Le cimetiere de pianos

PEIXOTO-J.L

livre le cimetiere de pianos
EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 06/02/08
LES NOTES :

à partir de
19,20 €

SYNOPSIS :

Dans un quartier populaire de Lisbonne, au début du XXe siècle, une famille d'artisans ébénistes est habitée par le deuil. La seule lumière vient des enfants et peut-être d'anciens pianos inutilisables, qui, entassés dans un local attenant à l'atelier, semblent attendre de revivre. Au coeur de ce roman énigmatique et puissant, un récit à deux voix. Celle du fils, Francisco, mort d'épuisement
pendant le marathon des Jeux Olympiques de Stockholm, en 1912, dont il raconte, kilomètre après kilomètre, le déroulement funeste tout en remontant le cours de sa vie. Et celle plus lointaine du père, mort depuis longtemps mais qui semble tout savoir sur le devenir des siens. Une prouesse littéraire servie par une écriture à fleur de nerfs, de larmes et de sensibilité.
1 personne en parle

Entre les peines, les joies et les incertitudes, les Lázaro, une famille lisboète de menuisiers, écrivent leur histoire dans le quartier de Benfica. Parmi la poussière et les copeaux, leurs jours s'égrènent. Et les heures qui défilent se font tantôt tendres comme un bois ne demandant qu'à être façonné tantôt intransigeantes comme la lame d'un rabot. le temps s'habille ainsi de noir ou de blanc à l'image des touches des pianos que les hommes réparent dans l'atelier. Deux voix racontent ici les moments clefs et les souvenirs intimes des Lázaro. Les sonorités posées et graves du patriarche défunt se mêlent aux mots désordonnés et fuyants du fils, Francisco, parti courir le marathon des Jeux Olympiques de Stockholm de 1912. Des épreuves sportives se convertissant en véritable calvaire ; le trentième kilomètre ayant raison de ses dernières forces. Père et fils mêlent leurs discours sans rupture apparente, sans organisation définie, certaines phrases laissées en suspens ne se terminant que quelques paragraphes plus loin.Si José Luís Peixoto livre dans cette oeuvre une écriture poétique et lourde d'émotions, les effets sont hélas un peu gâchés par la gymnastique imposée au lecteur. Au fil des pages, il est souvent fastidieux de rechercher le narrateur afin de relier son intervention au récit. le cimetière des pianos demeure malgré tout un roman original et marquant. le rythme de lecture exigé par l'auteur donne vie à une fugue tragique et bouleversante, une mélodie nourrie de douleurs, de regrets et d'amour. Et le lecteur prend plaisir à côtoyer intimement les membres de cette famille d'artisans où les hommes rêvent de pianos harmonieux et où les femmes songent à un ailleurs les libérant du carcan des tâches domestiques. Leur histoire dévoilée par l'entremise de la nostalgie exhale des effluves puissants et authentiques. L'odeur de la peau de l'ouvrier éreinté et aviné, celle d'un plat de pauvres savamment amélioré ou des essences d'arbres travaillés par la main de l'homme agissent comme des cache-misères parvenant un temps à faire oublier le parfum tenace de l'amertume. Rebelde

Rebelde
27/08/15
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.36 kg
  • Langage original : PORTUGAIS
  • Traducteur : FRANCOIS ROSSO

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition