Le docteur jivago

PASTERNAK, BORIS

livre le docteur jivago
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 18/04/72
LES NOTES :

à partir de
9,80 €

SYNOPSIS :

« Ma charmante, mon inoubliable ! Tant que les creux de mes bras se souviendront de toi, tant que tu seras encore sur mon épaule et sur mes lèvres, je serai avec toi. Je mettrai toutes mes larmes dans quelque chose
qui soit digne de toi, et qui reste. J'inscrirai ton souvenir dans des images tendres, tendres, tristes à vous fendre le coeur. Je resterai ici jusqu'à ce que ce soit fait. Et ensuite je partirai moi aussi. »
1 personne en parle

Iouri Andréievitch Jivago, nous le rencontrons pour la première fois au cimetière où sa mère est enterrée, alors qu'il n'est qu'un petit garçon de neuf/dix ans. Son oncle, un intellectuel, prend sous son aile le jeune orphelin, dont on apprend que le père, ayant ruiné la famille pourtant très riche, s'est suicidé. Nous sommes en 1905, année de la révolution avortée. Avec Jivago, nous allons suivre la Russie et son peuple à travers la guerre de 1914-1918, la révolution de 1917, la guerre civile entre Blancs et Rouges et les années de terreur qui s'ensuivront. Vous avez probablement en tête le film avec Omar Sharif et Julie Christie, si au contraire de moi vous l'avez vu, où domine l'histoire d'amour impossible entre Iouri, devenu médecin, et Larissa Fiodorovna (Lara), femme d'un grand nom de la révolution en Sibérie. Et pourtant, je dirais après ma lecture que cette passion n'est qu'un des aspects, finalement assez anecdotique, de cette grande fresque qui valut à Pasternak bien des ennuis.Finalement, les histoires des uns et des autres ne sont là que pour illustrer la folie de ces années, les passions politiques, les tragédies guerrières, l'idéalisme aveugle et entêté, au sein du plus grand pays du monde. le roman souffre des grandes tirades grandiloquentes et philosophiques typiques de la littérature russe du XIXème. Ca se torture beaucoup l'esprit au pays de Pierre le Grand, c'est moi qui vous le dit! J'ai même fini par ne lire ses passages qu'en diagonale, et vite tourner les pages. Les personnages ne sont pas attachants, pas même Iouri, pourtant le héros, que j'ai trouvé inconsistant, orgueilleux et incapable d'assumer ses responsabilités. Enfin, ma dernière critique va au problème de rythme dont souffre le roman. Il y a comme des trous d'air par moments. L'histoire est en suspension, les personnages tournent en rond et le lecteur s'ennuie ferme.Mais c'est un roman qui a un souffle. Le souffle des sagas se déroulant sur des années, où des personnages se croisent, se perdent de vue, s'aiment et se déchirent. Où un peuple est en lutte. Façon Guerre et Paix. Pasternak a su rendre à merveille la beauté du pays, sa dureté aussi, sa folie, à l'image de ce peuple lancé dans une course folle pour la liberté et autres idéaux. Il montre dans toute son horreur la guerre fratricide qui déchira le pays, l'exil des bourgeois et nobles, les paysans mourant de faim, les réquisitions, les pillages et massacres perpétrés par les différents camps. C'est dans ces instants que Le Docteur Jivago est un grand roman, pas dans les scènes où Lara et Iouri déblatèrent sur tel ou tel sujet, pas quand Iouri philosophe sur l'Art ou encore l'Histoire. C'est ce souffle presque épique qui m'a fait tenir le coup lors de ces "trous d'air" dont je vous parlais plus haut. Alors, si comme pour Le joueur de Dostoïevski, ce ne fut pas tout le temps évident, j'ai beaucoup aimé cette lecture, malgré tous ces passages laborieux. Et finalement, alors que je viens tout juste de terminer ma lecture par les poèmes de Iouri (certains vraiment magnifiques, d'autres beaucoup moins), je me sens... comment dire... comme vidée. Sensation étrange. Cela faisait tout de même 15 jours que je suivais tous ces personnages. Et si j'ai bataillé dans cette lecture, je la quitte presque à regret.Il semble donc que comme beaucoup de romans russes de l'époque, Le Docteur Jivago est une bataille, il donne du fil à retordre à son lecteur. Certains en sortent lessivés, déçus, pour d'autres, comme moi ç'aura été une aventure particulière mais non dénuée de saveur.

Choupchoup
09/04/13
 

Format

  • Hauteur : 18.50 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.35 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie