Dernier des weynfeldt (le)

SUTER, MARTIN

livre dernier des weynfeldt (le)
EDITEUR : CHRISTIAN BOURGOIS
DATE DE PARUTION : 30/04/08
LES NOTES :

à partir de
25,35 €

SYNOPSIS :

Adrian weynfeldt, expert en art et dernier descendant d'une richissime famille suisse, mène une existence d'une régularité irréprochable au sein de la grande société zurichoise. Un soir, il se laisse charmer par une jeune femme qui s'invite à passer la nuit chez lui. le destin de weynfeldt sera désormais irréversiblement lié à celui de la mystérieuse lorena. un de ses amis proches le contacte afin de mettre aux enchères la fameuse femme
nue devant une salamandre de félix vallotton. une vente qui promet de faire date dans le milieu de l'art. il s'ensuit une série de péripéties, manipulations et retournements orchestrés avec subtilité par un martin sitter au sommet de son talent d'écrivain. Brouillant sans cesse les pistes, il joue avec le lecteur qu'il initie aux arcanes du marché de l'art, et maintient jusqu'à la dernière page un suspense maîtrisé à la perfection.
5 personnes en parlent

Adrian Weynfeldt est un expert en art, descendant d'une richissime famille suisse. Sa vie est réglée à la seconde telle une montre... suisse, évidemment. Un ami le contacte pour mettre en vente un tableau célèbre, vente qui devrait faire date dans les annales des ventes d'art.Autant j'avais aimé mon premier Suter (Small world), autant celui-ci ne m'a pas plus. Le personnage principal, Adrian Weynfeldt est pâle, falot et insipide. Pour que l'histoire commence réellement à décoller, on doit lire 120 à 150 pages, et même après, ça reste assez long. Il n'y a que dans les 100 dernières pages qu'enfin, l'histoire devient un peu plus intéressante, quoique... Comme dans Small world, Martin Suter décrit des personnages de la haute société suisse : j'ai souvent eu la sensation que l'action se déroulait au 19° siècle, par le mode de vie de ces personnes, alors qu'elle est tout à fait contemporaine. C'est parfois déroutant, mais pas désagréable. Les deux romans que j'ai lus de Suter ont la même construction, à savoir, des retournements de situation, plus ou moins nombreux, pour finir sur un rebondissement final, surprenant, ou pas, puisque dans Le dernier des Weynfeldt, il ne l'est pas du tout.Pour résumer mon propos, je suis déçu de ce livre, et ceci d'autant plus que ce que j'ai lu avant de Martin Suter m'a vraiment plu. Mais je ne vais pas rester sur une mauvaise impression et je relirai du Suter, parce que, malgré tout, il écrit très bien. Yv

Lyvres
25/03/14
 

Adrian Weynfeldt est un quinquagénaire très aisé. Il est le dernier héritier d'une riche famille suisse et travaille comme courtier et expert en art, par passion et afin d'occuper son temps. Il croise Lorena, modèle dont le courte carrière s'achève avant qu'elle n'ait pu songer à épargner suffisamment pour vivre. La jeune femme ne le laisse pas Adrian indifférent, et semble tentée de profiter de cette situation pour soutirer à cet homme autant d'argent qu'elle le pourra, encouragée en cela par quelques personnages peu scrupuleux.L'auteur décrit de manière précise et fine les rapports de chacun des protagonistes avec l'argent, et ce que ces rapports induisent dans leurs relations avec autrui. Il dresse ainsi brillamment le portrait psychologique de ces personnages tout en élaborant une intrique dont la complexité croît au fil des pages, de même que le suspense qu'elle génère. Seule le dénouement m'a légèrement laissé sur ma faim, même s'il reste cohérent avec l'ensemble des pages qui le précèdent.De cet auteur j'avais adoré 'La Face cachée de la lune', et beaucoup aimé 'Un ami parfait'. le style est comparable mais les intrigues et leurs cadres sont très variés. Apikrus

Apikrus
24/05/13
 

La vie bien lisse d''Adrian Weynfeldt, expert en art et dernier descendant d'une riche famille suisse va être troublée par l'irruption de deux femmes . L'une a le chic pour se fourrer dans les ennuis par amour du grand geste, Lorena . L'autre figure bien sagement en apparence sur un tableau de Félix Valloton: Femme nue devant une salamandre, tableau que va lui demander de mettre en vente un vieil ami de la famille.Commence une série de retournements de situations dans le monde feutré de l'art, dont le lecteur sort un peu étourdi mais ravi par la virtuosité de Martin Suter.Le portrait d'Adrian est subtil et feutré mais le jeune homme est plus retors qu'il n'y paraît et avec lui générosité ne rime pas avec manque de lucidité. cathulu

cathulu
18/07/12

Martin Suter nous introduit dans l'univers d'un expert en art. C'est dense et prenant. Ça ne manque pas de suspens. Si c'était une photo je dirais que la mise au point, la profondeur de champ, le cadrage et l'intérêt du sujet sont parfait. Je l'ai lu d'une traite. A.B-A.

Teste
04/08/11
 

Ce roman nous entraine dans le monde des marchands d'art et dans celui d'Adrian Weynfeldt, un personnage très atypique.C'est un vieux garçon, extrêmement riche, entouré d'amis très jeunes et très profiteurs et d'autres beaucoup plus âgés. Il ne s'habille que avec des costumes sur mesure et porte une couleur de pyjama en fonction des jours.D'emblée, il est très attachant mais page après page,il est très difficile à cerner et pas aussi prévisible que l'on pourrait le penser.L'intrigue est plaisante mais reste secondaire par rapport au volet sociologique du livre.A souligner l'écriture plaisante, légère et férocement drôle.

Ninie
19/12/09
 

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 12.00 cm
  • Poids : 0.29 kg
  • Langage original : ALLEMAND
  • Traducteur : OLIVIER MANNONI

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition