Le colonel chabert ; el verdugo ; adieu ; le requisitionnaire

BALZAC, HONORE DE

livre le colonel chabert ; el verdugo ; adieu ; le requisitionnaire
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 06/09/74
LES NOTES :

à partir de
8,20 €

SYNOPSIS :

- monsieur, lui dit boucard, voulez-vous avoir la complaisance de nous donner votre nom, afin que le patron sache si. - chabert. - est-ce le colonel mort à eylau ? demanda huré qui

n'ayant encore rien dit était jaloux d'ajouter une raillerie à toutes les autres. - lui-même, monsieur, répondit le bonhomme avec une simplicité antique. et il se retira.

4 personnes en parlent

Un très court roman que j'avais lu pour la première fois au cours du collège. J' avais conservé quelques souvenirs de ce livre, la première partie lorsque le Colonel Chabert raconte son infortune, la scène de son sauvetage, la toute fin du roman. Je me souviens également que j'avais bien aimé ce texte et que les malheurs de ce pauvre colonel m'avait rendu bien triste. À la relecture, les souvenirs resteront certainement les mêmes. J' ai été plutôt déçu par la seconde partie plus lente et descriptive à l'excès. À relire dans une dizaine d'année...

Lacazavent
03/09/12
 

"Il est des félicités auxquelles on ne croit plus; elles arrivent, c'est la foudre, elles consument."Honoré de Balzac, La Comédie Humaine, Étude de moeurs, Scènes de la vie privée23. Le Colonel Chabert (1832)Cette nouvelle (une soixantaine de pages) compte parmi les plus célèbres de Balzac, beaucoup rééditée (y compris en jeunesse), souvent adaptée (théâtre, cinéma et télévision), et pour ma part c'est une première lecture. On y rencontre un personnage complètement malmené par la vie, que l'on a cru mort à la bataille. Il ne l'était pourtant pas (ici une explication haute en couleur, ce genre de catalepsie qui a tant effrayé il y a quelques siècles, cet état de mort apparente qui fait se réveiller dans un cercueil sous terre...), mais la gravité de ses blessures l'a rendu méconnaissable. Lorsqu'il tente de retrouver sa vie, plusieurs années se sont écoulées, sa femme est remariée, mère de deux enfants, et personne ne le croit. Réduit à la misère noire, il obtient l'aide d'un avoué, mais recule devant les méandres de la justice et se fait embobiner par sa femme, qui est une saleté de la pire espèce. Épilogue d'autant plus triste et injuste que ce Chabert est un vrai pur, homme d'honneur qui se serait volontiers sacrifié pour le bien-être de celle qu'il avait un jour aimé. Abandonné de tous, il cède les armes et perd l'esprit. On compatit. Sylvie Sagnes

SagnesSy
08/07/12
 

Roman très court mais richement condensé autour d'une histoire originale.Grâce au génie de Balzac, le décor est planté très rapidement : on comprend très vite la problématique, on cerne les personnages, le contexte historique est brièvement expliqué, sans peser sur la lecture mais tout en apportant les éléments connexes à l'intrigue … et en quelques pages, les évènements se déroulent sous nos yeux sans nous laisser l'envie d'arrêter. Au final, on aimerait pouvoir continuer la lecture et rester dans cet univers ou en changer les aboutissements mais on ne se sent pas lésé pour autant ni bâclé.Nous nous trouvons ici dans la grande partie des œuvres de Balzac qui traitent du machiavélisme et de l'intéressement de la femme ; préceptes au centre de ce roman. Maylany

Maylany
25/09/11
 

Une œuvre magnifiquement conçu, incroyablement profonde et pathétique,C’est l’une des chefs-d’œuvre de la comédie humaine de Balzac !Où s’affrontent la bonté et la méchanceté humaine

Nice
08/08/09
 

Format

  • Hauteur : 17.90 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition