General solitude (le)

FAYE, ERIC

EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 19/08/00
LES NOTES :

à partir de
5,60 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

D'étranges feux brûlent sur les hauts plateaux, quelque part dans la forêt tropicale d'amérique latine. Hypnotisé, le général soledad se lance à leur recherche et se perd inexplicablement avec sa troupe sur la route d'iquita, oú il devait retrouver le reste de l'armée espagnole. son meilleur ami, le général san martinez, s'interroge : soledad a-t-il déserté ? l'ennemi a-t-il frappé ? et pourquoi l'ombre de la
fascinante maria-elena del tesco, dont tous les deux se sont disputés les faveurs, semble-t-elle planer sur cette disparition ? Des années plus tard, le général san martinez découvre avec stupeur le cahier de route de soledad, et le rêve qui conduisit une armée à sa perte. Le récit tendu et passionné du lent pourrissement d'un empire, d'un amour et d'une amitié. un premier roman à l'élégance vénéneuse.
2 personnes en parlent

Venezuela, 1818. La colonne du général Soledad disparaît dans la jungle... Amour, amitié, vertige.Publié en 1995, le premier roman d'Éric Faye était le développement d'une nouvelle parue trois ans plus tôt dans la revue "Le Serpent à Plumes" (que l'on continuera longtemps à regretter...).Lors de la guerre d'indépendance du Venezuela et de Colombie, au tournant des années 1818-1820, une colonne espagnole menée par le général Soledad doit rejoindre d'urgence le gros des troupes de la colonie, mené par son vieil ami le général San Martinez, pour conduire ensemble une audacieuse manœuvre contre les rebelles bolivariens.Lorsqu'au détour d'une marche, le régiment de Soledad aperçoit au loin cinq feux mystérieux, là où aucune activité, aucune force, rebelle ou légitimiste, ne devrait se trouver, un étrange processus s'enclenche, et l'armée Soledad s'enfonce dans la jungle... pour y disparaître.Dans la première partie du roman, "Un emplâtre sur quelques déceptions", les souvenirs épars de Soledad et de San Martinez nous apprendront leur profonde amitié et leur tragique rivalité amoureuse autour de la figure de la noble Maria-Elena del Tresco, tandis que dans la seconde partie, "Conversations avec le diable", la découverte par une patrouille, cinq ans plus tard, au détour d'une fondrière, d'une cantine métallique contenant le journal de marche de Soledad, permettra - peut-être - à San Martinez et au lecteur de comprendre ce qui a pu se passer...Tout nimbé d'une ambiance crépusculaire qu'un Julien Gracq n'aurait évidemment pas reniée, baignant dans de discrètes touches de mystère et de fantastique, que les familiers des "Soldats de la mer" d'Yves et Ada Rémy reconnaîtront sans doute avec émotion, un grand et étonnant roman pour ébranler, en à peine 160 pages, nos notions de l'amour, de l'amitié, du devoir et du destin. Un vertige de lecteur.Et Kobo Abé, en exergue : "Un jour, quelque part, chacun doit rejoindre son front. L'essentiel, c'est d'en avoir le pressentiment. Il faut avoir le courage d'attendre patiemment qu'on vous appelle à combattre."

Charybde2
04/06/13
 

En Amérique du Sud, à l’époque de Simon Bolivar, le général Soledad est en route avec son armée de mille hommes pour rejoindre les troupes du général San Martinez et combattre les insurgés bolivariens. Un soir une sentinelle, dans une atmosphère lourde, aperçoit des feux au-delà de la jungle, là où ni ennemis ni indigènes ne devraient se trouver.«Le soir venu, seul avec l’aide de camp, il regagne la ligne de faîte où, la veille, la vue des feux a figé une armée de mille hommes. Le crépuscule équatorial tombe, fulgurant. La terre guillotine le soleil qui probablement roule, quelque part, outre horizon.»Le général et ses hommes, hypnotisés par l’énigme de ces feux, vont détourner leur route et se perdre à jamais, dans leur quête d’une utopie mystérieuse impossible à atteindre.Des mois ou des années plus tard, le général San Martinez, ami et rival en amour de Soledad, se voit remettre le carnet de voyage retrouvé du général disparu.Teinté des influences de Buzzati et de Gracq, ce récit hypnotique comme un rêve, semble intemporel, nimbé dès le départ des voiles de la mort, du tourment fantastique d’un général seul avec sa peur, qui fuit l’amour d’une femme qu’il ne peut oublier, transformé en fantôme dans l’esprit de ceux qui le croient déjà mort. «De jour, lorsque la troupe faisait une pause ou marquait le pas pour quelque raison, le général s’abîmait dans un songe et restait immobile, contre le tronc d’un manglier, près de l’eau, si longtemps parfois que son entourage se mettait à craindre qu’il ne tombe en poussière sans crier gare, à moins qu’il ne se pétrifie, ne fasse plus qu’un avec l’arbre.»

MarianneL
18/07/13
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.09 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie