Le coupeur de roseaux

TANIZAKI, JUNICHIRO

livre le coupeur de roseaux
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 01/01/04
LES NOTES :

à partir de
2,00 €

SYNOPSIS :

Lors d'une promenade autour d'un ancien palais impérial, le sanctuaire de minase, le narrateur rencontre un homme étrange. Est-ce un fantôme,
un esprit qui hante les lieux ? celui-ci lui offre du saké et lui raconte l'histoire de la belle o-yû, perverse et inaccessible...
4 personnes en parlent

Un petit conte hors du temps entre rêve et réalité, entre chien et loup, entre douceur et cruauté, dans le style poétique et musical de Tanizaki. J'ai beaucoup aimé l'univers un peu mystérieux de ce petit livre, récit d'un monde où tout se sait mais où l'on se tait pour se cacher derrière les silences.

Ikebukuro
25/04/11
 

Je n'avais jamais lu de roman de Tanizaki Jun.ichirô, c'est donc sans a priori que je me suis lancé dans le court ouvrage Le coupeur de roseaux. J'étais perplexe au début car le style me paraissait un peu simpliste, mais finalement je suis bien entré dans les deux histoires emboîtées (celle de la rencontre entre deux hommes près d'un sanctuaire, et le récit d'un des deux sur la relation étrange entre son père et sa tante). Ladite tante se prénomme O-Yû ; c'est une femme à la beauté ravageuse et à qui sa famille passe tout. Le père d'un des narrateurs tombe sous son charme mais comme elle est veuve, il est obligé de se marier avec sa soeur. Cette dernière comprend néanmoins l'attirance tacite entre les deux personnes et laisse faire. Bref un étrange trio se met en forme et se délite aussi vite. Parfois on ne comprend pas trop la situation, mais on passe un bon moment de lecture. Une seule déception : le résumé de quatrième de couverture qui livre la chute, quel dommage !

Shirayukihime
22/01/15
 

Le coupeur de roseaux est un court récit qui se décompose en 2 temps.Dans une première phase, le narrateur nous entraîne dans une balade nocturne autour du sanctuaire Minase. Lors de cette balade dans ce lieu mythique, l'auteur associe ce qu'il voit à des récits populaires. J'ai trouvé cette première partie assez fastidieuse. Les nombreuses citations qui viennent émailler le récit cassent le rythme de celui-ci. Cette partie reste malgré tout intéressante mais très scolaire.Dans la deuxième partie, le narrateur rencontre un autre voyageur qui, aidé par la boisson et la vision de la pleine lune, va lui raconter une bien belle histoire. Le récit devient fluide et envoûtant. On nous raconte alors une histoire où il est question de sacrifice, d'amour impossible et de secrets de famille. « Puisque que dans ce monde un être fait pour être heureux comme ma soeur doit voir tous ses voeux contrariés, je voudrais, insignifiante comme je suis, employer tous mes efforts pour lui donner ne serait-ce qu'un peu de bonheur.»On se prend vite au jeu, les pages défilent, et notre curiosité est aiguisée. On suit avidement nos jeunes héros jusqu'au dénouement. Un dénouement très japonais, mais je ne vous en dirai pas plus... Le coupeur de roseaux est un roman plaisant. Il m'a donné envie de découvrir plus avant l'oeuvre de Junichirô Tanizaki.Note : 7/10 Les Mondes Imaginaires

mondesimaginaires
03/05/13
 

J’étais curieuse de découvrir cette œuvre. J’essaye de m’ouvrir le plus possible aux lectures dont je n’ai pas l’habitude et celle-ci me faisait tout particulièrement de l’œil. Toutefois je suis tombée sur un « os ». Comment vous expliquer …La poésie est très présente tout au long du récit, ce qui en soit n’est pas très grave. Ce sont plutôt les références qui sont faites à des poètes ou à des poèmes japonais (enfin, je présume) qui sont handicapantes pour quelqu’un qui ne les connait. Mais aussi est surtout car pendant toute la première moitié du récit l’auteur cite des lieux. Pour ce qui est des grandes villes (Kobe, Osaka, Kyoto …) j’arrivais à les situer mais pour ce qui est des régions et des quartiers j’avais un peu plus de mal, surtout qu’étant dans le train je ne pouvais même pas faire une petite recherche. C’est les seuls vrais points négatifs qui ressortent de ma lecture.Car l’autre moitié du récit – celle qui correspond plus, à mon sens, au résumé – est entrainante. Le récit est plaisant même si en elle-même l’histoire n’est pas d’un très grand intérêt. Le style est exquis tout comme les personnages que j’ai beaucoup aimé côtoyer.En conclusion, voici une lecture qui est loin d’être exceptionnelle mais qui reste tout de même agréable. Elle permet de voyager quelques petites heures et c’est bien plaisant. Lady K

LadyK
26/08/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.09 kg
  • Langage original : JAPONAIS
  • Traducteur : DANIEL STRUVE

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition