dénouement, je me suis vue entraînée dans le récit pour en connaître le fin mot. J'avais peur de tomber dans le même schéma qu'Horace, avec une fin courue d'avance, très dramatique en somme. C'est tout le contraire avec Le Cid, le récit est certes parsemé de tension, cependant le dénouement quoi que rapide à mon goût s'avère plus léger et doux.La plume de Corneille est incontestablement très belle. Je l'ai même plus appréciée sur cette pièce, elle est plus soignée, plus poétique, les mots m'ont captivée et c'est ce qui m'a aussi permis de rester accrochée à l'histoire. Le style est celui de l'époque de l'auteur, les tournures et les expressions sont typiques du XVIIe siècle, cela ne m'a pas dérangée, j'en suis habituée. Toutefois, je dois reconnaître qu'il sera plus facile d'appréhender Corneille en lisant le Cid qu'en se jetant sur Horace. Les rimes, la force des vers instaurent une certaine admiration vis-à-vis de Corneille ; il sera bien facile de trouver des répliques cultes voire même des tirades entières à faire partager à son entourage.Cette pièce est très intéressante pour avoir placé l'histoire en Espagne, on s'en aperçoit très vite aux noms employés et j'ai particulièrement trouvé sympathique de placer quelques références historiques concernant ce pays. D'ailleurs, l'idée des duels est bien pensée pour orchestrer le récit, car au moment de l'écriture de la pièce, Richelieu avait déjà banni les duels, les rendant illégaux. Je ne connais pas la position de Corneille sur ce sujet, mais en lisant cette pièce, j'ai eu l'impression que les duels étaient tournés en dérision de manière intelligente.Un affront amène Rodrigue à venger son père en tuant le père de Chimène, la femme qu'il aime. Cette dernière le voit comme un affront et réclame vengeance. Un duel en amène un autre, puis un autre et encore un autre, le ridicule de cette ritournelle est mis en lumière par l'un des personnages dans la pièce. C'est vrai que vu de cette manière, si chaque personne ayant subit un affront se met à réclamer vengeance, il risque fort de ne plus rester grand monde au bout du compte.J'en arrive aux deux protagonistes principaux, Rodrigue et Chimène. J'aime l'évolution de leur relation, ils s'aiment, mais les événements les poussent à devenir des ennemis – même si au fond, ils s'aiment toujours. Je suis heureuse de l'issue de la pièce en ce qui les concerne, je vous laisse découvrir par vous-même le dénouement. Rodrigue est un héros très sympathique, courageux, perspicace. Il comprend très vite le choix terrible que lui impose son père ainsi que les conséquences. Les épreuves qu'il traverse rendent le personnage très attachant. Je l'ai certainement plus apprécié que Chimène pour laquelle je suis plus mitigée. Je comprends les raisons qui la poussent à aimer et à détester Rodrigue, pour elle aussi, le choix entre son amour et son devoir lui impose des épreuves. Toutefois, à quelques passages, son sens de l'honneur prenait plus la tournure d'un acharnement, c'était un peu dérangeant.En conclusion, c'est une bonne pièce, elle se lit, elle est fluide ; l'histoire contée est passionnante, pas mélodramatique, je l'ai suivie avec enthousiasme et je suis contente du dénouement. Et même si ce dernier s'avère un peu rapide et même s'il me manque quelques informations sur le devenir des personnages principaux, on se laisse emporter par cette pièce à la plume si belle et soignée. Rodrigue et Chimène traversent de nombreuses épreuves avant de parvenir à un équilibre, c'est peut-être ce qui rend leur histoire si belle.

Ewylyn
10/03/14
 

Cette tragi-comédie mélange à la fois le comique et la tragédie. C'est pour cela que la Querelle du Cid éclate, Corneille est obligé de retravailler son texte et de respecter les trois règles du théâtre classique. Cemella

Cemella
01/05/13
 

Chimène et (Don) Rodrigue sont amoureux. Leurs pères consentent à leur mariage. Jusque là, pas de soucis. Sauf que leurs paternels se crêpent le chignon, et que le père du jeune homme lui demande de se venger en tuant celui de sa bien aimée. Chose qu’il va faire, pour l’honneur de sa famille, bien que partagé et ayant pesé le pour et le contre un moment. En apprenant cela, Chimène est blessée et partagée. Comment l’homme qu’elle aime a-t-il pu tuer de sa main son père ? De prime abord, on peut le dire, le sujet semble compliqué. Et c’est le cas. Mais finalement, on a aucun mal à s’y retrouver. L’histoire est trèèès prenante, et on tourne avidement les pages pour savoir comment tout ça va se terminer. Issue qui, disons-le de suite, est on ne peut plus incertaine, ce qui ajoute du piment à cette pièce. Les thèmes abordés sont on ne peut plus intéressant. L’amour, la loyauté, l’esprit de famille. Que faire quand tout ceci se mélange ? Que doit faire Chimène, amoureuse de l’homme qui a ôté la vie à son père ?Chimène est d’ailleurs très attachante (en plus d’avoir un magnifique prénom). Elle est vraiment amoureuse de Rodrigue, mais ne supporte pas l’idée de son crime, et veut venger son père, quitte à tuer son amour. Sauf que lorsqu’elle réalise la souffrance qu’un tel évènement engendrait en elle, la demoiselle est perdue. C’est sans mal qu’on se met à sa place, et qu’on réalise que choisir entre la vengeance et l’honneur de son défunt père et l’amour de sa vie, le choix est extrêmement difficile. Le dilemme est on ne peut plus rude ! Rodrigue quant à lui a aussi longuement hésité, mais il m’a agacé à un moment, en croyant qu’il pourrait se racheter en jouant au héros ! Comment se racheter lorsque l’on a assassiné le père de sa bien aimée ?! Par contre, encore un petit naïf dans cette pièce. Don Sanche se fait manipuler par Chimène qui en profite et lui promet de belles choses s’il accomplit ce qu’elle désire. Pourquoi y a-t-il toujours un homme à ce point naïf ?La fin de cette pièce est vraiment belle, et personnellement, niveau histoire d’amour impossible, je préfère de loin Le Cid à Roméo et Juliette (que j’avais détesté, cela dit en passant) !En somme :Une pièce à lire absolument ! Askmetoread

askmetoread
23/10/12
 

Et dire que Le Cid est dû à une décoration mal vécue par un des protagonistes, qui a fichu une pagaille monumentale : franchement, on dit à tort que les femmes sont compliquées, mais au temps de Corneille, les hommes espagnols (puisque ici, point de France mais plutôt une belle Castille) ont l'art de mettre de l'embrouille, là où il n'y en a pas besoin ! Don Diègue et Don Gomès sont deux nobles de la cour du premier roi de Castille, Don Fernand, s'apprécient d'autant plus que leur progéniture se découvre tout plein de points communs, (très très communs, on pourrait même dire) : le fils du premier, Rodrigue, est tombé fou amoureux de la fille du second, Chimène (sentiment totalement partagé). Seulement voilà, Don Fernand a anobli davantage Don Diègue pour le remercier de ses nombreux faits d'arme passés et cette nouvelle distinction n'est pas au goût du copain, profondément jaloux, estimant qu'il aurait mérité le titre. Résultat : une grosse empoigne verbale, qui se termine par un soufflet de la part de Don Gomès plus alerte que le père de Rodrigue : ce dernier ne réagit pas à l'infamie, conscient de son état de forme chancelant, le désormais célèbre « Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! » . Et voilà, Rodrigue chargé de réparer la honte de son père et d'imposer un duel à Don Gomès, dont il en sort vainqueur et criminel. Indignité réparée pour Rodrigue (mais au prix de la perte de Chimène), cruauté des faits (Chimène ne peut choisir entre demander vengeance au roi, «réparer» la mort de son père et taire son amour pour le meurtrier de celui-ci: «Après mon père mort, je n'ai point à choisir»), dilemmes cornéliens dans toute leur splendeur ! Mais, pendant ce temps-là, les Mores rôdent : et si c'étaient eux, les tenants et aboutissants du récit ?Une plume magistrale (vraiment), qui n'a absolument pas perdu de sa fraîcheur, une histoire d'amour universelle, de l'honneur à foison, une musicalité des phrases si belle qu'à chaque moment de ma lecture, j'ai imaginé des slameurs reprendre le texte : peut-être qu'un d'eux l'a déjà produit ? Comment ne pas fondre devant les arabesques et figures littéraires ultra-connues : de la litote de Chimène « Va, je ne te hais point » au modernisme des néologismes de l'époque «Ne soyons plus en peine, Puisqu'aujourd'hui mon père est l'offensé, Si l'offenseur est père de Chimène». La richesse lexicale masque et temporise les longueurs sur la fin : je me serais bien arrêtée à la justification du nom de Le Cid. Mais cinq actes se méritent et ne se détruisent pas : Corneille, aussi moderne pour son époque soit-il, ne pouvait pas tout se permettre, son texte fut déjà largement amendé par Georges de Scudéry, qui lui a reproché, en particulier, le personnage auxiliaire et «inutile» de l'Infante.En résumé : une très grande œuvre à (re)découvrir.

Cave
04/03/12
 

Acte 1 : L’épreuve, Rodrigue choisit l’honneur :Sc.1 : Elvire, gouvernante de Chimène apprend à celle-ci que don Gomes, son père, s’est décidé à la donner en mariage à Rodrigue. La jeune fille n’ose s’abandonner à la joie, elle pressent un malheur. Sc.2 : Pendant ce temps, l’infante, elle aussi amoureuse de Rodrigue, avoue à Leonor combien elle souffre : Son rang lui interdit de s’abandonner à sa passion ; elle espérait en guérir en rapprochant le jeune homme de Chimène mais son amour est toujours aussi présent.Sc.3 : Don Gomes, furieux de ne pas avoir été choisi comme précepteur du prince, soufflette son heureux rival, le vieux don Diègue, père de Rodrigue.Sc.4 : Celui-ci, déshonoré, s’abandonne au désespoir.Sc.5 : Don Diègue finit par supplier son fils de le venger.Sc.6 : Rodrigue, seul, se demande s’il va, par amour pour Chimène, renoncer à défendre l’honneur de sa famille, il se décide finalement à venger son père. Acte 2 : Rodrigue tue le comte, Chimène choisit l’honneur :Sc.1 : Don Gomes refuse, malgré l’ordre du roi, de présenter des excuses à don Diègue.Sc.3 : Don Gomes est provoqué en duel par Rodrigue.Sc.4 : Chimène, inquiète sur l’issue du combat, est réconfortée par l’infante.Sc.5 : Mais celle-ci ne peut ensuite dissimuler à Leonor qu’elle espère voir les deux jeunes gens séparés par la querelle de leurs pères.Sc.6 : Le roi s’apprête à châtier don Gomes pour son manque de respect.Sc.7 : Mais on apprend alors que le comte à été tué par Rodrigue.Sc.8 : Chimène et don Diègue accourent auprès du roi : elle pour accabler le meurtrier, lui pour le défendre. Acte 3 : Rodrigue et Chimène préservent gloire et amour :Sc.1 : Rodrigue ose se présenter chez sa promise ; Elvire l’oblige à se cacher jusqu’au retour de celle-ci.Sc.2 : Chimène refuse à don Sanche, un prétendant, le privilège d’être, du moins pour l’instant, son champion contre Rodrigue.Sc.3 : Elle affirme à Elvire qu’elle n’en renoncera pas moins à sa vengeance.Sc.4 : Rodrigue paraît alors, il offre sa vie à Chimène qui lui laisse entendre qu’elle ne le hait point.Sc.6 : Une attaque imprévue des Mores menace la ville, don Diègue charge son fils de la repousser. Acte 4 : Rodrigue triomphe des Mores. Chimène défend sa gloire :Sc.1 : Rodrigue est vainqueur.Sc.2 : L’infante conseille à Chimène d’abandonner les poursuites contre celui qui est devenu le héros de la patrie.Sc.3 : Rodrigue fait au roi le récit de la bataille.Sc.4 : Le roi laisse croire à Chimène que le Cid est mort des suites du combat : Elle défaille puis se ressaisit quand elle apprend la vérité et demande justice.Sc.5 : Le roi lui accorde alors de désigner un champion qui se battra en duel avec Rodrigue : Don Sanche est choisit. Il est décidé que le vainqueur épousera la jeune femme. Acte 5 : Rodrigue triomphe de don Sanche, Chimène avoue son amour :Sc.1 : Rodrigue fait ses adieux à Chimène, il est décidé à se faire tuer par don Sanche mais la jeune femme le supplie de vivre.Sc.2 : L’infante, assurée que rien ne peut désormais séparer les amants, se résigne.Sc.3 : Chimène confie son angoisse à Elvire.Sc.5 : Don Sanche apparaît : Sans lui permettre de parler, Chimène, croyant Rodrigue mort, laisse éclater sa douleur.Sc.6 : Le roi lui apprend la vérité : Le Cid a épargné son adversaire, dont il fait le messager de sa victoire. Il est à présent trop tard pour que Chimène s’obstine à réclamer vengeance. Le roi laisse à la jeune fille un délai d’un an pour faire le deuil de son père avant d’épouser Rodrigue, qui ira pendant ce temps accomplir de nouveaux exploits sur les champs de bataille.

sovane
29/11/11
 

Du grand théâtre, une tragi-comédie d'exception, un Pierre Corneille au sommet de son art, pour le plus grand plaisir des lecteurs. Chimène va devoir faire face à un dilemme cornélien, à proprement dit, venger son père en tuant l'assassin de ce dernier ou l'épouser car l'amour compte plus que l'honneur ? Pour le savoir, lisez ! Airui

airui
02/07/11
 

Format

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition