Le fantome de lady margaret

HIGGINS-CLARK-M

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 10/02/93
LES NOTES :

à partir de
6,60 €

SYNOPSIS :

Mary Higgins Clark Le Fantôme de Lady Margaret Quel rapport peut-il y avoir entre les attentats qui ensanglantent Londres et visent la famille royale, et les re- cherches d'une jeune historienne sur la terrible Lady Margaret, décapitée au xviie siècle ? La vengeance peut-être. Ou l'hypnose oe Le surnaturel, pour deux
jumelles aux prises avec un psychopathe ; la passion meurtrière d'un jeune homme pour son ancien professeur ; amour, mort et loterie pour les deux amis de «Jour de chance» : l'auteur de La Nuit du renard, Grand Prix de littérature policière, explore ici, en cinq récits, toute la gamme du suspense et de la terreur.
3 personnes en parlent

En premier lieu, si vous ouvrez ce livre, sachez qu'il contient 5 nouvelles dont la première intitulée comme le titre du livre. Pour ma part, je n'avais pas compris ce détail avant de finir la première nouvelle (ahlala ! Qu'est-ce que je peux être doué ! C'est tout moi XD) car le résumé n'était pas tout à fait le même que celui que je vous ai mis un peu plus haut. Clairement, il y a certaines nouvelles qui m'ont plus plût que d'autres. J'ai particulièrement apprécié 2 des 5 nouvelles (Le fantôme de lady Margaret et L'une pour l'autre), qui sortent du style de Mary Higgins Clark. En effet, l'auteure a choisis d'essayer de mêler à ces intrigues policières, le paranormal ! Je trouve que c'est une belle réussite ! Le fantôme de lady Margaret est celle qui m'a le plus captivé ! On retrouve une écrivaine, Judith, qui a tout pour elle : la réussite professionnelle, un fiancé en passe de devenir premier ministre... On sent, donc, d’emblée que quelque chose de pas très nette va lui arriver. Au début, je pensais que cela viendrait de son fiancé. Je me demandais s'il n'allais pas se révéler être un escroc ou pire un meurtrier. Mais non ! Je me suis trompé sur toute la ligne ! Ce sont les recherches historiques de notre héroïne qui vont lui porter préjudice. On plonge avec délice dans le passé de Judith pour retrouver sa véritable famille dont elle a été séparée lors d'un bombardement à Londres, pendant la seconde guerre mondiale, grâce à des flash-backs. En parallèle, elle fait des recherches pour son livre qui vont la mener dans les souvenirs d'une certaine Lady Margaret, qui a vécue au XVII e siècle et qui par delà la mort est bien décidé à se venger, à travers Judith, du roi de l'époque notamment en organisant des attentats à l'encontre de ses statues encore présentes dans le Londres d'aujourd'hui ; et de la famille du fiancé de Judith. Mary Higgins Clark alterne donc avec brio le passé et le présent, ce qui nous permet de ne jamais nous ennuyer ! Par ailleurs, l'horreur de la fin m'a laissé sans voix ! Franchement, jamais je ne me serais attendu à cela car ce n'est pas du tout le style de l'auteure ! L'une pour l'autre est une nouvelle assez particulière ! Jimmy a décidé d'assassiner Caroline, qui l'a privé d'un grand rôle et qui par ce biais à briser son rêve de devenir un acteur connu. Un an auparavant, il a tué par erreur la sœur jumelle de celle-ci et est bien décidé à rectifier le tir. Ce n'est pas l'une de mes nouvelles préférées mais elle est très intéressante. En effet, l'alternance des points de vue ne nous laisse aucun répit tandis que la fin est très surprenante du fait qu'intervient un élément surnaturel. Cela donne donc un peu de piquant à l'intrigue ! Quant aux autres nouvelles, elles ne m'ont pas laissé de souvenirs particuliers. Certes, elles sont parfois glauques et ne se finissent pas toujours biens mais c'est à peu près tout. Elles ont, tout de même, le mérite d'être cohérentes à défaut d'être passionnantes ! Pour conclure, si l'une des nouvelles m'a passionné, cela n'a pas été le cas pour toutes les autres. Cependant, ici, Mary Higgins Clark réussi à innover un peu en intégrant des touches paranormales et horrifiques. J'aimerai beaucoup qu'elle poursuive de temps à autre dans cette voie-là, même si cela me semble compromis sachant que ces nouvelles ont été publiées dans les années 1990 !

chachoufantasy
23/11/14
 

Des lieux variés, différents personnages, des crimes de toute sorte, plusieurs enquêteurs chevronnés ou amateurs, du suspense… Voici les ingrédients réunis dans les cinq nouvelles du roman de Mary Higgins Clark.« Le fantôme de Lady Margaret » est le premier des cinq récits et également les plus développé d’entre eux. Plusieurs histoires s’y entremêlent et nous plongent dans la guerre civile anglaise et la politique. Judith est une historienne qui cherche à découvrir son passé dont la route a croisé celle de Sir Stephen, prétendant au titre de premier ministre. Mais lors de recherches effectuées en vue de son prochain livre historique, il s’avère que la découverte de Lady Margaret pourrait bien mettre en péril sa relation. Surtout que plusieurs attentats dirigés contre des monuments auxquels Judith s’intéresse ont lieu et que la résolution de leur mystère presse.Comme vous le remarquerez sans doute à la lecture de ce bref résumé, la trame narrative n’est pas des plus simples. En effet, les histoires et les époques se confondent, laissant parfois le lecteur dans une confusion habile qui contribue à garder le suspense. Le personnage principal est Judith Chase, qui se concentre d’une part sur l’écriture de son roman historique et d’autre part sur la recherche de sa véritable famille, disparue alors qu’elle n’avait que deux ans. Le lecteur entre donc dans son quotidien, partagé entre ces deux tâches, qui comprennent chacun en récit enchâssé. Nous découvrons ainsi l’histoire de Cromwell, Charles Ier et Charles II ainsi que celle de la mystérieuse Lady Margaret, et plusieurs flashbacks nous plongent dans les souvenirs de Judith – des flashbacks effrayants datant de la guerre.Hormis ces deux « enquêtes », Judith rencontre deux personnages d’importance. Le premier, Sir Stephen, est extrêmement important car il est son fiancé. Toutefois, son travail lui prend beaucoup de temps car il espère succéder au premier ministre. Bien que moins important que Judith, il nous permet de découvrir un autre aspect important de la vie anglaise, à savoir la politique. Ce personnage est un peu cliché avec son grand manoir, ses serviteurs et ses titres prouvant qu’il descend d’une grande famille, mais il n’en est pas moins doux et gentil malgré ses lourdes responsabilités. On en vient rapidement à espérer que son mariage et sa carrière iront pour le mieux, ce qui est loin d’être gagné.En effet, en raison d’attentats terroristes meurtriers organisés dans des lieux touristiques de Londres, la pression est plus forte encore et il n’a pas le droit à l’erreur.L’autre personnage d’importance rencontré par Judith est le Dr Patel, un spécialiste de l’hypnose qui tentera de l’aider à retrouver ses anciens souvenirs. Mais cette science recèle plus d’un danger, comme l’apprendra Judith à ses dépens.L’intrique très prenante de ce récit est organisée avec talent pour faire douter le lecteur. Tout en découvrant l’Angleterre – ses légendes, un chapitre important de son histoire, sa politique, … - on se demande constamment où se cache la vérité. Judith est-elle vraiment celle que l’on croit ? Quel rapport y a-t-il entre ses recherches et les attentats ? Sir Stephen deviendra-t-il premier ministre malgré son passé ?A peine obtient-on une réponse à l’une de ces questions qu’une autre interrogation surgit. Une histoire pleine de détails intéressants et variés qui met en scène des personnages attachants et pleins de personnalité.La seconde histoire, « Terreur dans le campus » se déroule aux Etats-Unis, lors d’une fête où se retrouvent d’anciens élèves et professeurs d’un lycée. Sur le chemin du retour, Kay disparaît et, malgré sa récente dispute avec son mari, ce dernier ne peut croire qu’elle l’a quitté. Il lui est arrivé quelque chose, il en est sûr, et il la retrouvera, avec ou sans aide.L’intérêt principal de ce récit tient au fait que nous voyons tout à tour Kay – et ce qui lui arrive – et son mari, entouré d’une équipe qui l’aide dans son enquête. Nous découvrons petit à petit ce qui s’est passé, mais aussi les tentatives de Kay pour rejoindre son mari et l’enquête pour la sauver. L’intrigue se déroulant dans une seule ville, on voit les personnages se croiser sans se reconnaître mutuellement et s’occuper chacun de ses petites affaires, sans l’ombre d’un soupçon, ce qui fera battre notre cœur à tout rompre plus d’une fois.La nouvelle suivant s’appelle « Un jour de chance » et est très courte (une trentaine de pages seulement). C’est celle des cinq histoires qui m’a le moins plu, malgré un magnifique coup de théâtre à la fin. On rencontre trois personnages – un couple et une de leurs connaissances – qui ont une vie plutôt grise jusqu’à ce jour qui, selon Bill, sera leur jour de chance. Mais Bill disparaît. Que lui est-il arrivé ?L’intrigue de base est intéressante, mais je trouve qu’elle aurait mérité d’être plus développée. Le début est relativement lent et contient peut d’action, ce qui constitue un véritable contraste avec une fin extrêmement réussie. C’est toutefois une nouvelle quelque peu différente des autres qui présentées dans cet ouvrage, ce qui m’a sans doute déstabilisée : pas de véritable enquête, pas vraiment de suspense, des personnages trop ordinaires pour être attachants ou pour qu’on s’identifie à eux… Heureusement que la chute vient sauver le tout !« L’une pour l’autre » conte la confrontation entre un assassin et sa victime. Victime qu’il pensait avoir tuée quelques années auparavant, mais il avait alors fait erreur sur la personne. Ce récit très bien ficelé se penche plutôt sur l’aspect psychologique des personnages, ce qui m’a beaucoup plu. On découvre la rencontre entre les deux protagonistes, ainsi que les méthodes utilisées par la victime pour tenter de sauver sa peau. Mais y parviendra-t-elle finalement ?La dernière histoire est courte mais très touchante. « L’ange perdu » raconte comment une mère part à la recherche de son enfant, enlevé par son ex-mari, un criminel recherché par la police. Là aussi, nous avons deux points de vue différents : celui de la fillette et celui de sa mère. Toutes deux sont très émouvantes et leurs sentiments réciproques sont très bien analysés. L’enquête passe un peu au second plan, ce qui ne nuit en aucun cas au suspense. Parviendront-elles à se retrouver avant que quelque chose de terrible n’arrive ?Les cinq nouvelles qui composent Le fantôme de Lady Margaret montrent une fois de plus le talent de Mary Higgins Clark pour l’écriture de romans policiers, mais dans un style un peu différent de celui dont on a l’habitude. Son jeu avec le suspense et les nerfs des lecteurs n’en est pas moins superbe, tout comme la grande variété des intrigues. J’ai apprécié le style courant et léger dans lequel les histoires sont racontées. J’ai toutefois repéré quelques fautes de français… mais rien à reprocher à l’auteur, puisqu’il s’agit d’une traduction.

Laraemilie
05/07/13
 

Récit de petites nouvelles. Cinq petites nouvelles étonnantes regroupées sous le titre de la première d'entre elles. Le récit nous enveloppe dans une ambiance pour la moins fascinante. Les autres nouvelles se lisent avec grand plaisir pour leur diversité.

Lilyptitbout
16/03/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition