Le journal d'anne frank

FRANK, ANNE

EDITEUR : CALMANN-LEVY
DATE DE PARUTION : 13/03/02
LES NOTES :

à partir de
7,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Ce volume présente la version définitive en langue française du jounal d'Anne Frank. Ainsi que l'a montré l'édition critique publiée par Calmann-Lévy en 1989, Anne Frank avait en effet rédigé successivement deux versions de son journal, retravaillant son propre texte pour qu'il réponde à ses ambitions d'écrivain. La présente édition comporte, à côté de la version du journal retouchée par Anne Frank, des extraits de sa première rédaction, repris sans aucun changement. L'établissement de cette édition a été confiée à l'écrivain et traductrice allemande Mirjam Pressler à l'initiative de l'Anne Frank Fonds de Bâle. Mirjam Pressler en a profité pour rétablir les passages supprimés par Otto Frank pour des raisons de décence
ou de discrétion. Traduit en français par Philippe Noble et Isabelle Rosselin-Bobulesco, le teste est précédé d'un avant-propos éditorial dû à l'Anne Frank Fonds de Bâle et suivi d'un épilogue retraçant le destin d'Anne et de ses compagnons de clandestinité et de déportation. Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. A Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu'en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s'installent clandestinement dans "l'Annexe" de l'immeuble du 263, Prisengracht. Le 4 août 1944, ils sont arrêtés sur dénonciation. Déporté à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du thyphus en février ou mars 1945, peu après sa soeur Margot.
10 personnes en parlent

Le récit émouvant qu'une jeune allemande confie à son journal intime et retrace ces dernières années, qu'elle passa avec sa famille dans la clandestinité, avant de mourir en 1945 dans un camp de concentration.On suit la vie des Frank, accompagnés de quelques autres juifs, qui se sont cachés dans les bureaux de la société de Otto, le père de Anne.Ce qui marque dans cet écrit, c'est la grande maturité de la jeune fille, qui garde toujours espoir, notamment en son prochain.Ce journal n'est pas le seul à témoigner de la Shoah mais il reste le plus lu à travers le monde, peut-être faut-il l'expliquer par cette proximité qui se crée entre son auteur et le lecteur, et qui parle directement aux sentiments.On se prend encore à se demander comment de telles situations peuvent exister, qui viennent briser autant de destins et d'innocence. Maltese

Maltese
13/10/09
 

Anne Frank avait des talents d'écriture indéniable , elle nous les montre à travers ce journal. Ce qui me marqua fut la grande maturité dont elle fait preuve tout au long de l'ouvrage. Mais je dois avouer que je n'ai pas totalement adhéré à ce journal, en effet je me suis parfois lassé de son écriture et j'ai parfois eu du mal à me remettre entièrement dedans. Je pense tout de même que c'est un classique que tout le monde devrait avoir lu au moins une fois dans sa vie.

camilleross
26/01/16
 

Combien de fois, j’ai pu lire Le Journal d’Anne Frank ? Bien cinq fois, a toutes périodes de ma vie et j’ai toujours cette sensation de vies gâchées.Il est fort peu probable qu’un lecteur ouvre ce livre sans connaître déjà la fin tragique d’Anne et sa famille. C’est certainement ce qui donne une intensité encore plus forte à ce journal. Anne nous raconte sa vie de recluse avec sa famille, la famille Van Daan et Mr Dussel. Elle exprime cette vie qui est la sienne avec ses yeux d’adolescente certes, mais qui mûri au long des années, qui connaît l’amour avec Peter le fils de Van Daan, elle parle, elle rage des problèmes que peut entraîner la promiscuité.Mais invariablement la fin est la même, lapidaire, une postface qui te remet les pieds sur terre, cette jeune fille qui nous à ouvert son cœur a travers son journal fut une véritable personne de chaire et d’os, elle comme six autres personnes des huit présentes qui étaient cachées dans la remise, mourront dans les camps, pour la seule et unique raison d’être juif.Certains pourront dire : oui, mais elle n’a manqué de rien. Certes, la famille d’Anne était une famille aisée, l’image de la misère du Ghetto de Varsovie est bien loin de ce qu’a pu vivre les Frank et Van Daan dans la remise. Mais il existe cependant un point commun entre les gens du Ghetto et ceux de la remise, la perte de leur liberté. http://bouquinovore.blogspot.fr/

Bouquinovore
11/09/15
 

Tout le monde connait le destin tragique d’Anne Frank, cette jeune juive de treize ans qui, pour échapper aux rafles, a dû vivre parquée avec sept autres personnes dans « l’Annexe », un véritable huis clos à Amsterdam pendant deux ans, avant d’être finalement dénoncée, déportée et mourir dans un camp de concentration. De cette vie trop vite achevée, l’adolescente a laissé un témoignage poignant et édifiant à travers un journal intime qu’elle a tenu minutieusement pendant le temps qu’a duré son enfermement…Lecture imposée ou suggérée, la plupart du temps, c’est au collège que l’on fait la connaissance d’Anne Frank mais il arrive, comme c’est mon cas, que l’on passe à côté ce qui est fort dommage ! Car au collège on a le même âge qu’elle au moment où elle nous livre ses pensées, ses préoccupations, ses peines et ses espoirs et de fait, l’identification se fait plus facilement que lorsque l’on a le double de son âge ! Du coup, même si son histoire me bouleverse, il m’a manqué de ressentir une certaine empathie pour sa solitude, sa colère envers sa mère, son éveil à l’amour, les changements de son corps et tout ce qui peut bouleverser une adolescente en pleine transformation. Je suis restée en retrait et je le regrette.Néanmoins, je dois reconnaître le talent d’écrivain venant d’une jeune fille si jeune, ainsi que son acuité d’esprit et sa capacité à observer et à analyser le monde qui l’entoure malgré sa situation. De l’intérieur de sa cachette, elle nous livre un témoignage de la guerre absolument saisissant où l’horreur n’est peut-être pas au premier plan mais bel et bien présente à travers la peur, la faim, la culpabilité et la colère d’être privé de liberté et obligé de vivre dans un espace aussi restreint avec des personnes que l’on n’a pas forcément choisies. Un monument de la littérature et une lecture nécessaire !Challenge Variétés : Des mémoires

Mokona
14/07/15
 

Un témoignage bouleversant. "Le journal" d'Anne Frank est un livre à mettre entre toutes les mains. Parfois poignant et émouvant, parfois drôle, on suit le quotidien d'Anne Frank à travers ses tourments, ses questionnements, on apprend à la connaitre à travers ses écrits. Un livre authentique et beau, je ne suis pas prête de l'oublier.Ma chronique >>> http://www.leslecturesdelily.com/2015/01/journal-ecrit-par-anne-frank.html#more http://leslecturesdelily.com

LeslecturesdeLily
20/01/15
 

Je dois dire que j'aurais peut-être du m'abstenir de lire la préface avant de commencer à lire Le journal : on y explique qu'on ne lit pas son vrai journal - ce que j'avais toujours imaginé -, mais une sorte de "copie" qu'elle corrigeait et remaniait au fil de ses relectures. Ça m'a un peu refroidie ! Je m'attendais bien sur que ce soit le cas, mais fait par les éditeurs et non par elle : elle l'écrivait entre autre dans la perspective d'être publiée après la guerre (suite au message du Ministre Néerlandais de l'Education), et ça, jamais je ne l'aurais imaginé !Du coup, pendant ma lecture, je me suis demandé à quel point elle avait romancé cette histoire : je ne doute pas que les événements soient réels, mais je me demande si elle n'a pas arrangé certaines choses à sa façon dans ce texte et si, du coup, les mots sont sincères à 100%...Ma seconde lecture est donc bien différente de la première ! Même si je n'avais qu'un souvenir flou de ce témoignage : je devrais avoir 8 ans à l'époque, alors forcément, 12 ans après l'histoire s'est bien envolée... Ce qui est étonnant dans ce journal, c'est que le ton n'est pas déprimant, qu'il est parfois drôle et qu'on a pas l'impression qu'elle est malheureuse : Anne savait vraiment voir le meilleur côté des choses, bon elle ne sait pas se taire (mais je ne dis rien, pour ça, je suis pareille) et elle est assez langue de vipère (idem)... Le ton du journal intime que je tenais quand j'avais 14 ans est exactement le même ! Ça me plaît, mais ça ne rend que plus terrible la lecture de ce livre : enfermée, Anne à toujours 14 ans et l'esprit qui va avec, j'aurais tellement aimé qu'elle puisse vivre les même choses que moi (bon, plus de quarante ans plus tôt)... C'est le seul témoignage que j'ai eu l'occasion de lire sur les juifs cachés et pour le coup, on en apprend vraiment énormément : comment ils se fournissaient, les rumeurs, la peur, le silence, l'immobilité, le manque d'espace... Même si Anne nous décrit tout ça sans s'apitoyer sur son sort, ça fait quand même mal au ventre de lire tout ça.Le pire, c'est la dernière page du journal : quand on la tourne et que la suivante est blanche. La signification de cette feuille blanche est vraiment horrible... Je pense que je suis loin d'être la seule à m'être sentie vraiment mal en la voyant.Lisez-le !

MademoiselleLuna
24/11/12
 

Ce livre est vraiment magnifique. Tout comme tous les autres livres traitant de ce sujet. Le fait que ce soit un journal intime rajoute de l'émotion. C'est une histoire cruelle qu'on ne pourrait imaginer si on ne savait pas... Instant-litteraire

Instantlitteraire
10/05/12
 

A travers ce journal, on explore l'Occupation au Pays-Bas, vue par une gamine respirant la joie de vivre, le mécontentement et l'incompréhension des évènements. La fin tragique nous fait ressentir le réalisme et l'horreur des camps de concentration. Ce livre m'a d'ailleurs fait pensé à un film sur le même thème : "La Rafle", de Rose Bosch avec Mélanie Laurent, Jean Reno et Gad Elmaleh. Quoi qu'il en soit, bonne lecture ! Airui

airui
02/07/11
 

J’ai lu ce livre pour la première fois, il y a presque 10 ans. Je l’ai relu plusieurs fois depuis, avec toujours la même émotion. Il s’agit en fait d’un journal intime, ce qui explique les longueurs et les maladresses, mais surtout l’authenticité des propos tenus, et c’est, selon moi, ce qui fait qu’il a marqué autant de lecteurs : le but n’est pas d’apitoyer le lecteur, ou je ne sais quoi d’autre, c’ est tout simplement une ado de 13 ans qui décide de tenir son journal, parce que c’est le seul moyen pour elle d’avoir un peu d’intimité, de pouvoir exprimer ce qu’elle pense. Ce serait presque banal finalement si les circonstances avaient été différentes.Surtout ce livre est un témoignage qui permet de mettre un visage, une histoire personnelle, sur toutes les informations que l’on reçoit, en cours ou dans les livres d’histoire, au sujet de la seconde guerre mondiale.Je pense que ça fait partie des livres à avoir lu au moins une fois dans sa vie, je le recommande vivement.

un flyer
10/05/11

Chef d'oeuvre universel que tout le monde doit avoir lu. Bouleversant. En lisant ce livre, on vit littéralement la vie d'Anne Frank dans sa cachette.C'est un livre boulversant et poignardant. Certains passages sont horriblement triste. Mais il retranscrit bien l'ambiance et la situation de l'époque. Ce n'est pas le genre de livre qu'on lit pour se distraire mais pour apprendre, s'instruire. Je dois avouer qu'à la finde l'histoire j'ai bien pleuré.

Bbey
28/10/10
 

Format

  • Hauteur : 21.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.38 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition