Le dernier monde

MINARD, CELINE

livre le dernier monde
EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 04/01/07
LES NOTES :

à partir de
25,35 €

SYNOPSIS :

Cosmonaute, Jaume Roiq Stevens accomplit diverses missions dans une station spatiale en orbite autour de la Terre, quand soudain l'évacuation est ordonnée depuis la base en raison d'un incendie. Refusant d'obéir, il demeure seul à bord pendant quelques mois, le temps d'observer une série d'étranges phénomènes terrestres, mais le silence radio persistant le force à rentrer. De retour à la base, bien des surprises l'attendent la Floride apparaît désertée de tous ses habitants, dont les vêtements gisent abandonnés, comme après une inexplicable catastrophe. Les animaux, eux, semblent
avoir retrouvé leur liberté. Stevens doit se rendre à l'évidence : l'espèce humaine a disparu. Fou de désespoir et comme possédé par une sorte d'ivresse schizophrénique, il entreprend alors, des plaines d'Asie centrale à la Chine, en passant par l'Inde, l'Alto Parana et l'Afrique, un voyage hallucinant dans l'espace mais aussi le temps et la culture de tous ces mondes disparus. Mêlant suspense et poésie, cette odyssée du dernier homme sur la Terre emprunte avec une étonnante puissance verbale à la technologie contemporaine comme aux plus anciennes sagas de l'humanité.
1 personne en parle

Après Olimpia et Bastard Battle, je poursuis la découverte de cette écrivaine avec Le dernier monde. Sans surprise mais avec bonheur d' un ouvrage à l'autre l' univers change du tout au tout, fi du long monologue, quoique, fi du roman inclassable de combat au sabre au moyen-âge Le dernier monde semble nous emmener dans un univers à la frontière de la science-fiction. Semble puisqu' à la manière de l'adage les choses ne sont pas toujours ce qu' elles paraissent être. L' histoire débute dans une station spatiale, une série d' incident, accident vont contraindre l' équipage retourner sur terre, seul reste Jaume Roiq Stevens désobéissant volontairement au ordre.Les jours, puis les mois passent, le major Stevens poursuit seul une mission imaginaire, captant les émissions satellites et radio, il suit tant bien que mal les grands événements qui secouent la planète. C'est en observant la Terre depuis son hublot qu' il est témoin d' étrange phénomène, à ses questions ne répondent que le silence, plus aucunes transmissions ne lui parvient. Il décide alors de préparer son retour sur Terre, rien ne l'aura préparer à ce qu' il découvrira en (re)posant le pied sur le sol.Seul, plus un être humain hormis lui ne paraît résider sur la planète, envolé, disparus, unique témoin de ses vies des petits tas de vêtements. Le récit devient alors celui de l'errance d' un homme et de sa quête même si ce qui le fasse avancer demeure obscur, la narration étonnamment sage (pour Céline Minard) prend peu à peu de la vivacité avant de nous entraîner dans une course affolée et essouflante au frontière de la folie.Il est désarçonnant d' accompagner cet homme, plus on progresse dans l' histoire et moins l' on ne sait sur quel pied danser, l' ami imaginaire prend corps devenant un groupe de plus en plus étendu, l' on croise des chiens, des porcs en troupeau, des pandas errant dans une ville chinoise... etc De temps à autre Jaume Roiq Stevens nous donne l' impression de reprendre pied, le récit s' apaise pour reprendre de plus belle quelques pages plus loin. On ne sait plus, illusions, réalité, folie tout se mélange nous faisant douter d' absolument tout. Aussi ne vous attendez pas à des révélations, vous resteriez le bec dans l'eau. Une déception cependant pour la progression trop longue et parfois lassante.Plume ou voix, Céline Minard est une écrivain à part qui mérite d' être découverte et suivi dans ses expériences.

Lacazavent
03/10/13
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.52 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition