Le desespoir des singes... et autres bagatelles

HARDY, FRANCOISE

EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 09/10/08
LES NOTES :

à partir de
4,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Elle a l'expression immobile des gens qui ont beaucoup voyagé, sans croire au changement, et beaucoup aimé, sans renoncer à leur solitude. Elle sourit au ralenti comme dans un rêve et ce sourire ajoute on ne sait quelle mélancolie à ce visage lointain, trop précis pour le brouillard, mais trop fragile pour le soleil », a écrit de Françoise Hardy, dès ses débuts, le grand poète surréaliste Georges Henein. Quarante-cinq ans de carrière rendent justice au don visionnaire du poète. Voix aérienne, silhouette élancée, d'une beauté entière, Françoise Hardy a marqué plusieurs générations, depuis son premier succès, à l'âge de dix-huit ans, pour « Tous les garçons et les filles », un disque sorti en 1962. Chanteurs, compositeurs, metteurs en scène, dessinateurs, couturiers, écrivains, tous ont été inspirés par sa présence singulière. Après son dernier disque, Parenthèses, Françoise Hardy a voulu mettre noir sur blanc le récit de sa vie, et exposer, pour la première fois, certaines histoires restées dans les marges de ses souvenirs... Enfant du baby-boom, grandi dans un milieu familial complexe, Françoise Hardy
reste le symbole de l'accession à la liberté pour toute sa génération, en compagnie de Johnny Hallyday, Sylvie Vartan ou des Rolling Stones, dont elle parle, entre autres, avec un regard complice - un regard sans complaisance. Rien n'est caché de ses amours avec Jean-Marie Périer, puis avec son mari, Jacques Dutronc. Au fil des pages, on croise ceux qui ont compté le plus à ses yeux : Serge Gainsbourg, Emmanuel Berl, Salvador Dalí, Michel Berger, Patrick Modiano, Étienne Daho, John Frankenheimer, France Gall, Benjamin Biolay, Hélène Grimaud ou Michel Houellebecq. Françoise Hardy revient aussi sur ses albums, ses chansons, ses collaborations avec Georges Brassens, Gabriel Yared, Alain Bashung, le groupe Blur, ou encore son fils, Thomas. Mieux qu'un récit de souvenirs, une traversée des apparences qui a le mérite de dire les choses au plus près des émotions ressenties, sans impudeur, pour mieux dégager, au travers de chaque expérience, ce qui a compté, ce qui mérite d'être ressaisi. Un livre qui est aussi une quête de perfection, avec une question : comment, à travers drames et bonheurs, faire de sa vie une oeuvre ?
7 personnes en parlent

Si certains passages de sa vie qu'elle a déjà beaucoup raconté (sa grand-mère castratrice, sa mère farouchement indépendante, sa relation complexe et déroutante avec Dutronc, etc.) elle raconte sans far et sans concession, son insatisfaction perpétuelle de la réalisation de ses chansons, son exigence et elle éclaire aussi certaines facettes des artistes avec lesquels elle a travaillé.Parfois, elle a un ton un peu geignard, et le style est simple mais ce qui compte c'est qu'on entend sa voix raconter son histoire. Certaines de ses réflexions sur les années soixante, sur la vie amoureuse en générale sont intéressantes. Les tentatives de psychanalyse post-portem de sa mère et de son père, un peu moins. Je suis assez d'accord avec le style décousu, comme des notes à peine mise en forme.C'est toujours un peu déroutant de lire les coulisses d'oeuvres ou d'artistes que l'on aime. Je reprendrai une phrase de JJ Goldman que j'aime beaucoup : "les chansons sont plus belles que ceux qui les chantent".

faberis
23/10/09
 

Une jolie écriture même si certains passages comportent des longueurs; François Hardy se livre..... un peu mais sans aucune impudeur, ses rencontres amoureuses, ses collaborations artistiques et nous fait entrer dans son univers.On sent vite ses angoisses et ses insatisfactions.... une touchante bibliographie.

dvan
08/01/12
 

Françoise Hardy témoigne dans son autobiographie d'un important travail sur elle-même. Déroulant dans un ordre plus ou moins chronologique les moments importants de sa vie, elle les entoure de nombreuses réflexions (sur lesquelles j'ai été assez régulièrement en désaccord, dans le sens où nos centres d'intérêts correspondent peu). Il s'en dégage une belle franchise, tout autant qu'une puissante mélancolie (voir une vraie tristesse). J'ai été touchée à de nombreuses reprises, le récit de sa relation avec Jacques Dutronc est aussi pudique que déconcertant, et en quelque sorte exemplaire de ce qui touche forcément à un moment ou un autre tous les couples qui s'installent dans la durée.L'écriture est très agréable, fluide, travaillée malgré tout, on a envie de le lire d'une traite. Il y a un mélange d'humilité et d'égo qui prend parfois le dessus qui est très séduisant. J'ai aimé également ses petits tacles au passage, amicaux envers Sylvie Vartan par exemple, plus définitifs avec d'autres (je trouve ça sain, féminin). J'ai noté quelques livres dont elle a su parler avec un petit quelque chose, quelques chansons que je veux absolument écouter aussi. Elle est née en 1944, 64 ans c'est encore bien jeune pour une conclusion (un peu hâtive, trop courte) aussi axée sur l'âge et sa cohorte de petits et grands désagréments, je trouve. Sylvie Sagnes

SagnesSy
11/01/13
 

J'ai beaucoup apprcécié ce livre ; il m'a introduit dans un monde que j'ignorais et aussi pour ses excursions ésotériques et philosophiques .Charmante Françaoise Hardy Lisez -le , il vous détendra

Rastignac
15/08/09
 

Le désespoir des singes... Françoise Hardy promène sa mélancolie à travers les lignes de cette auto-biographie. Elle accepte de partager avec nous ses souvenirs, ses fantômes, ses doutes perpétuels et ses bleus à l'âme. Cette artiste intemporelle se dévoile sans tricherie et nous offre un livre sensible et très personnel.

Je ne note pas ce livre car je n'ai pas réussi à m'y intéresser et j'ai du mal à avoir un avis objectif.Plutôt bien écrit mais trop décousu.

Ninie
21/11/08

Livre intéressant pour la génération des années 60.

area
31/10/08
 

Format

  • Hauteur : 24.10 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.66 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition