Le libraire de kaboul

SEIERSTAD-A

livre le libraire de kaboul
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 07/04/04
LES NOTES :

à partir de
6,60 €

SYNOPSIS :

º Asne Seierstad Le Libraire de Kaboul ºAsne Seierstad a vécu le printemps qui suivit la défaite des taliban chez Sultan Khan, libraire à Kaboul. Elle nous fait partager, dans ce récit très vivant et toujours respectueux, la vie quotidienne des épouses, enfants, frères et soeurs d'une famille où chaque destin est riche d'émotion et dont le chef incontestable est Sultan, l'amoureux des livres. « Quand les communistes sont arrivés, raconte-t-il, ils ont brûlé tous mes livres, après il y a eu les moudjahidin, trop occupés à se battre entre eux pour se soucier de moi, mais une fois le régime des taliban installé,
mes livres étaient de nouveau condamnés au bûcher. » A travers cette chronique saisissante, c'est un Afgha-nistan aux mille facettes que l'on découvre, un pays en ruine et en pleine renaissance où un peuple tente timidement de se défaire du passé dans l'espoir d'une vie meilleure. º Asne Seierstad raconte en détail la vie quotidienne de cette famille de Kaboul. Passionnant témoignage d'une femme qui a de la sympathie pour les Khan et pour l'Afghanistan, mais dont le ßegme nordique est mis à rude épreuve devant une réalité souvent insupportable qui humilie et détruit. Bernard Pivot, Le Journal du Dimanche.
3 personnes en parlent

Les journaux télévisés ont débordé d’informations sur l’Afghanistan. Kaboul, les taliban, la guerre… Mais comme toujours à la télévision, la vague déferle jusqu'à l'écoeurement, puis se tarit pour disparaître complètement. Avec le Libraire de Kaboul, on pénètre dans le cercle d’une famille : celle de Sultan, au quotidien, dans ses travaux, dans ses craintes, dans ses espoirs, dans ses cris, dans ses silences... dans ses larmes. L’auteur nous décrit en particulier la condition des femmes, leur extrême impuissance, leur résignation à un sort imposé par les hommes. Leur peur.Asne Seierstad est journaliste, occidentale. Elle connaît bien l’Afghanistan, elle est femme, mais elle jouit d’un statut très différent de celui des femmes afghanes. Elle ne juge pas, elle raconte ce qu'elle a vu, ce qui lui a été confié, ce qu'elle a vécu, sans complaisance. L'Islam est toujours présent, en toile de fond, dans chaque acte, dans chaque décision, c'est à lui qu'on se réfère.Et au moment où la modernité montre le bout de son nez, au sein même des familles, beaucoup d'ambiguités et de contradictions demeurent : "En bien des domaines, Sultan était un libéral. Lorsqu'il était en Iran, il avait acheté des vêtements occidentaux pour Sonya et lui. Il parlait volontiers de la burkha comme d'une cage opprimante et se réjouissait de ce que le nouveau gouvernement comptait des femmes parmi ses ministres. De tout son coeur il souhaitait que l'Afghanistan devienne un pays moderne et il savait parler avec chaleur de la libération des femmes. Mais au sein de sa famille, il restait le patriarche autoritaire."Consultez le commentaire complet sur www.mondalire.com

un flyer
28/10/08

Journaliste, Asne Seierstad, était en Afghanistan pendant le printemps qui a suivi la chute des taliban. Elle était hébergée dans la famille d'un libraire de Kaboul, Sultan Kahn. Elle en a tiré un récit fort, captivant, dans lequel, elle relate avec respect, sans prendre position, la vie d'une famille, de ce pays en proie à un état de guerre permanent. Elle met l'accent sur la situation dramatique des femmes, sur leur manque de liberté, sur la tyrannie des hommes à leur égard, sur les contraintes liées au port de la burka, dont elle a fait l'expérience. Elle rapporte des témoignages bouleversant, voire dramatiques sous le régime de terreur des taliban, sur les négociations des mariages, sur les punitions infligées, suite aux prétendus manquements au respect de la loi islamique, sur les difficultés de survivre. Son statut de journaliste occidentale, lui a permis de suivre les hommes. Elle dépeint leur comportement vis à vis des femmes, les montrent dans leurs activités, dans les difficultés qu'ils rencontrent pour faire vivre des familles souvent nombreuses, mais qu'ils dirigent d'une main de fer. Elle donne leurs positions, sur la situation du pays, sur les difficultés du pouvoir en place à s'imposer pour tenter de pacifier le pays, mais également sur l'espoir qu'ils ont de sortir de cette situation complexe, entre, extrémisme religieux, multiplicité des ethnies, prédominances des chefs de guerre, présence d' Al Qaïda, présence passée de l'Union soviétique, et présence actuelle des armées occidentales. On peut regretter qu'elle mette surtout l'accent sur l'aspect mercantile, de l'activité du libraire, et ne réserve que quelques pages sur sa passion des livres anciens. On peut également considérer qu'il y a une forme de voyeurisme à avoir été hébergée par une famille et à en faire une peinture, qui bien que, probablement réaliste, n'en est pas moins, sans concession.

JoelC17
02/09/12
 

Un témoignage d’une journaliste Suédoise qui a vécu dans une famille afghane après la chute du régime taliban, mais avec de nombreux retour en arrière qui nous dévoilent une partie de la vie de plusieurs membres de la famille. Nous découvrons la condition de la femme , différentes visions de la religion, l’autorité paternelle indiscutable… Très intéressant et instructif. On constate une opposition intéressante entre les idées de Sultan, le père de famille, qui accepte la nouveauté, ses idées sont relativement novatrices, et la cage de traditionnalité dans laquelle il enferme sa famille. L’écriture est journalistique et essaie de garder un certaine objectivité même si l’on sent parfois la révolte de l’auteur face à certaines conditions. J’ai relu certaines phrases plusieurs fois pour les comprendre, mais c’est peut-être dû à la traduction. Une lecture très intéressante.

Elinor
28/02/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.17 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie