Le dieu du carnage

REZA, YASMINA

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 03/01/07
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

A l'école, Ferdinand attaque Bruno à coups de bâton. Les parents se rencontrent pour régler le litige dans l'appartement du blessé. Au tout début, urbains, bienveillants, conciliants, ils tentent de tenir un discours commun de tolérance et d'excuse qui s'envenime peu à peu. Entre Alain Reille, avocat sans scrupule qui répond sans cesse à son portable tout en défendant une vision du monde à la John Wayne, Véronique Houillé à la morale citoyenne qui écrit un livre sur le Darfour, son mari Michel qui vient d'abandonner le hamster de sa fille dans le caniveau
et Annette Reille qui se met à vomir, c'est la débandade, le chacun pour soi, le conflit ouvert, la catastrophe qui s'annonce... A partir d'un petit fait du quotidien chez des quadras bourgeois (l'univers de Art et de Trois versions de la vie), Yasmina Reza évoque avec jubilation, férocité et tendresse aussi tous les paradoxes de la condition humaine : l'égoïsme et la générosité, la responsabilité et l'indifférence, la politesse et la brutalité, le futile et le grave, tout le dérisoire des grandes déclarations qui s'effondrent à la moindre anicroche.
9 personnes en parlent

parents cancres Deux parents sont invités chez un autre couple pour régler un différent qui a opposé leurs enfants respectifs. Tout sépare ces adultes qui vont s’évertuer à démontrer qu’ils sont meilleurs parents que les autres. Les masques d’hypocrisie tombent peu à peu jusqu’au moment où la situation dérape, laissant émerger la médiocrité et le ridicule de la réalité qui les caractérisent.Si le ridicule ne tue pas les personnages de cette pièce, il fait beaucoup rire le lecteur

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Une comédie qui questionne sur la civilisation, sur les mœurs et l'éducation. Nous vivons dans des pays en paix, certes stressants, mais où nous ne mettons pas notre vie en danger à chaque instant. Ici, un petit incident domestique devient le prétexte à une véritable guerre ! Et c'est la bataille rangée. Courbez l'échine car certaines répliques ne pourront que vous toucher !

Praline
28/08/14
 

Une pièce de théâtre, drôle, caustique et même grinçante, elle est portée par de bons dialogues et traite autant de la différence des catégories sociales que des problèmes de couples. Une belle réussite.

De ce dramaturge, j'ai déjà lu Art que j'avais bien aimé grâce aux dialogues de ces deux personnages et à cette réflexion sur ce qu'est l'art et surtout, l'art contemporain. Quatre personnages, pas plus pas moins. Deux couples qui se rencontrent pour discuter de leurs enfants qui se sont battus à l'école. Au départ, très courtois les uns avec les autres, ils se racontent leurs vies et découvrent peu à peu leur manière de vivre et d'élever leurs enfants. J'ai trouvé cette pièce très drôle car la situation dans laquelle sont les personnages prêtent à rire. Ils se jaugent, se critiquent se lancent des piquent avec une franche hypocrisie. Cela nous rappelle -et surtout me rappelle- l'hypocrisie des gens à se parler, se dire des choses et en penser d'autres, juger les gens etc. Ils ont beau être prénommés Alain, Michel, Annette, et Véronique, on les imagine très bien être des anonymes dans la foule. Une réunion, une rencontre entre ses inconnus. Mais cette rencontre, comme le titre l'indique, tourne très vite au vinaigre. Le ton monte d'un cran pour notre plus grand plaisir. Ils se jaugent, ils se détestent, s'énervent et ça part en vrille : ça boit, ça vomit et ça s'envenime. Les relations sociales à la française quoi. C'est très bref mais c'est une scène très vive. Au début calme et posé, tout change quand les jugements arrivent. On assiste à une tension croissante de la part des personnages qui à force de crispations, de faux-sourires, explosent spectaculairement. Lire une pièce de théâtre telle que celle-ci est un plaisir, la voir est peut être même encore meilleure !

Titifra
15/06/13
 

En voilà une pièce de théâtre assez médiocre et rendue attractive lorsqu'elle est adaptée aux écrans par Polanski. Le huis clos rendu oppressant l'atmosphère en apparence accueillante de cet appartement occupé par un couple bien pensant. La confrontation met ici en exergue le talent des actrices à faire voler en éclat tout le vernis de culture qu'elles s'évertuent à cultiver. Kate Winslet et Jodie Foster sont tout simplement parfaite. Victoire

tran
10/06/12
 

La mise en scène : cadre bourgeois, contenu. Socialement correct. Humainement incorrect. Lorsque tout en en scène, entre alors le dieu du carnage. Le vernis craque. Les mots claquent, les claques s'échappent. Les tulipes valsent. On crie, on éructe, on en vomit. Effectivement un vrai carnage ! Reza fait monter la vapeur : une pièce sous pression. Les donneurs de leçon recevront une belle correction! LE THEÂTRE COMME ON L'AIME ! Astrid SHRIQUI GARAIN

atos
26/03/12
 

Une pièce de théâtre très intéressante sur le rôle des parents quant à l'éducation de leurs enfants. Sur ce que chacun essaye de transmettre et l'image que cela apporte face à d'autres parents. Pour moi, cette histoire tend vers le comique, limite l'absurde, car, dans cette situation, deux couples de parents qui se rencontrent suite à un incident entre leurs enfants respectifs s'enfoncent plus en voulant tous les quatre absolument avoir raison et trouver une solution à cette histoire que de laisser les enfants s'entendrent eux ! Un très bon moment de lecture !

Un salon parisien, deux couples en présence : les hôtes, Michel et Véronique Houllié et Annette et Alain Reille (mon "double A", piètre référence actuelle du AAA économique mais avantage mnémotechnique non négligeable pour se rappeler de qui est avec qui, très utile surtout en fin d'ouvrage !). Une rencontre tout à fait incongrue, si ce n'est un détail (oh trois fois) : le fiston Reille (Ferdinand) a "momentanément" (sic) défiguré le visage de l'héritier Houillé (Bruno) à l'aide d'un bâton... à la clé (si je puis dire) une bouche boursouflée et deux incisives en moins pour Bruno (tout cela pour une "balance" mal placée). La soirée s'annonce comme l'occasion d'une rencontre de conciliation, qui arrive assez vite au pugilat (évocation africaine savoureuse d'un dieu de la discorde). Véritable satire sociale sur nos comportements où les règles de bienséance ne sont plus respectées (usage intempestif du portable lors de la réunion, conflit sociologique entre l'avocat et le vendeur de sanitaires - dialogue extraordinaire sur les chasses d'eau-, les pères se présentant plus malhonnêtes que leurs propres fils -abandon animal pour l'un, faiblesse et escroquerie médicamenteuse pour l'autre... livre édité trois ans avant le scandale Servier- Bravo !), Le dieu du carnage est une pièce de théâtre contemporain remarquable, drôle, cynique et foncièrement dérangeante. Là où j'adhère moins au discours, reste le moment délicat et maladroit du parallèle entre la cruauté d'un homme d'un côté et la non-éducation parentale de l'autre : les deux registres ne sont pas comparables pour moi, peut-être juste là pour nous rappeler que les parents font comme ils peuvent pour éduquer leur progéniture, avec les moyens du bord. Cependant, certains, conscients de leur imperfection et n'agissant pas pour y remédier (par pure lâcheté ou par indifférence comme c'est le cas ici), en deviennent d'autant plus pervers : aussi, il ne faut pas s'étonner que nos chers petits reproduisent le modèle parental proposé, à leur échelle d'enfant !

Cave
11/01/12
 

parents cancres Deux parents sont invités chez un autre couple pour régler un différent qui a opposé leurs enfants respectifs. Tout sépare ces adultes qui vont s’évertuer à démontrer qu’ils sont meilleurs parents que les autres. Les masques d’hypocrisie tombent peu à peu jusqu’au moment où la situation dérape, laissant émerger la médiocrité et le ridicule de la réalité qui les caractérisent.Si le ridicule ne tue pas les personnages de cette pièce, il fait beaucoup rire le lecteur

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.60 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition