Le grand quoi (autobiographie de valentino achak deng)

EGGERS, DAVE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 27/08/09
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
nos libraires ont adoré le grand quoi (autobiographie de valentino achak deng)
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

«Valentino n'a pas huit ans lorsqu'il est contraint de fuir Marial Bai, son village natal, traqué par les cavaliers arabes, ces miliciens armés par Khartoum. Comme des dizaines de milliers d'autres gosses, le jeune Soudanais va parcourir à pied des centaines de kilomètres pour échapper au sort des enfants soldats et des esclaves. Valentino passera ensuite plus de dix ans dans des camps de réfugiés en Ethiopie et au Kenya, avant d'obtenir un visa pour l'Amérique. Ironie du sort, son départ était prévu le 11 septembre 2001. Quelques jours plus tard, il s'envolera enfin pour Atlanta. Dans une nouvelle

jungle - urbaine cette fois - Valentino l'Africain découvre une face inattendue du racisme. Cette nouvelle existence pourrait bien se révéler aussi périlleuse que la survie dans des contrées ravagées par la guerre. À mi-chemin entre le roman picaresque et le récit d'apprentissage, ce livre est avant tout le fruit d'un échange. Eggers l'Américain a passé des centaines d'heures à écouter Valentino l'Africain se raconter. Au service d'une tradition orale, la plume impertinente de Dave Eggers fait mouche et insuffle à ce récit une dimension épique, qui rappelle celle de Mark Twain.» Samuel Todd.

Parce que la littérature n’est pas que poésie mais parfois aussi choc et bouleversement, il faut lire le roman coup de poing de Dave Eggers qui sans nul doute va éveiller les consciences avec cette « biographie romancée » de Valentino Achak Deng, un des enfants perdus du Soudan.
Achak, qui a affronté la guerre civile, l’errance dans le désert, qui a connu la soif, la faim et la peur, éprouvé la misère des camps de réfugiés, va entamer une nouvelle vie aux Etats-Unis…Mais peut-on trouver le bonheur dans l’exil et s’intégrer dans un pays étranger lorsqu’on n’a pas voulu quitter le sien ? Un immense roman.

stéphanie (lille)
4 personnes en parlent

Une rage de vivre L'épopée miraculeuse d'un tout jeune Soudanais qui affronte tous les périls dans un pays dévasté par une guerre impitoyable. Au cours de son exode, il traverse l'aridité des déserts et celle plus destructrice encore des dérèglements politiques.Lorsque les intérêts de quelques uns exigent le massacre d'une population et l'instauration de la terreur, alors des milliers d'enfants sont jetés sur les chemins, certains finissent dans la gueule des lions, d'autres s'endorment pour ne jamais se réveiller.La mort quotidienne, la vie dans les camps où sont recrutés les enfants soldats, et puis de nouveau la fuite, la disparition des amis, des retrouvailles parfois jusqu'au grand départ vers un pays d'accueil. Car l'espoir traverse le récit de Valentino, l'amour même y triomphe, effaçant des années d'âpreté et de famine.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Je vous recommande chaudement ce roman qui ne tire pas sur la corde sensible, traîte de deuil mais aussi d'éveil des sens et d'amour, qui émeut mais fait aussi souvent sourire, comme la scène du début où un ami de Valentino reçoit un vélo tout neuf mais ne sait pas s'il doit utiliser le vélo avec le plastique d'emballage et demande conseil à tout le village. Ou quand Valentino nous explique que les contacts physiques entre garçons et filles étant interdits, il y eut d'un seul coup une augmentation de rencontres sportives car il était permis de serrer contre soi les "cheerleaders" quand on marquait un point. La scène où Valentino et son ami sauvent un bébé est émouvante. La peur et la méfiance sont là, terrées au fond ce roman. Et lorsque les réfugiés s'inquiètent de cette encre qu'on leur met sur les mains pour pouvoir les compter sans erreur, pensant qu'on est peut-être en train de leur inocculer une maladie pour faire diparaître leur peuple, on ne sait plus s'il faut sourire ou pleurer.

cocalight
16/06/11
 

C'est Dave Eggers, l'américain, qui porte à l'écrit le fruit de ses échanges avec Valentino l'Africain. Ce n'est pas Valentino qui écrit, mais c'est bien ses paroles qu'on lit. Roman d'apprentissage et épopée à la fois, ce livre nous mène au fond du Soudan, de l'Ethiopie, du Kenya, au gré des aventures du jeune Achak, qui changera de nom plusieurs fois au fil de ses pérégrinations pour s'appeler finalement Valentino. C'est sur les routes d'Afrique puis dans des camps de réfugiés, en pleine guerre civile au Soudan, traqués par les miliciens et les rebelles, que Valentino vit son enfance, son adolescence et devient adulte. Il y voit des gens assassinés, ses camarades mourir de faim ou dévorés par les lions, il y apprend l'atrocité. Mais comme tous les enfants, il possède une force que les adultes ne soupçonnent pas, et malgré toutes les horreurs, il y apprend l'amitié, la solidarité, l'amour aussi. Et on apprend beaucoup, et avec émotion, en le lisant : les horreurs commises au Soudan, la gestion des camps de réfugiés, les Enfants perdus envoyés en masse aux Etats-Unis.

Alexandraaa
26/03/11
 

Une rage de vivre L'épopée miraculeuse d'un tout jeune Soudanais qui affronte tous les périls dans un pays dévasté par une guerre impitoyable. Au cours de son exode, il traverse l'aridité des déserts et celle plus destructrice encore des dérèglements politiques.Lorsque les intérêts de quelques uns exigent le massacre d'une population et l'instauration de la terreur, alors des milliers d'enfants sont jetés sur les chemins, certains finissent dans la gueule des lions, d'autres s'endorment pour ne jamais se réveiller.La mort quotidienne, la vie dans les camps où sont recrutés les enfants soldats, et puis de nouveau la fuite, la disparition des amis, des retrouvailles parfois jusqu'au grand départ vers un pays d'accueil. Car l'espoir traverse le récit de Valentino, l'amour même y triomphe, effaçant des années d'âpreté et de famine.

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.75 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : SAMUEL TODD