Le journal d'une femme de chambre

MIRBEAU, OCTAVE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 02/03/84
LES NOTES :

à partir de
7,70 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

La bourgeoisie vue par le petit trou de la serrure et l'oeil des domestiques, qui ne valent pas mieux qu'elle. Si les maîtres sont des pantins, célestine, la femme de chambre, est une catin, d'ailleurs assez gentille, et joseph, le jardinier cocher, une fripouille antisémite. ajoutez à cela quelques épices 1900, les étreintes passionnées de célestine
avec un jeune tuberculeux, un viol, un vieillard fétichiste (la fameuse scène des bottines si bien enlevée dans le film de bunuel), et vous avez le chef-d'oeuvre de notre terrible octave, " un personnage extraordinaire, disait léautaud, d'une fougue, d'une hardiesse, d'un anarchisme littéraire et artistique unique à cette époque ".
3 personnes en parlent

Écouter à partir de Littérature Audio, je lève mon chapeau à la donneuse de voix Victoria qui fait une lecture« épatante » de ce journal d’ une femme de chambre.La femme de chambre c’est Celestine, qui a entrepris, afin de tromper l’ennui de sa nouvelle place, de consigner quelques uns de ses souvenirs dans son journal.C’est un régal à écouter, Célestine a un caractère bien trempé, des opinions bien tranchées, ses propos et ses histoires sont bien souvent hautes en couleur, elle jongle sans cesse entre l’ irrévérence, la drôlerie, le mépris parfois bien mal dissimuler que lui inspire ses maitres et le dévouement le plus sincère.Elle a un regard acéré qui s'attarde sur une foule de petits détails plus ou moins glorieux, ils feront tous le sel de l' histoire.C’ est une satire violente et par moment très osées des mœurs bourgeois de cette toute fin du XIXème siècle presque tous y prennent pour leur grades, tous en ressortent égratignés d' une manière ou d' une autre, petits et grands bourgeois de province et de la capitale, vieille noblesse, militaires, bonnes sœurs et les curées de campagne.Je serai très curieuse d’apprendre comment cet ouvrage paru en 1900 a été perçu par ses contemporains.Une écoute dont je me souviendrai très longtemps et avec beaucoup de plaisir.

Lacazavent
10/04/15
 

A narration à la première personne alterne entre le travail présent de Célestine, dans une petite ville de Normandie, et un récit de ses "places" précédentes. L’héroïne en profite pour décrire les nombreux personnages, maîtres et domestiques, qu’elle a croisé au cours de ses pérégrinations. Si la critique sociale est l’élément central du livre, avec la description de situations ridicules, osées, ou glauques, le manichéisme est absent du récit: maîtres et domestiques, riches et pauvres en prennent indifféremment pour leur grade, et c’est davantage les travers de l’humanité, d’une façon générale, qui sont critiqués dans ce livre, que les ridicules des riches. Même si le roman m’a paru un peu long à cause de situations parfois répétitives, je l’ai trouvé d’une grande qualité littéraire et historique, et je suis très contente d’avoir découvert ce classique.

Readingmarmotte
02/01/14
 

Au début du livre, l'attitude hautaine et supérieure de cette femme de chambre parisienne envers ses nouveaux maîtres provinciaux m'exaspérait au plus haut point et m'empêchait un peu d'apprécier pleinement le livre: comment en profiter vraiment quand on a envie de donner des baffes continuellement à la narratrice? L'entrée en matière de Mirbeau dans laquelle il disait n'avoir fait que retravailler le journal d'une femme de chambre ne m'a pas vraiment plue non plus: je trouve ce procédé assez typique du 18e siècle et le reprendre au 19e siècle me semble atrocement désuet, bien que j'aie compris par la suite pourquoi il l'avait sans doute utilisé (le côté assez sulfureux du livre et certaines scènes qui n'ont certainement pas plu aux bien-pensants et autres puristes). Malgré ces détails, j'ai continué ma lecture et j'ai fini par m'attendrir et avoir pitié de cette pauvre femme de chambre qui perd ses illusions face à ce monde corrompu et pourri. Approcher la "haute société" et en montrer les travers par le regard de cette femme de chambre est finalement pour moi une bonne idée: qui est mieux placée qu'une femme de chambre pour pénètrer ainsi l'intimité de ses maîtres?

AmandineMM
14/02/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.25 kg