Le grand bercail

BARTELT, FRANZ

livre le grand bercail
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 02/05/02
LES NOTES :

à partir de
18,50 €

SYNOPSIS :

Le musée de la Torture fait la fierté et la fortune des habitants de Reboul. Comme chaque été, la petite ville organise des festivités sur le thème de la torture, pour la plus grande joie de la foule et des touristes. Et pour le plaisir, aussi, des pensionnaires de l'hôpital psychiatrique qui participent comme figurants au défilé historique. L'un de ces pensionnaires, Ursinal Luccombo, soupçonné d'être un tueur psychopathe, voit là l'occasion d'être sorti un moment de la chambre où il est relégué, et de croiser le regard de Marie Belhomme, la fille d'un
riche commerçant... Une succession de meurtres va affoler la préparation de la fête et son déroulement. La plupart de ces meurtres sont commis avec une hache exposée au musée et ayant appartenu à Geoffroy le Tordu. L'enquête dévoilera, au fil d'un suspense tendu, les singularités des habitudes et des moeurs rebouloises. C'est une intrigue policière tressée avec habileté qui, cette fois, est mise au service de la philosophie loufoque de Franz Bartelt. Le style, impeccablement cinglé, se fait ici l'instrument d'un crime délicieux contre les convenances.
1 personne en parle

Voilà un polar loufoque dans lequel la place prise par de nombreux personnages vus au travers de leurs vices, leurs manies, leurs turpitudes et surtout les relations tordues qu’ils ont entre eux le dispute à l’enquête policière elle-même. Certains de ces personnages vivent ou travaillent dans un hôpital psychiatrique, ce qui expliquerait s’il en était besoin le vent de folie qui plane sur ce roman. Les autres font partie du gratin de cette petite ville qui a l’honneur d’abriter le musée de la torture. L’exploitation touristique de ce musée est l’enjeu de magouilles politiciennes propices à tous les coups.Ce qui est comique, c’est que deux enquêtes sont menées en parallèle. L’enquête officielle d’un jeune gendarme nouvellement muté dans la ville dont il découvre les singularités et celle menée pour son propre compte par un ancien flic pensionnaire de l’asile.Si la qualité d’un polar se mesure au nombre de morts, celui-ci vaut le détour car on y tue pas moins neuf personnes, et ce jusqu’à la dernière page. Pour les assassins, l’auteur ne fait pas dans le détail non plus, car on en compte six ! Il est vrai que tous les personnages ont de bonnes raisons de tuer. Ce roman est cocasse, caricatural, burlesque et se positionne contre toutes les convenances mais il est parfois cruel aussi. Passionnant et bien écrit, bien qu’on se perde un peu dans tous ces personnages.

Ludeca
29/06/15
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.45 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition