Le cinquieme evangile t.1 ; la main de fatima

MONTAIGNE, TIMOTHEE ; ISTIN, JEAN-LUC

livre le cinquieme evangile t.1 ; la main de fatima
EDITEUR : SOLEIL
DATE DE PARUTION : 25/06/08
LES NOTES :

à partir de
14,50 €

SYNOPSIS :

ENTRE LUTTES DE POUVOIR, GUERRES DE RELIGION ET RAPT D'ENFANTS CE THRILLER SURPRENANT, AU TEMPS DES TEMPLIERS ET DES CROISADES, RETIENDRA VOTRE ATTENTION ! Terre Sainte. XIIè siècle. Treize jeunes enfants sarrasins ont disparu. Toutes des jeunes filles âgées d'au moins 13 ans, orphelines et tatouées d'une main de Fatima sur l'avant-bras.Les disparitions continuent ... À cette même période, troublée par d'incessantes querelles, le seigneur Milon de Plancy vient d'être sauvagement assassiné
par quatre hommes encagoulés. Ce n'est que le début d'une série de mystérieux meurtres liés semble-t-il à un codex dont les révélations sont susceptibles de faire vaciller Rome.Un codex qui dans de mauvaises mains sonnerait le glas de la Jérusalem Franque déjà lourdement menacée par Saladin et son souhait de la reconquérir. Guillaume, l'archidiacre de Tyr et Baudouin, actuel roi de Jérusalem, intrigués par ces meurtres et enlèvements, décide d'éclaircir ces mystères...
2 personnes en parlent

Jean-Luc Istin a choisi de toucher à la mode ésotérique qui s'amuse à trouver des bricoles susceptibles de renverser le Vatican, la religion chrétienne, ma bonne dame, le ciel va nous tomber sur la tête, c'est terrible. Du coup, quand on décide de s'attaquer à un phénomène de mode (qui dure depuis un moment, le Da Vinci Code date de plus de dix ans), il faut avoir une histoire en béton. Alors, bon, je ne dévoilerai pas le contenu de ce fameux évangile mais le fait est que, bon, voilà, c'est pas tout ça mais ça casse pas trois pattes à un canard. Ceci dit, si le fondement de l'histoire n'est pas folichon, la construction est plutôt réussie les personnages bien travaillés. Quant au dénouement, je le trouve passable, presque décevant. Il aurait mérité un truc un peu plus enlevé.En revanche, ce qui est vraiment insupportable dans une série, c'est quand le dessinateur change avec le temps. Quand le trait est plutôt similaire, que les différences se résument à des détails, à la rigueur, ça passe. Mais là, il y a des différences tellement flagrantes, sur les personnages en particulier, que ça en est désagréable. Prenez un simple exemple : ouvrez le tome 3 à la dernière planche et le tome 4 à la première planche. Ce sont sensées être les deux mêmes et pourtant, il n'y a rien en commun. Du coup, pour une série de quatre albums, avoir trois dessinateurs différents est agaçant. Du reste, le dessin n'est pas mauvais pour autant. On a un dessin de facture classique. Je préfère peut-être le dessin de Thimothée Montaigne, plus fin, plus expressif. Et ses couvertures sont absolument magnifiques. Au final, Le Cinquième Evangile est une série ésotérique classique, plutôt bien foutue mais sans grande originalité qui ravira les amateurs du genre. Miss Alfie

MissAlfie
08/09/14
 

Un meurtre sanglant, un pédophile, des disparitions en série et les Croisades en toile de fond, voilà en gros ce qui constitue ce tome. Un premier volume qui nous perd dans l'histoire plus qu'il ne nous en apprend. Beaucoup de personnages dont il n'est pas toujours évident de comprendre les relations des uns avec les autres... Une BD assez violente, en espérant que le volume 2 nous éclairera.

Midori
15/03/11
 

Format

  • Poids : 0.56 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition