Carnets intimes

PLATH, SYLVIA

livre carnets intimes
EDITEUR : TABLE RONDE
DATE DE PARUTION : 11/02/98
LES NOTES :

à partir de
8,70 €

SYNOPSIS :

" Ce que je redoute le plus, je crois, c'est la mort de l'imagination. Quand le ciel, dehors, se contente d'être rose, et les toits des maisons noirs, cet esprit photographique qui, paradoxalement, dit la vérité, mais la vérité vaine, sur le monde. " Sylvia Plath a vingt-quatre ans lorsqu'elle
évoque cette hantise dans un journal dont les pages ont l'écho de ses aspirations contradictoires, tantôt idéales, tantôt futiles. Ce livre propose également neuf nouvelles autobiographiques, qui complètent l'oeuvre en prose de la poétesse américaine mystérieuse et fragile.
3 personnes en parlent

Il suffirait de lire la présentation d'Anouk Neuhoff, traductrice, pour en absorber l'imparable qualité que le livre renferme ! Une femme, une oeuvre - indiscutable ! Sylvia Plath a trop tôt disparu, ne nous laissant que quelques textes épars, des Notes de Cambridge, des nouvelles, des bouts d'essai, des débuts de roman inachevé... Une terrible frustration alors que Sylvia Plath possédait un talent extraordinaire !! Pour nous, lecteurs passionnés, ces petits cailloux parsemés sont des véritables pépites ! L'ensemble des textes est, certes, de qualité et d'intérêt inégaux, mais la grande constante est la qualité de la prose ! Cette âme de poétesse transpire du moindre écrit, pour décrire tourments, obsessions, souvenirs d'enfance et transports amoureux, Sylvia Plath a quelque chose de l'écriture sensorielle et sensuelle de Colette. L'oeil vif, la plume aiguisée, elle a su jongler entre le style lumineux et ombreux, tout en cultivant son étonnante objectivité.Quelques textes talentueux : "Parmi les bourdons" en souvenir de son père, "Un jour de juin" sur la sensualité naïve de deux adolescentes, "Le rocher vert" sur les souvenirs d'enfance, "L'ombre" reprend le thème de l'enfance, du souvenir du père et des jugements idiots de la société, et "Sweetie Pie" d'un cynisme jouissif, sur l'encouragement au comportement pervers d'une petite fille. "Le garçon au dauphin" annonçait le début d'un roman inachevé. Tous les lecteurs de "La cloche de détresse" vouent désormais un respect presque mystique à Sylvia Plath et la parution de textes retrouvés comble les désirs de ce public fanatisé, tel un extraordinaire rappel sur scène ! Ce recueil, complémentaire à "Le jour où Mr Prescott est mort" (autre recueil publié par La Petite Vermillon), est incontournable !!!!

Clarabel
23/02/09

Poétesse et auteure d'un roman, de nouvelles, d'écrits pour les enfants, Sylvia Plath est devenue une icône. Une femme dont l'œuvre, intense, n'a pas été prise dans toute sa dimension.Bipolaire, Sylvia Plath a exploré les profondeurs de la dépression et en a ressorti de grands écrits. Son mariage avec le poète Ted Hughes continue de susciter la controverse. Inutile d'en reprendre les raisons complexes ici. Je vous encourage vivement à découvrir cette incroyable poétesse, ce génie des mots dont la vie est étroitement mêlée à son oeuvre.Comme le titre l'annonce, Carnets Intimes recueille des textes personnels d'une grande intériorité. Si les nouvelles peuvent être inégales, la plume y est toujours sublimée. Chapeau à la traductrice Anouk Neuhoff qui transmet le sens sans trahir la beauté de la langue.Je ne peux en parler davantage. Il s'agit bien évidemment d'un indispensable.

Theoma
02/04/14
 

Sylvia Plath a 24 ans lorsqu'elle évoque cette hantise dans un journal dont les pages sont l'écho de ses aspirations contradictoires, tantôt idéales, tantôt futiles. On sait comment devait s'achever, six ans plus tard, son voyage au bout de l'angoisse... Outre le journal, ce livre propose neuf nouvelles inédites en français qui complètent l'œuvre en prose de la poétesse américaine. Un carnet intime composé de nouvelles et d’extraits du journal tenu par Sylvia Plath qui se suicida le 11 février 1963 à l’âge de 31 ans. Dans « notes de Cambridge », elle dépeint son angoisse, ses questions existentielles sur un ton très neutre, très observateur et détaché « je n’ai lu ni folie ni superficialité dans l’image que reflétaient ces yeux », « « Seulement ces étranges questions n’arrêtent pas de frapper à la porte de ma réalité quotidienne… »« Cette chère veuve Mangada » est une version retravaillée de « "La veuve Mangada ». Sylvia Plath relate une nouvelle autobiographique la mettant en scène ainsi que son mari. On y découvre son tempérament très anxieux sous l’angle de questions purement domestiques.Dans « langues de pierre, », elle écrit très justement sur l’épuisement moral et les maisons de santé où l’on se repose. Elle dépeint l’envie de rien, l’état du cops et de l’esprit qui n’attendent, n’espèrent plus rien de la vie. Un texte qui m’a beaucoup touchée… . Avec « le réparateur de gouttières », elle met habilement en scène une petite fille cruelle, jalouse de sa petite sœur. « Le garçon au dauphin » est un texte troublant qui m’a laissée une impression de malaise. Le tourment est exprimé par une fiction et une réalité qui se mêlent. Qu’est ce qui est vrai ? Qu’est ce qui n’est qu’une image déformée de l’esprit ? Des nouvelles inégales sur l‘angoisse, le mal -être mais qui permettent d’aborder la personnalité de Sylvia Plath. Un ton très détaché sur ces sujets, une analyse juste … Il n’en fallait pas plus pour me donner envie de lire son roman « la cloche de détresse ». http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
09/04/10
 

Format

  • Hauteur : 17.50 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie