Le dieu fleuve

SMITH, WILBUR

livre le dieu fleuve
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 03/04/07
LES NOTES :

à partir de
9,10 €

SYNOPSIS :

Deux siècles avant notre ère, l'Égypte millénaire croule sous le poids de la corruption et des guerres intestines. Sur les bords du Nil, le palais de Karnak n'abrite plus que les vestiges d'une gloire passée. Le Pharaon Mamose, fragile descendant d'une glorieuse dynastie, est incapable de restaurer la paix dans un royaume abandonné du dieu Rê, aux dires des prêtres. Pourtant, un homme ne peut se résoudre à la déchéance annoncée
: Tanus, officier de la garde d'élite personnelle de Pharaon, pourrait agir. Taita, son ami, également médecin personnel du grand vizir, l'encourage à prendre le pouvoir afin de restaurer l'unité de la Basse- et de la Haute-Égypte. Mais le soldat est tiraillé entre son devoir et son amour éperdu pour Lostris, la fille du gardien des tombes royales. Une décision de Pharaon va bouleverser le destin des jeunes amants.
4 personnes en parlent

Très certainement en tous points le pire de tous les livres historiques que j'ai jamais lu..... J'ai vraiment détesté de A à ZTout d'abord, parlons de la réalité historique du livre:L'auteur nous fait croire, par une “note de l'auteur” à la fin du livre, que l'histoire est, quasi mot pour mot prise de papiers retrouvés dans une tombe et qu'il n'a fait que le retranscrire.C'EST TOTALEMENT FAUX. Jamais une telle tombe ne fût découverte, et les écrits encore moins. L'auteur ment donc dans sa note, ce qui fausse la réalité historique et les gens qui ne connaissent pas grand chose à l'Egypte ancienne pourraient prendre cela pour argent comptant.Bon, concernant la réalité historique à l'intérieur du livre:Autant le dire tout de suite: l'auteur ne connait rien à l'Egypte et il a tout inventé en se fiant à des bétises.En effet, les noms qu'il donne à ses personnages ne sont même pas égyptiens et plus ou moins toute l'image qu'il donne de l'Egypte ancienne est totalement fausse.Je vais donner quelques exemples afin que vous puissiez vous faire une idée:L'esclavage: l'auteur nous montre une société dans laquelle l'esclavage est indispensable, etc. Cela est totalement faux. En effet, il n'y a pas eu d'esclaves en Egypte avant l'époque des Ptolémées, c'est à dire les grecs, qui ont envehit l'Egypte et mis l'esclavage plus de 1000 ans après l'époque du livre.Voici un article de Wikipedia qui résume assez bien ce que je sais du servage en Egypte ancienne, pour ceux que ça intéresse: http://fr.wikipedia.org/wiki/Servitude_dans_l%27%C3%89gypte_antiqueVoila qui souligne ce qui est pour moi le plus grand mensonge de ce livre.Les harems: l'auteur nous parle de harems avec des femmes recluses pour les désirs pervers de leurs seigneurs. Cela n'a jamais existé en Egypte. Il y avait bien des harems, mais cela n'a rien à voir avec les harems des sultanats. Les harems égyptiens étaient des genres d'Etats dans l'Etat, des endroits dans lesquels des gens allaient pour apprendre de nombreuses choses telles la danse, la chant, la musique, le tissage,... avec toute une hiérarchie, une économie,... Rien à voir, donc, avec ces harems dans lesquels des femmes doivent assouvir les désirs sexuels de leurs seigneurs.Suite voir lien

Lireoumourir
18/09/13

Béni des dieux, l'esclave TaÏta est d'une beauté extraordinaire et d'une intelligence remarquable. Il possède tous les talents et exerce son art dans tous les domaines: la médecine, la chirurgie, l'enseignement, la stratégie militaire, l'architecture, les mathématiques, l'astronomie, l'astrologie, etc. Au service de l'ignoble Seigneur Intef qui a fait de lui un eunuque, il trouve paix et réconfort auprès de la princesse Lostris qu'il aime d'un amour profond. Depuis son plus jeune âge, la jeune fille est son élève, sa confidente et son amie. Leur amour étant impossible, Taïta ne prend pas ombrage des doux sentiments qui unissent la princesse à Tanus, jeune commandant des Légions du crocodile bleu du vieux pharaon Mamôse. Mais Intef le cupide n'entend pas approuver cet amour, il cherche un meilleur parti pour sa fille. Par un hasard de circonstances, c'est Pharaon lui-même qui va prendre Lostris pour épouse, au grand désespoir des jeunes amoureux.C'est donc Taïta qui va nous raconter son histoire, celle de ses amis et celle de son pays, il y a 4000 ans de là. L'époque est troublée, l'Egypte est divisée. Dans le delta du Nil règne "l'usurpateur rouge" et en amont du fleuve s'étend le royaume de Mamôse, le véritable pharaon. La guerre est perpétuelle mais se sont finalement les Hyksos qui viendront à bout de l'usurpateur. Ce peuple inconnu jusqu'alors veut conquérir l'Egypte entière. Tanus et ses hommes devront les combattre, ce qui n'est pas chose aisée. En effet, les Hyksos sont maîtres dans l'art de la guerre et font tirer leurs chars rapides comme le vent par des bêtes aussi magnifiques qu'effrayantes: les chevaux! Tanus est impuissant et Mamôse perd la vie lors des combats.J'arrête là mon résumé mais il y aurait tant à dire! Roman fleuve, fresque historique, histoire d'amour et d'amitié, le livre est dense et riche et il fait voyager avec bonheur dans l'Egypte ancienne. C'est un pavé mais il se lit très vite. J'ai lu ça et là que Wilbur SMITH avait pris des libertés avec l'Histoire et que son livre est parsemé d'anachronismes et de contre-vérités. Je veux bien le croire! Je ne suis pas une égyptologue avertie et il faut savoir quand on entame une lecture si le but est de se divertir ou de s'instruire (bien qu'évidemment on puisse faire les deux en même temps). Mais si vous voulez vous amuser, vous émouvoir, vous émerveiller, laissez vous guider par Taïta et suivez-le le long du Dieu-fleuve pour un voyage trépident et magique.

un flyer
20/03/12

Voici un livre que j'ai lu, il y a de nombreuses années et que j'avais adoré.Je viens de voir la critique de michael1990, je n'ai pas ses connaissances mais comme je l'ai toujours dans ma bibliothèque, je le relirai.J'ai le souvenir d'un roman captivant et que je pensais avec de trés bonnes références historiques. Nena

nena1
31/05/11
 

Très certainement en tout point le pire de tous les livres que j'ai jamais lu..... J'ai vraiment détesté de A à ZTout d'abord, parlons de la réalité historique du livre:L'auteur nous fait croire, par une note de l'auteur à la fin du livre, que l'histoire est, quasi mot pour mot prise de papiers retrouvés dans une tombe et qu'il n'a fait que le retranscrire.C'EST TOTALEMENT FAUX. Jamais une telle tombe ne fût découverte, et les écrits encore moins. L'auteur ment donc dans sa note, ce qui devrait être un crime car ça fausse la réalité historique et les gens qui ne connaissent pas grand chose à l'Egypte ancienne pourraient prendre cela pour argent comptant.Bon, concernant la réalité historique à l'intérieur du livre:Autant le dire tout de suite: l'auteur ne connait rien à l'Egypte et il a tout inventé en se fiant à des bétises.En effet, les noms qu'il donne à ses personnages ne sont même pas égyptiens et plus ou moins toute l'image qu'il donne de l'Egypte ancienne est totalement fausse.Je vais donner quelques exemples afin que vous puissiez vous faire une idée:L'esclavage: l'auteur nous montre une société dans laquelle l'esclavage est indispensable, etc. Cela est totalement faux. En effet, il n'y a pas eu d'esclaves en Egypte avant l'époque des Ptolémées, c'est à dire les grecs, qui ont envehit l'Egypte et mis l'esclavage plus de 1000 ans après l'époque du livre.Voici un article de Wikipedia qui résume assez bien ce que je sais du servage en Egypte ancienne, pour ceux que ça intéresse: http://fr.wikipedia.org/wiki/Servitude_dans_l%27%C3%89gypte_antiqueVoila qui souligne ce qui est pour moi le plus grand mensonge de ce livre.Les harems: l'auteur nous parles de harems avec des femmes recluses pour les désirs pervers de leurs seigneurs. Cela n'a jamais existé en Egypte. Il y avait bien des harems, mais cela n'a rien à voir avec les harems des sultanats. Les harems égyptiens étaient des genres d'Etats dans l'Etat, des endroits dans lesquels des gens allaient pour apprendre de nombreuses choses telles la danse, la chant, la musique, le tissage,... avec toute une hiérarchie, une économie,... Rien à voir, donc, avec ces harems dans lesquels des femmes doivent assouvir les désirs sexuels de leurs seigneurs.Le statut des femmes: Je peux en parler pas mal, étant donné que j'ai fait un travail sur les femmes en Egypte ancienne. Mais je vais faire bref. L'auteur décrit les femmes comme des animaux devant servir les volontés de leurs seigneurs, pour lesquels certains métiers sont interdits,... Rien à voir avec la réalité historique. En effet, si il y a bien une société dans laquelle la femme était l'égale de l'homme, c'est bien l'Egypte ancienne. Elles pratiquaient les métiers qu'elles voulaient, dont ceux que l'auteur décrit comme interdit aux femmes. Juridiquement, les femmes avaient même parfois de nombreux avantages sur les hommes, comme pour le divorse, par exemple. Il y a encore de nombreuses choses à dire sur ce sujet, mais il ne faut pas exagérer. Si vous souhaitez avoir plus d'informations la dessus, je vous conseille de lire des livres de Christian Jacq ou de Christianne Desroches-Noblecourt, qui ont réalisés de très bons livres sur le sujet.Les Hyksos: L'auteur fait passer les hyksos pour une tribut qui se serait étendue. FAUX. Les Hyksos étaient en fait un regroupement d'un grand nombre de nationnalités différentes qui souhaitaient prendre possession des trésors de l'Egypte. Et l'invasion ne s'est pas du tout passée comme ça, mais je ne vais pas la décrire, ce serait trop long.Ce ne sont là que quelques exemples des nombreux mensonges du livre. J'en ai relevé d'autres, mais je vais m'arrêter là. De plus, bien que je m'intéresse à l'Egypte ancienne, je ne suis pas spécialiste, donc j'en ai certainement raté beaucoup aussi.Passons maintenant à l'histoire proprement dire.Premièrement: les personnages:Je ne les ai pas du tout aimés. Le personnage principal, également narrateur, connait tout, il sait tout faire, c'est le meilleur en tout, il est beau, il est éloquent, intelligent,..... Pffffffff c'est vraiment ridicule. Surtout qu'il se considère lui même comme le meilleur en tout et donc côté vantardise on est bien servis. En plus, il a inventé de nombreuses choses: les tribunes, les chaises trouées, les cuillers pour enlever les flèches,.... J'ignorais que toutes ces inventions avaient été inventées par un personnage sorti tout droit de l'imagination de Wilbur Smith....Il y a aussi Tanus que je n'ai pas du tout aimé. C'est l'archétype du militaire à l'esprit étroit et c'est de pire en pire au fur et à mesure que l'histoire avance.Par contre, je dois avouer que j'ai bien aimé le personnage de Lostris, qui est, je trouve, très bien fait.Enfin, dernier point: l'intrigue.Le début du livre nous laisse croire que l'intrigue se tournera autour de Lostris et Tanus. C'est vrai pendant un temps, puis c'est résolu et on passe à tout autre chose. Enfin, dire que c'est résolu est un grand mot... Disons plutôt que les personnages ont laissés faire le temps...De plus, la façon dont est agencée le livre ne me plait pas du tout. Les années passent avec une intrigue principale qui n'évolue pas, il y a quelques évènements secondaires histoire d'étoffer un peu le livre puis l'intrigue se résout et on passe à autre chose. Rien de palpitant.En plus, on devine très facilement ce qui va se passer ensuite, et cela principalement à cause du narrateur qui lache à tout moment des trucs comme: si j'avais su que ça se passerait comme ça je n'aurais pas dit ça,....Ca casse le peu de choses bien qui auraient pu sortir de ce livre exécrable...Vous aurez compris, j'ai complètement détesté ce livre et j'ai été tenté de nombreuses fois d'en arrêter la lecture. Mais je l'ai terminé afin de pouvoir en faire une critique complète.Maintenant qu'elle est faite, j'espère vraiment que vous ne le lirez jamais.C'est le premier tome d'une trilogie, mais, une chose est sure, je n'en lirai jamais la suite...

michael1990
25/07/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.36 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition