Le fantome de canterville

WILDE, OSCAR

EDITEUR : HACHETTE EDUCATION
DATE DE PARUTION : 22/08/01
LES NOTES :

à partir de
0,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Bibliocollège : une collection d'oeuvres classiques conçue pour les élèves de collège et recommandée par les enseignants - Le texte intégral annoté. - Un questionnaire bilan de première lecture. - Des questionnaires d'analyse
de l'oeuvre. - Sept corpus accompagnés de questions d'observation et de travaux d'écriture. - Une présentation de l'auteur et de son époque - Un aperçu du genre de l'oeuvre et de sa place dans l'histoire littéraire.
14 personnes en parlent

Un vrai bonheur ! J’avais été fascinée par la plume d’Oscar Wilde dans Le Portrait de Dorian Gray, et je souhaitais vivement découvrir ses autres œuvres.On est clairement très loin du Portrait (quoiqu’on peut tout de même trouver quelques rappels) mais j’ai quand même pris beaucoup de plaisir à découvrir ces nouvelles, très XIXème. C’est très drôle, vif, bien écrit. Vraiment, un recueil très plaisant qui n’égale cependant pas le Portrait.J’ai particulièrement aimé Le Fantôme de Canterville, qui donne son nom au recueil. La description de la famille américaine est très drôle, piquante, mais sans méchanceté, et puis au delà de l’humour présent tout au longe de ce texte, j’ai trouvé le fantôme très touchant.Le Crime de Lord Arthur Savile, est une petite merveille, désopilante d’absurdité, quelque part ça me fait penser à La Cantatrice Chauve, de par le type de raisonnement tenu. Délibérément provocatrice, cette nouvelle est jubilatoire!Les deux dernières nouvelles, Un millionnaire modèle et Le sphynx sans secret, sont moins drôles, mais plus touchantes (la dernière en particulier). Elles m’ont peut-être un peu moins marquée, mais ne m’ont pas déplu, loin de là!Bref, encore une très belle lecture avec Oscar Wilde ♥

un flyer
13/05/11

Ce conte est très intéressant et mériterait d'être plus connu. Le génie et l'humour de l'auteur du portrait de Dorian Gray sont toujours présents mais cette fois pour un conte qui peut être lu à des enfants qui apprendront ainsi à ne pas se laisser impressionner et aussi à faire preuve de compassion

milca
13/02/11
 

Deux nouvelles pour un petit prix, il était logique de sauter sur l'occasion pour découvrir la plume de Wilde. Je rêve de lire le Portrait de Dorian Gray et cette lecture me convainc que je dois m'y tenir. Parce que l'écriture de cet auteur est superbe et que ces deux nouvelles sont captivantes, chacune à leur manière.L'histoire du fantôme de Canterville est géniale, je n'ai pas pu décrocher de ma lecture, en plus les chapitres sont courts et la plume fluide donne encore plus envie de rester accroché à l'intrigue. J'ai également beaucoup ri, Oscar Wilde maîtrise l'humour noir et les situations aussi sombres que drôles. Le manoir Canterville est hanté par l'un de leurs ancêtres, celui-ci est maître dans l'art d'effrayer les résidents et s'en vante ouvertement. Seulement, il n'avait pas prévu que les Canterville cède la demeure aux Otis, une famille américaine qui ne semble pas véritablement croire au fantôme, voire pire ! Ils s'en amusent ! C'en est trop pour le fantôme qui décide de s'affirmer en tant que tel, oubliant que la petite Virginia désire lui apporter son aide.Cette nouvelle possède une ambiance tellement unique. On sent cette pointe gothique, sombre et angoissante, propre à un récit de fantôme et de paranormal. Toutefois, la noirceur ne s'installe pas, elle laisse de la place pour l'amour, pour l'amitié et le rire. Quelle belle amitié entre le fantôme et Virginia, on est touché par la gentillesse de la petite fille et par les malheurs de l'esprit. On aime cet aspect très 19e dans les mœurs, dans l'architecture, dans les expressions sans pour autant être impossible à comprendre. C'est fou de voir à quel point la plume de Wilde est fluide, agréable, forte, précise. Ce que cette pauvre famille fait subir à ce fantôme est juste très drôle et en même temps, on se sent presque révolté du manque de considération dont elle fait preuve.La seconde histoire est plus courte, mais tout aussi intéressante. Elle est même plus touchante sans se départir d'une bonne dose d'humour. Le modèle millionnaire, je ne connaissais pas de nom cette nouvelle et ce fut une très belle surprise. L'intrigue nous présente un jeune homme fou amoureux et qui se voit ralenti par le père de sa belle, il ne lui confiera sa main que s'il parvient à réunir une somme d'argent. Somme impensable à réunir pour le moment, alors en rendant visite à un ami peintre, sa vie prend un tournant inattendu.J'ai beaucoup aimé le thème de la peinture, de l'art en général, thème que l'on retrouve dans le Portrait de Dorian Gray. Ce qui m'a surtout enchantée c'est le quiproquos dont le jeune homme est la victime heureuse. Il confond le sujet du tableau et le modèle, et là, je ne peux rien ajouter de plus au risque de spoiler une très belle leçon de vie, la chute et surtout le rebondissement incroyable. Retenez juste que l'histoire est également très bien écrite, tout comme Le fantôme de Canterville, la plume de Wilde est posée, précise, belle et fluide. Un vrai régal à lire, il est impossible de passer des heures, cachets à la main pour tenter de comprendre. Tout est clair et je trouve même que cette nouvelle possède un petit éclat poétique très appréciable. Le personnage principal est très attachant, ce qui ne gâte rien.En somme, si vous désirez comme moi, découvrir la plume d'Oscar Wilde, je pense que ces deux courtes nouvelles donnent un bel aperçu du talent de l'auteur. Des protagonistes sympathiques à suivre, des idées intéressantes, des intrigues aussi drôles que fascinantes à lire, des ambiances bien déterminées... Le tout servi par une plume fluide et simple à lire sans être simpliste. Je suis très enthousiasmée par cette lecture et je suis convaincue de me plaire dans l'univers de l'auteur, je serais ravie de lire d'autres ouvrages de Wilde.

Ewylyn
23/08/14
 

De tous les fantômes célèbres, s'il en est un dont il faut avoir lu les aventures au moins une fois, c'est bien celui de Canterville. C'est drôle, léger, rafraichissant et l'on ne peut que s'attacher au pauvre fantôme malmené par la famille Otis. Fort des générations de lords et de ladies qu'il a terrorisé, le fantôme de Canterville s'évertue à hanter le vieux manoir mais il se heurte pour son plus grand malheur au matérialisme désespérant de la joyeuse famille américaine. Le Fantôme a beau déployer tous ses meilleurs stratagèmes d'épouvante, rien n'y fait. Ni les taches de sang indélébiles, ni les apparations monstrueuses et pas même les cris insupportables n'arrivent à bout de la bonne humeur et de l'espièglerie des Otis. C'est au contraire le fantôme qui prend peur et finit par déprimer. Seule la prophétie des vitraux de la bibliothèque pourra peut-être le délivrer de son malheur...On avait rarement vu de carrière de fantôme aussi pitoyable que celle du Fantôme de Canterville, ne serait-ce celle du Phantom of the Paradise de Brian de Palma ou peut-être celui moins pathétique de Gaston Leroux. Même s'il est ridicule, le fantôme d'Oscar Wilde reste toutefois mon fantôme préféré. C'est d'ailleurs avec un grand sourire aux lèvres que j'ai refermé les dernières pages de ses mésaventures. Cette élégante édition, enrichie par de sympathiques illustrations du dessinateur satirique argentin Oscar Conti (Oski), fera le bonheur des petits et des grands. C'est donc avec délectation que j'ai découvert l'association très réussie du travail des deux Oscars et je félicite les Éditions Chandeigne pour ce bel objet qui saura fièrement orner toutes les bibliothèques... Alcapone13

Alcapone
09/06/13
 

Pauvre Fantôme...C'est un court récit moins d' une cinquantaine de pages, l' écriture est vive, pleine d' humour, de dérision et facile d' accès. On se régale par les aventures ou plutôt par les mésaventures de ce pauvre fantôme.Une lecture réjouissante pour les petits et les grands.

Lacazavent
27/12/12
 

Lorsqu'une famille américaine moderne vient s'installer dans un vieux manoir anglais, réputé pour être hanté, cela promet des situations cocasses. Un roman drôle et impertinent, qui ridiculise les histoires de fantômes, en montrant comment le matérialisme le plus terre-à-terre vient à bout des forces occultes. Détergent pour éliminer les tâches de sang, huile pour enrayer le crissement des chaines du fantôme, la famille ne manque pas d'idée pour tourmenter un revenant grotesque et maladroit. Une très belle édition, découverte dans le cadre de l'opération "La voie des indés", j'étais un peu sceptique sur les illustrations au début mais finalement elles s’accordent parfaitement au texte, accentuant encore son côté grotesque.

sovane
14/11/12
 

Le fantôme de Canterville est une pépite d’Oscar Wilde! L’histoire de ce fantôme qui se fait malmener par les nouveaux propriétaires du manoir de Canterville, les Otis, est un régal. Cet oeuvre d’Oscar Wilde tourne en dérision les récits de fantômes. En effet, à quoi sert un fantôme s’il ne fait plus peur et surtout si c’est lui qui a la trouille des habitants du manoir…. L’autre coup de génie d’Oscar Wilde est sa satire sur les américains (dont les représentants sont les Otis) qui ne comprennent rien à la culture européenne, ses traditions, son folklore. Ses américains manquent cruellement d’imagination et s’approprient le manoir sans y respecter son passé. L’humour tient une grande place dans cette histoire mais aussi dans les dessins. Les illustrations de Oski sont marrantes et le fantôme n’a pas une apparence traditionnelle… Leurs places ne sont pas formatées : au milieu d’une page, en haut, en bas, au mileu de deux pages, à droite, à gauche… C’est très bien pensé. Cependant, je trouve la représentation de Virginia (fille de Otis) peu réussie… En effet, dans les illustrations, elle paraît plus âgée que ce qu’elle est… Cette nouvelle parution du Fantôme de Canterville éditée par Chandeigne est très agréable et plaira aux petits et au grands… Le Fantôme de Canterville a été lu dans le cadre de l’opération « La voix des Indés » organisée par Libfly dont le but est de faire découvrir des maisons d’éditions indépendantes et peu connues.

AlteaAitana
12/10/12
 

Le fantôme de Canterville est la principale nouvelle de ce recueil, je l'ai particulièrement appréciée. Le style de l'auteur est très plaisant. Oscar Wilde arrive à nous faire rire avec du tragique. Ce fantôme de Canterville est finalement comme un enfant capricieux mais heureusement la famille Otis sait le remettre à sa place. J'ai bien aimé aussi l'histoire du petit Hans qui donne tout au riche meunier juste par amitié jusqu'à la fin tragique. Le conte sur le Rossignol et la Rose est excellent avec une chute tout aussi tragique que le reste des contes. Mon conte préféré est le Prince Heureux qui dénonce la suffisance humaine. Ce petit recueil est un vrai délice. Lilas

un flyer
30/06/12

Depuis trois siècles, le fantôme de Sir Simon hante Canterville Chase, effrayant, sans distinction, lords, duchesses, révérends et gouvernantes. Mais les choses changent quand une famille d'américains, achètent le château. Pragmatiques et terre à terre, les Otis ne se laissent pas émouvoir par une apparition, un cliquetis de chaînes, un cri lugubre ou une tâche sanglante. Pire! Les jumeaux de la famille prennent un malin plaisir à tourmenter le fantôme, lui tendant des pièges dans les couloirs du château et se riant de lui à la moindre occasion. Seule Virginia, jeune fille sensible, ne participe pas ces humiliations incessantes.Une petite nouvelle à la fois drôle et émouvante. J'ai pris plaisir à suivre les péripéties d'un fantôme qui de terrifiant devient terrifié. J'ai beaucoup apprécié les petites piques à l'égard des américains si sûrs d'eux-mêmes et de leur supériorité sur les anglais tellement archaïques dans leurs superstitions. WILDE se moque gentillement, tout cela est très léger mais fera sourire les petits et les grands. A lire en tout cas.

un flyer
20/03/12

Un thème qui m'est cher, celui de la maison hantée ! Je lis cette nouvelle d'Oscar Wilde chaque année à mes 4°, aussi n'ai-je pu résister à la tentation d'écrire un petit billet sur cette nouvelle...Le ministre américain Hiram B. Otis emménage, accompagné de sa femme, sa fille et ses facétieux jumeaux, dans un manoir qui abrite déjà un fantôme notoire, celui de Sir Simon de Canterville, soupçonné d'avoir assassiné sa femme en 1575... Tous les éléments traditionnels sont là : spectre, meurtre, tache de sang qui réapparaît mystérieusement chaque nuit, orage, nuits troublées, château... Et cependant, ce qui pourrait n'être qu'une banale histoire surnaturelle, alors en vogue au XIX° siècle, devient sous la plume d'Oscar Wilde, une « fantaisie » - comme l'indique le sous-titre – parodique : en effet, malgré ses tentatives aussi imaginatives que répétées, le fantôme ne parvient pas à effrayer la famille et se trouve systématiquement frustré et ridiculisé lors de ses incursions nocturnes... Je n'en dis pas plus pour ne pas frustrer du plaisir de la découverte ceux qui auraient envie de lire la nouvelle.La description du fantôme est directement inspirée du Romain Pline le Jeune qui raconte lui aussi une histoire de maison hantée dans ses Lettres. Là aussi, le personnage principal, un philosophe, fait l'acquisition de la maison en connaissance de cause et se retrouve face au fantôme sans sourciller. La nouvelle de Wilde est bien sûr beaucoup plus étoffée et enrichie d'une tonalité humoristique que j'apprécie particulièrement.Et parce que je suis une grande fan de nouvelles fantastiques, je me permets de suggérer aux adeptes de ce genre d'histoires deux nouvelles de Maupassant (qui passent bien auprès d'adolescents de 4°) qui ont aussi leur charme, quoique différent :Apparition : à la demande d'un ami, le narrateur se rend dans un manoir pour récupérer des papiers, un manoir qui n'est plus habitué depuis le décès de la fiancée de cet ami.La Morte : le narrateur, éperdu de chagrin après la disparition de sa bien-aimée, projette de passer la nuit sur sa tombe. Mais il est bientôt confronté à un terrible spectacle...Et enfin, pour terminer, Le Fantôme de Canterville dans l'édition du Livre de poche est suivi de la nouvelle Le Crime de Lord Arthur Savile. Un chiromancien prédit à Lord Arthur qu'il est voué à commettre un meurtre. Dès lors commence pour le jeune noble la quête de sa future victime, car pense-t-il, tant qu'il n'aura pas commis son crime, il n'aura pas l'esprit tranquille et ne pourra épouser Sybil. Il choisit dans un premier temps sa tante, mais les choses ne sont pas si simples... Peut-être moins marquante que Le Fantôme de Canterville, cette nouvelle n'est pas pour autant dénuée d'inventivité et on y retrouve le style tonique et mordant de l'auteur.Voici quelques passages marquants du Fantôme de Canterville :Le portrait du fantôme chez Wilde :« Juste en face de lui, il vit, au pâle clair de lune, un vieillard d'aspect terrible. Il avait des yeux rouges pareils à des charbons incandescents ; une longue chevelure grise lui tombait sur les épaules en tresses emmêlées ; ses vêtements, d'une coupe ancienne, étaient salis et élimés. De lourdes menottes et des fers rouillés lui pendaient aux poignets et aux chevilles. »La réaction du ministre américain à la « visite » nocturne du fantôme :« Je n'ai nul désir, dit-il, de causer le moindre mal à ce fantôme, et je dois vous faire observer qu'étant donné le nombre de siècles qu'il a passés dans ces murs, j'estime qu'il n'est pas du tout poli de lui lancer des oreillers. »Une facette du fantôme plutôt étonnante :« La seconde apparition du fantôme eut lieu le dimanche soir. Peu après être allés se coucher, ils furent soudain alertés par un fracas épouvantable dans le vestibule. Etant redescendus précipitamment, ils constatèrent qu'une énorme armure ancienne s'était détachée de son socle, et était tombée sur le dallage, tandis qu'assis dans un fauteuil à haut dossier, le fantôme de Canterville se frottait les genoux, le visage empreint d'une expression de souffrance intense. »Le portrait du fantôme chez Pline :« Il y avait à Athènes, en ce temps-là, une maison spacieuse et vaste, mais de mauvaise réputation et frappée d'un fléau : dans le silence de la nuit, un bruit de fer et, si on écoutait plus attentivement, des bruits de chaîne assez éloignés d'abord, ensuite très rapprochés se faisaient entendre ; bientôt apparaissait un fantôme, un vieillard extrêmement maigre et sale, avec une barbe longue et des cheveux hérissés ; il portait des entraves au pied, et des chaînes aux mains, et les secouait. »

LeCottagedeMyrtille
06/03/12
 

Placez vous au coin d'un feu, dans le noir et racontez cette nouvelle à des enfants. Effet garanti. Ils seront morts de rire. C'est censé être une histoire de fantôme me direz-vous! Oui, mais une parodie. Ici, les Anglais sont des êtres arriérés et coincés, les Américains sont des bourgeois pompeux et prétentieux et Sir Simon de Canterville est un fantôme en mal d'amour. Après avoir passé des siècles à inventer des personnages pour effrayer les habitants du château, ce cher monsieur se retrouve confronté à une famille qui accepte de le partager avec lui sous prétexte qu'il est là depuis plus longtemps. Virginie, la fille à marier de monsieur Otis, est l'archétype de la bourgeoise qui cherche son duc. Mais comme évidemment l'amour est plus fort que le titre, elle finit par s'éprendre du... jardinier! La nouvelle est drôle, facile à lire et se moque sans complexe d'une société outrageusement risible. J'ai aimé et je lirai bientôt les autres nouvelles! Cétait tout simplement délicieux.Un conseil: n'hésitez pas à regarder le film de 1944 d'Albert Husson qui est très fidèle au texte de Wilde. Les acteurs sont juste excellents (mention spéciale pour Georges et Virginie!). Il est disponible gratuitement sur le site de l'INA à ce lien. Kllouche

kllouche
21/01/12
 

Le fantôme de Canterville est une nouvelle mêlant humour et drame.Humour lorsque le fantôme qui cherche à tyranniser les Otis se fait prendre à son propre piègeDrame lorsque l'on apprend que le fantôme voudrait bien trouver le repos mais ne le peut pas. Il demande alors à la petite fille de l'aider.Une histoire marrante mais qui aurait pu être beaucoup plus longue.

alison29
28/12/11
 

J'ai été complètement conquise par cette superbe et hilarante nouvelle, ou au lieu de détester ce fantôme, on en vient à avoir de la peine, voire même de la pitié pour lui ! Un comble pour un esprit sensé hanté les vivants !Oscar Wilde a su faire rire son lecteur, avec une histoire qui dans d'autres circonstances ficherait la chair de poule, et il ose même rajouter un peu d'humanité dans ce personnage sans âme, mais terriblement malheureux du Sir Simon de Canterville...

feedoll
18/09/11
 

Un texte court et accessible aux plus jeunes dont l'ironie fait sourire. Un vieux fantôme échoue lamentablement à effrayer les nouveaux occupants de son château. Ce sont des américains, matérialistes et arrogants dont les plus détestables sont les jumeaux qui terrorisent le pauvre fantôme. Il teste tout pour parvenir à ses fins de fantômes. Las !Heureusement la jeune fille de la famille lui vient en aide.

nanettevitamines
12/07/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie