Le gout de bruxelles

COLLECTIFS MERCURE D

livre le gout de bruxelles
EDITEUR : MERCURE DE FRANCE
DATE DE PARUTION : 02/01/03
LES NOTES :

à partir de
5,80 €

SYNOPSIS :

Plus on tente d'approcher bruxelles, et plus elle semble s'éloigner, jouer à cache-cache avec le visiteur, faisant surgir comme un mirage une cathédrale gothique entre deux immeubles de verre et d'acier ou un palais-musée en pleine forêt. Et l'on ne sait plus très bien si l'on contemple un tableau de magritte, de delvaux - ou si l'on fait partie intégrante
du tableau. c'est à la découverte de cette cité insaisissable, où chacun trouvera peut-être ce qu'il attend, mais surtout ce qu'il n'attendait pas, que nous invitent georges simenon, victor hugo, pierre assouline, charles de coster, william cliff, benoît peeters, jacques de decker, chateaubriand, baudelaire, marguerite yourcenar et bien d'autres.
1 personne en parle

Le livre se découpe en trois parties : « voir Bruxelles » (les lieux), « goûter Bruxelles » (partie hétéroclite que je qualifierai de « culturelle » au sens très large du terme et à laquelle il faut ajouter le passé colonial) et « vivre Bruxelles » (partie très mal organisée qui avait pourtant du potentiel : dommage). Un bref lexique conclut l’ouvrage ; son intérêt est inégal.Comme tous les livres de cette collection, celui-ci est surtout l’occasion, à travers des extraits d’œuvres diverses, de découvrir des auteurs, des livres… qui parfois n’auront pas nécessairement beaucoup à voir avec le sujet d’origine.Les commentaires qui suivent chaque extrait recentrent le propos sur le thème du recueil. Selon les personnes chargées de compiler ces petits livres, les commentaires sont plus ou moins intéressants. En l’occurrence, qu’il s’agisse du choix des textes ou des propos qui les suivent, il m’a semblé que l’ouvrage était assez bancal.Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs : Jean-Noël Mouret n’arrive pas à « faire rêver », à faire vivre Bruxelles. Je ne suis allée qu’une seule fois là-bas et n’y connais pas grand-chose mais je n’ai rien appris ou presque. En outre, les textes évoquent essentiellement Bruxelles au XIXème et au tout début du XXème : il est difficile pour le lecteur contemporain de se sentir concerné. On a plus le sentiment d’entendre parler d’une cité des temps anciens que d’une métropole toujours bien vivante à quelques exceptions près dans les commentaires. Cela ne signifie pas pour autant que les références historiques ne sont pas intéressantes (Bruxelles, échappatoire pour les Français à diverses occasions – Hugo, Baudelaire, Rimbaud et Verlaine évidemment, etc.) mais l’ensemble manque de dynamisme.Ajoutons à cela que l’ouvrage a plus de dix ans et donc que même les ajouts de Jean-Noël Mouret peuvent s’avérer datés à l’occasion.Pour le reste, les textes et les sujets traités contribuent à confirmer l’image que chacun se fait généralement de Bruxelles et de la Belgique en général. Je ne dirai pas pour autant que le recueil est un ramassis de clichés mais que si je devais lui trouver un point positif, c’est qu’à mon sens il rend plutôt bien le « goût » de Bruxelles et de la Belgique. Ainsi, vous n’échapperez pas aux plats incontournables (sans oublier la bière), à une évocation de Waterloo, à Hergé et à la BD en général, aux traditions diverses, à des considérations architecturales soit positives avec des références à l’art nouveau, soit négatives quand il s’agit d’aborder le douloureux sujet des divers massacres urbanistiques que la ville a subi (sans parler du palais de justice), etc. Evidemment, tout cela reste très superficiel et c'est bien le problème.

mycupoftea
31/03/14
 

Format

  • Hauteur : 16.00 cm
  • Largeur : 10.00 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition