Le corps noir

MANOTTI, DOMINIQUE

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 26/03/04
LES NOTES :

à partir de
7,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

1944, dans Paris occupé par les troupes allemandes, entre le débarquement des Alliés en Normandie et la libération de la ville deux mois et demi plus tard. L'ordre nazi imposé par l'occupant est le désordre absolu. La SS allemande, qu'on appelle le corps noir, et son auxiliaire, la Gestapo française, règnent encore, à coups de meurtres, de rapines, de corruption. Tout leur est dû, et elles prennent tout. Autour d'elles, avec elles, industriels, banquiers, artistes, écrivains s'enrichissent et fond la fête. Mais les plus perspicaces sentent le vent tourner et préparent
la suite. Dominique Manotti, avec la précision de l'historienne et l'efficacité de la romancière qui, jusqu'ici, a porté au plus haut le roman noir français, raconte la décomposition et la chut de ces groupes de mort, coincé entre la pression des Alliés à l'ouest, la déferlante des troupes soviétiques à l'est et l'action des résistants dans la ville même. Ecrit comme un thriller, violent comme un coup de poing, ce roman peint ceux qui perdent, ceux qui s'en sortent, et ceux qui se retrouvent toujours, quoi qu'il arrive, dans le camp des vainqueurs.
4 personnes en parlent

Sombre histoire! 6 Juin – 25 Août 1944, courte période pour les « idéologues » et affairistes de tous poils : les gestapistes français de la rue de la pompe, les truands de la bande à Lafont rue Lauriston, les industriels, banquiers, police française aux ordres compromis durant ces quatre années sombres. Trop courte période aussi pour la Wehrmacht, l’Abwher, la gestapo allemande, enfin pour la SS et son « Corps noir ». Les petites frappes de la gestapo française sont dépeints avec une précision inouie et nous assistons paralysés d’effroi aux derniers montages de leurs crimes.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Ce livre nous situe Paris sous l'occupation allemande. Il nous raconte le comportement de français pendant cette période de guerre troublante où l'on ne sait quel est le camp des personnes (qui espionne qui ?). L'histoire est bien mais je n'aime pas trop le style "bref" de l'écrivain, je reste donc mitigé sur ce livre. Content de passer à un autre...

rpfab
12/10/13
 

Dès les premières pages, le ton est donné : la Gestapo sera l'un des piliers central du roman. Une Gestapo bien française d'ailleurs, surtout lorsque l'on se rend chez Lafont, rue Lauriston, qui a engagé des petits truands à qui ont été données des cartes de police allemandes et qui s'en donnent à cœur joie pour effectuer les plus basses besognes... L'un des atout de ce roman est de nous entraîner dans le sillage de figures historiques mais aussi derrière de simples quidams inventés par Dominique Manotti mais qui, au final, auraient tout à fait pu exister et vivre ce qu'elle leur faire vivre.Stylistiquement, on retrouve la précision de l'historienne qui ouvre chaque chapitre, chaque date, par un rappel historique du débarquement en nous indiquant l'avancée des alliés en Normandie, puis en Provence, et du front russe à l'est, ce qui permet de situer avec exactitude l'évolution politique générale de cette guerre. La narration, en revanche, est beaucoup moins fluide et détachée. Le rythme est saccadé par moment, haché, sans pronom, comme si l'auteur avait couché directement sur le papier des pensées furtives ou des instantanés. C'est un style qui m'a quelque peu dérouté au début de la lecture, passant allègrement de la troisième personne à la première le temps de quelques lignes ou quelques phrases... Un style qui provoque une légère confusion, sans doute pour nous mettre dans l'ambiance de cette période plus que trouble !Le corps noir n'est pas vraiment un thriller, ni même un roman policier. Des morts, des tortures, des viols, il y en a, pas de doutes là dessus, mais on connait les auteurs au fur et à mesure que les événements arrivent. Pour moi, il s'agit presque d'un roman historique, fort bien documenté, qui, à travers le destin de ses personnages, nous entraîne en plein cœur d'un Paris où les Allemands se savent en sursis, où plus rien d'autre ne semble compter que sauver sa peau... Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
22/02/11
 

Sombre histoire! 6 Juin – 25 Août 1944, courte période pour les « idéologues » et affairistes de tous poils : les gestapistes français de la rue de la pompe, les truands de la bande à Lafont rue Lauriston, les industriels, banquiers, police française aux ordres compromis durant ces quatre années sombres. Trop courte période aussi pour la Wehrmacht, l’Abwher, la gestapo allemande, enfin pour la SS et son « Corps noir ». Les petites frappes de la gestapo française sont dépeints avec une précision inouie et nous assistons paralysés d’effroi aux derniers montages de leurs crimes.

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.30 kg