Le decodeur

TOURNAYE, GUY

livre le decodeur
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 13/05/05
LES NOTES :

à partir de
11,90 €

SYNOPSIS :

Le site dont nous présentons ici le fac-similé a été fermé le 4 juillet 2002 sur injonction du FBI. Motif : plusieurs messages suspects, dissimulés dans les images, les bandes-son et les forums de discussion, auraient
été interceptés par les systèmes d'espionnage Carnivore et Magie Lantern, Notre contre-enquête, réalisée dans le cadre de l'université George Mason (Virginie), révèle qu'il s'agit en fait d'une pure machination.
1 personne en parle

Questionnement acharné de la littérature déguisé en mise à plat d'une série policière. Du grand art.Publié en 2005 dans la collection « L’infini » de Gallimard, le premier roman de Guy Tournaye, par ailleurs expert en communication et en cryptographie, impressionne à la fois par son ambition singulière, sa réalisation maîtrisée et son sérieux très ludique, en 110 pages qui, comme cela a été dit lors d’un récent colloque savant, « contient en puissance toute la littérature, qu’il phagocyte et digère à sa façon ».Un grand site internet de fans, dédié à une série policière télévisée, aussi extrêmement populaire que fictive, « Street Hassle », a été ici intégralement mis à plat, pour les besoins d’une enquête du FBI traquant les échanges d’informations et de messages de comploteurs terroristes utilisant d’honnêtes forums de discussion en guise d’arrière-salles de cafés louches, et d’une contre-enquête universitaire cherchant à démontrer l’inanité en l’espèce du cryptique postulat policier.Il s’agit bien d’une véritable « mise à plat », puisque l’arborescence du site a été déconstruite, proposant au lecteur, successivement et simultanément, des éléments de scénario, des « making of », des entretiens avec les acteurs, le réalisateur, les techniciens, et bien entendu de larges extraits des forums de discussion, réagissant sur les éléments communiqués par la production ou sur d’autres interventions de fans, créant ainsi justement, une fractalité qui est aussi celle de la communication cryptée dont il s’agissait d’établir la présence ou l’absence, même si cette quête doit impliquer entre autres aussi bien les cabanes en pierre sèche du Périgord, les atrocités de Ballard, les ruses de l’intelligence chères à Marcel Detienne et à Jean-Pierre Vernant, le tarot comme langage, le matérialisme enchanté de Diderot, Pierre Desproges, ou encore l’histoire des voyages de La Pérouse.Tour de force littéraire par la richesse et la variété des registres qu’il manie pour décanter son propos – tour de force dont l’explication prosaïque et ludique sera fournie dans le magnifique « Générique de fin » du roman – que ne renieraient ni Georges Pérec ni Kathy Acker, « Le Décodeur » questionne en profondeur, sous son aspect anodin d’exégèse parodique d’un divertissement, l’usage qui est fait de la langue et des signes, et de leurs oscillations potentiellement infinies entre du vide et du sens.Une bien réjouissante lecture, qui donne immédiatement envie d’aller « décoder » d’autres productions de l’auteur.

Charybde2
27/01/14
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.18 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition