Le coeur cousu

MARTINEZ, CAROLE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 08/02/07
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Écoutez, mes soeurs ! Écoutez cette rumeur qui emplit la nuit ! Écoutez... le bruit des mères ! Des choses sacrées se murmurent dans l'ombre des cuisines. Au fond des vieilles casseroles, dans des odeurs d'épices, magie et recette se côtoient. Les douleurs muettes de nos mères leur ont bâillonné le coeur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées. Onctueuses larmes au palais des hommes ! » Frasquita Carasco a dans son village du sud de l'Espagne une réputation de magicienne, ou de sorcière. Ses dons se transmettent aux vêtements qu'elle coud, aux objets qu'elle brode : les fleurs de tissu créées pour une robe de mariée sont tellement vivantes qu'elles faneront
sous le regard jaloux des villageoises ; un éventail reproduit avec une telle perfection les ailes d'un papillon qu'il s'envolera par la fenêtre ; le coeur de soie qu'elle cache sous le vêtement de la Madone menée en procession semble palpiter miraculeusement... Frasquita a été jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs. Réprouvée par le village pour cet adultère, la voilà condamnée à l'errance à travers l'Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang, suivie de ses marmots eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels... Le roman fait alterner les passages lyriques et les anecdotes cocasses ou cruelles. Le merveilleux ici n'est jamais forcé : il s'inscrit naturellement dans le cycle tragique de la vie.
9 personnes en parlent

De la dentelle... Il est rare qu'un livre arrive si bien à faire basculer son lecteur dans le domaine du sensible mais dans Coeur cousu tous les sens sont mis en éveil. Le destin de cette héroïne hors norme et de sa progéniture m'a enchanté et littéralement fait voyager.

Un immense coup de coeur pour moi ! Je l'ai lu en 2 jours -et nuits ! (décidément, en ce moment, je suis une mère et épouse indigne, plongée que je suis dans mes lectures et abandonnant la maisonnée à elle-même tant que je n'ai pas terminé ces livres passionnants qui me suivent partout...).Grâce à l'écriture ciselée de Carole Martinez, qui déroule cette histoire magique et envoûtante à petits points, à petites touches, j'ai voyagé moi aussi aux cotés de Frasquita et de ses enfants sur les routes d'Espagne et d'Afrique du Nord. Magicienne ou sorcière, cette femme au destin terrible et merveilleux à la fois est terriblement attachante. Ses enfants, héritiers d'un don mystérieux et magique adapté à la personnalité de chacun, devront suivre leur propre chemin pour grandir aux cotés de cette mère étrange. Bénédiction ou malédiction, c'est en donnant un sens à sa vie que chacun pourra faire évoluer le cadeau reçu de la boite mystérieuse, et décider par ses actions s'il en résultera des bonheurs pour eux et leur entourage ou bien un malheur renouvelé, encerclant cette famille bien particulière dans une spirale sans fin.Suite sur Les lectures de Lili Liliba

liliba
21/12/09
 

Une odyssée magique Même si on peut ne pas se laisser pleinement emporter par l'histoire et l'aventure des personnages, on ne peut, en revanche, qu'être époustouflé par le style de ce roman construit comme un conte. Richesse du langage, descriptions imagées, imagination foisonnante, situations incroyables voire magiques, présence du fantastique et du fabuleux..., l'auteur (premier roman!) réussit un véritable tour de force qui fascine.

Une odyssée magique Même si on peut ne pas se laisser pleinement emporter par l'histoire et l'aventure des personnages, on ne peut, en revanche, qu'être époustouflé par le style de ce roman construit comme un conte. Richesse du langage, descriptions imagées, imagination foisonnante, situations incroyables voire magiques, présence du fantastique et du fabuleux..., l'auteur (premier roman!) réussit un véritable tour de force qui fascine.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Coup de coeur Il sagit d'un récit plein de sensibilité et on sent bien que les émotions de chacun sont développées avec passion.

Halala, un livre pareil ne devrait pas être autoriser ! Mon histoire avec ce livre pourrait se rapprocher de celle du poisson trop curieux qui se fait prendre à l'hameçon du pécheur.Autant vous le dire tout de suite, je n'ai pas accroché au début, pourtant j'ai persévéré et lorsque le coq rouge a fait son apparition, tout d'un coup ma vision et l'avis que je me faisais sur ce livre c'est transformé. Dès lors, le texte a pris une tout autre ampleur, les mots et l'histoire se sont faits plus profonds, poétiques et simples à la fois. À partir delà, je ne l'ai plus lâché et lu quasi d'une traite.J'ai vraiment beaucoup aimé cette écriture à cheval entre le roman traditionnel et le conte, il a une délicatesse qui se dégage des pages. Cela fait un petit moment que je l'ai terminé et je suis toujours sous le charme. Depuis, il me reste des bribes des passages des courtes histoire de cette grande histoire.Par contre, par contre, la fin m'a déçu trop facile et prévisible à mon goût. Si je faisais abstraction des premières et dernières pages je vous dirais que ce fut pour moi un immense immense coup de cœur, seulement voilà ces pages existent, je lui mettrai donc un cœur simple après tout c'est l'une des meilleurs lectures que j'ai pu faire en 2009 du moins pour le moment.Un bémol, j'ai comme l'impression que ce livre est susceptible de ne pas plaire à tous, si vous avez une âme un peu rêveuse lisez-le autrement …

Lacazavent
22/05/13
 

Je ne suis pas fan des livres de contes, peut-être que parce ce que bêtement je me dis "A mon âge". tenté par le nombre d'avis favorables sur ce livre, je l'ai emprunté à la médiathèque. Désolé si je dois décevoir tous ceux qui l'ont adoré, mais pour ma part je n'ai pas "accroché". sans doute parce que j'aime les livres qui me font voyager dans une époque, dans un pays; Il m'a fallu attendre presque le milieu de ce livre pour constater que l’action se situe à la fin du 19ème siècle ou au début du 20ème, l'auteur faisant référence à la découverte du vaccin de la rage par Pasteur. Je reconnais que Carole Martinez écrit bien, très bien même, surtout quand on sait qu'il s'agit de son premier roman.J'ai peut être raté quelque chose, tracassé par des problèmes personnels qui m'ont empêché de me laisser emporter. Si c'est le cas, j'en suis navré. JPV

JPV11
02/04/13
 

Récit de vie, Le cœur cousu relate le destin de Frasquita Carasco, jeune fille dont l'existence est conditionnée par ses dons de couturière qui confinent à la magie...Tour à tour enviée, désirée ou soumise à l'opprobre et au rejet, elle sera poussée sur les routes avec ses enfants, eux-aussi doués de talents hors du commun...Entremêlant les registres du roman et du conte, le récit est fait d'un tissu qui mêle inextricablement réalité triviale et onirisme fantastique. Ce surnaturel est celui des fables et figure ici une invitation à une lecture métaphorique, engagée et pleine de finesse du destin des femmes, de la transmission des savoirs à la difficulté de naître exceptionnelle. Il est surtout affirmation de la nature intrinsèquement magique de la langue; la parole est toujours incantation secrète et la prière ou plainte ont partie liée avec la vie et la mort....La capacité à en user est le fait des femmes, qui telle Frasquita, portent le fardeau secret de raccommoder à l'infini les fragments d'un monde soumis à la violence et à la folie des hommes. On sent à chaque page Carole Martinez véritablement habitée par la nécessité et l'ambition de faire plus que « raconter une histoire ». La fiction pure est ainsi en permanence sous-tendue d'un propos ambitieux et profond qui l'enrichit en retour. Affirmant avec une conviction et une empathie saisissante que le tragique et la souffrance les plus universels sont toujours incarnés dans la chair des individus, le texte trouve dans ses meilleurs passages un souffle et une intensité dramatique rares.Si le charme pourtant au final n'opère pas totalement, faute à une langue peut-être trop appliquée, Le cœur cousu reste un livre puissant et singulier, d'un intérêt littéraire certain et par ailleurs porteur d'un discours sincère et digne.

Maynard
02/12/10
 

Une petite merveille que ce premier roman récompensé de neuf prix littéraires, une histoire de "bonne femme" racontée de façon magistrale, une histoire de famille dans la veine picaresque, épopée familiale dont le quotidien est brodé de merveilleux. C'est l'histoire de Frasquita qui, comme sa mère et ses aïeules, se voit transmettre un mystérieux coffret, qui recèle un don et sa malédiction : devenue couturière, elle raccommode les êtres ; jouée et perdue par son mari, elle entraine dans sa fuite une ribambelle d'enfants plus étranges les uns que les autres.

sovane
10/10/10
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.43 kg