Gout de la mere (le)

ST AUBYN, EDWARD

EDITEUR : CHRISTIAN BOURGOIS
DATE DE PARUTION : 30/08/07
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

La famille Melrose est en péril. Patrick, la petite quarantaine, se sent délaissé par sa femme Mary, depuis la naissance de leur second enfant. Celle-ci, bien décidée à ne pas commettre les mêmes erreurs que sa mère, s'occupe en effet exclusivement de ses deux fils, Robert et Thomas, et a chassé son mari de son lit. Parallèlement, la mère de Patrick, Eleanor, victime d'une attaque qui l'a laissée à moitié paralysée, se laisse convaincre par un pseudo-gourou de léguer toute sa fortune et sa propriété du sud de la France à une fondation New Age. Patrick trouve refuge dans l'alcool, les tranquillisants et aussi dans les bras d'une
ex-petite amie... Alternant différents points de vue, celui de Patrick, Mary et aussi de Robert, leur fils surdoué qui fait notamment un récit d'une irrésistible drôlerie de sa naissance Edward St Aubyn examine d'une plume élégante et ironique les rapports difficiles entre parents et enfants, maris et femmes et démêle le tissu des fausses promesses qui entrave cette famille. Brillante dissection de la maternité, du mariage, de l'adultère et de l'euthanasie, Mother's Milk est servi par la prose lumineuse et acerbe d'Eward St Aubyn et par son extraordinaire talent à mêler l'émotion la plus douloureuse à l'humour le plus acéré.
1 personne en parle

Dans la famille Melrose, il y a le père, la mère, et bientôt Robert, puis Thomas. Chaque parent pourvu d'une mère un peu spéciale, Kettle mère de Mary égoïste ne donnant rien, et Eleanor mère de Patrick un poil trop généreuse au point de tout donner à une sorte de gourou/chaman (et rien pour son fils ou elle-même). Y compris une superbe propriété familiale dans le sud de la France, où Patrick, puis toute la famille passent tout de même quelques étés, avant de devoir se rabattre sur les Etats Unis, pour un séjour décrit de façon fort grinçante.Après l'excellent Sans voix, je craignais être moins emballée par Le goût de la mère, mais dès le départ le talent de St Aubyn est patent. D'abord les points de vue changent (pour celui de Robert naissant, voir plus bas), l'humour est présent (ah les amis richissimes et puants de Saint Tropez), les dialogues pétants, le rythme soutenu. Au détour d'un passage, on est touché:Robert enfant : "Il avait été tellement occupé à élaborer des phrases qu'il en avait presque oublié les jours primitifs où penser ressemblait à une tache de couleur étalée sur une page."Patrick : "Nous sommes tous les intrigues secondaires des autres.(...) Tout le monde pense être sur la terre, même quand on est sur la lune d'un autre.""Tout ce bavardage qui prend place entre-temps n'est rien comparé aux pleurs et aux gémissements du début et de la fin de l'existence. Cela me rend fou : nous sommes dominés par un tyran muet après l'autre."[la mère de Patrick perd la parole et la boule] keisha

keisha
09/06/15

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 12.00 cm
  • Poids : 0.27 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : ANNE DAMOUR

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition