Le jeu de l'assassin

BARRELLON, NILS

EDITEUR : CITY
DATE DE PARUTION : 08/01/14
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le cadavre d'une jeune femme, poignardée avec une extrême violence, est retrouvé près de la garde du Nord à Paris. Le commissaire Kuhn est chargé de l'affaire. Les meurtres
de jeunes femmes s'accumulent jusqu'à ce que le meurtrier décide de jouer au jeu du chat et de la souris avec les policiers, en les mettant sur sa trace. Premier roman.
5 personnes en parlent
Un bon policier (je ne pense pas que ce soit un thriller mais bon...) avec de l'humour alors que l'histoire est bien noire. Ca fait bizarre au début mais en fait c'est vraiment agérable. Le style est facile à lire, assez agréable avec ces blagues.... Bon roman...
Kevin M
Un vrai régal de suivre l'enquête du commissaire Kuhn. Intelligent, truffé d'humour, les personnages sont attachants.. et quel rythme! Bravo!
Tassie Possum Mlle

Le lien : http://http://wp.me/p2X8E2-yALe texte :Nils Barrellon est une personne fort sympathique, au demeurant, croisée sur les réseaux sociaux, plein d’humour et très naturel. Tout ceci pour souligner surtout le fait qu’il m’a proposé son livre, que j’ai accepté (vous vous en doutiez), en toute humilité : honnêteté que je ne crois pas feinte (j’en suis même sûr), il n’a pas exigé de billet de ma part et a accompagné son livre d’une petite dédicace représentative exposant que son polar « vaut ce qu’il vaut » mais qu’il « espère qu’il me distraira ».Nils Kuhn est commissaire au quai des Orfèvres et se retrouve affecté avec son équipe sur une enquête qui semble à première vue assez banale : un assassin tue des femmes blacks plutôt en rondeurs, prostituées « non officielles »et abandonne les cadavres plus ou moins mutilés (plutôt plus que moins d’ailleurs) dans un périmètre assez restreint, celui de la Goutte d’Or.Le hasard n’ayant que très peu sa place dans les polars et les thrillers, il en va de même ici et le fait que l’enquête aboutisse dans les pattes de Nils Kuhn n’en est pas un, évidemment. Je ne dévoilerai pas le pourquoi du comment, il intervient un peu après la moitié du livre laissant alors la place à un second suspens : comment le commissaire va-t-il bien pouvoir s’en sortir ? Parviendra-t-il à appréhender l’assassin avant que celui ne puisse achever son tableau ?J’avoue avoir mis un peu de temps avant de me lancer dans cette lecture, l’avoir laissée mariner un peu, certainement de peur d’avoir à en dire du mal… J’avais tort. « Le jeu de l’assassin » n’est assurément pas LE polar/thriller du siècle, en la matière quelques auteurs estrangers parviennent à rendre des copies excellentes, MAIS il est plus que savoureux.Les premières pages m’ont laissé certes un peu sur ma faim mais très vite les événements s’enchaînent pour ne laisser aucun répit, ni au commissaire, ni au lecteur et Nils Barrellon parvient, à travers son scénario, à travers une écriture classique mais très efficace, à entraîner le lecteur derrière le commissaire sur les traces de l’assassin et de son grand dessein. Quelques dialogues permettent de rendre tout cela très vivant (malgré la succession de cadavres) et très agréable à lire.Nils Barrellon mérite votre attention non seulement parce que c’est quelqu’un d’attachant mais surtout et aussi parce qu’il écrit bien et efficacement un polar/thriller distrayant (oui, je n’arrive pas à me décider entre polar et thriller : le second qualificatif n’est pas faux dans la mesure où on a à faire à un serial killer particulièrement sauvage tandis que le premier qualificatif me semble correspondre un peu mieux dans la mesure où cette sauvagerie n’est pas essentielle en soi et où Nils Barrellon s’attache plus au personnage du commissaire qu’aux événements) qui permet de se détendre agréablement.Je n’aurai qu’un seul regret : Nils Barrellon a créé un personnage de commissaire en lui donnant ce qu’il faut de profondeur mais, sans dire qu’il a négligé les seconds couteaux, on pourra lui reprocher de ne pas avoir poussé l’épaisseur de certains protagonistes un peu plus loin. Cela étant dit, celui lui laisse l’occasion de revenir sur cette équipe du Quai des Orfèvres et d’aborder encore plus les relations du commissaire avec ses hommes (et ses femmes…).

garoupe
27/12/15
 

Voici un roman policier de facture classique qui se déroule au mythique 36, quai des orfèvres dont on découvre une partie des coulisses.Des acronymes spécialisés, mais un glossaire nous aide à y voir plus claire. L’assasin imite la façon de faire de Jack l’Evantreur dans le quartier de la gare du Nord. Mais il va plus loin en faisant porter le chapeau au commissaire Kuhn en charge de l’enquête. Heureusement, son équipe est avec lui.Il m’a manqué quelques explications sur l’ex-femme du commissaire, qui apparaît en fin de récit sans que l’on sache trop pourquoi.Le personnage du commissaire aurait pu être plus fouillé également (son passé, ses conquêtes féminines). Il est clair que l’auteur s’est plutôt attaché au déroulement de l’enquête.Un peu d’humour, ce qui ne gâche rien.Un roman policier classique agréable à lire.L’image que je retiendrai :Celle de la blanquette du Sein-Miche devant laquelle tout le monde se retrouve. Alex-Mot-à-Motshttp://alexmotamots.wordpress.com

AlexMotaMots
14/05/15
 

Les actions s'enchaînent sans interruption donnant au récit un rythme soutenu, dynamique qui rend la lecture agréable. Kuhn est un personnage plutôt haut en couleur. C'est un policier consciencieux, sérieux mais qui a aussi un sens de l'humour à revendre. Ce trait de caractère est plutôt inattendu dans ce genre de récit généralement sombre. Mais cela donne plus de légèreté au récit. Le roman se lit facilement, sans impression de longueur. En résumé, un bon livre de thriller palpitant, avec un personnage central attrayant, qui nous sait nous captiver dans son enquête. ShL

sariahlit
20/09/14
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.44 kg