Le livre des illusions

AUSTER, PAUL

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 01/09/04
LES NOTES :

à partir de
7,60 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

>Paul Auster Le Livre des illusions Après la mort de sa femme et de ses enfants, David Zimmer était anéanti. Il échappe au désespoir en s'attelant à l'écriture d'un livre consacré à Hector Mann, virtuose du cinéma muet porté disparu depuis 1929. Un soir, une jeune femme arrive chez lui et annonce que Hector Mann lui-même le réclame de toute urgence, qu'il est sur son lit de mort. David se laisse entraîner dans un très long
voyage. En racontant l'histoire de l'extraordinaire et mystérieux Hector Mann, Paul Auster nous emmène bien au-delà de la magie du cinéma muet, jusqu'au coeur de l'univers envoûtant où la création artistique semble faire écho aux sentiments amoureux dans ce qu'ils ont de plus éphémère et de plus fragile, où la douleur de la perte et le besoin de filiation se répondent pour remettre en question l'idée même de mémoire.
5 personnes en parlent

C’est en continuant mon cycle Paul Auster que je me suis plongé dans ce livre. Un peu déçu je dois l’avouer après avoir adoré “Brooklyn Follies” et “Leviathan“. Le livre des illusions est un livre un peu trop “à l’eau de rose” par rapport à ce que je connais d’Auster. Il y a un aspect mystique, une histoire d’amour… bref ça ne m’a pas transcendé. Pourtant, le style d’Auster est bien là, et la lecture se fait sans aucune difficulté. C’est vraiment l’histoire qui m’a déplue dans ce livre, même si l’idée n’est pas idiote, je l’ai trop souvent trouvée tirée par les cheveux… Autre chose, il est question à un moment de “La vie intérieure de Martin Frost” (scénario de film rédigé en 2007 par Auster). Ayant déjà lu il y a quelques mois ce livre, tout un passage a été très répétitif pour moi. J’aime beaucoup Auster mais ce livre fait exception à la règle, il ne peut pas faire que des livres géniaux, on le lui pardonne ! La version complète de ce commentaire est disponible sur mon site, rubrique littérature : http://art.souilleurs.free.fr

Artsouilleurs
18/01/09
 

Le professeur Zimmer a perdu sa femme et ses enfants dans un accident d’avion. Dévasté, il se renferme, se complait dans l’autodestruction et côtoie la mort, jusqu’à ce qu’il tombe par hasard sur un vieux film comique et sur cet acteur qui le remet sur les rails : Hector Mann. Il se plonge dans l’écriture d’un livre, et recommence à trouver goût au travail. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’Hector est apparemment toujours en vie, lui qui avait disparu en 1929 et était présumé mort… Surviennent une femme mystérieuse et un pistolet…Entre le récit de la vie de Zimmer et le récit de celle d’Hector, Paul Auster nous convie à une fable semi-tragique à l’ambiance très particulière dont il est difficile d’émerger, l’auteur mêlant les niveaux de narration avec un talent monstrueux. L’autre tour de force du roman : Zimmer qui décrit les courts-métrages avec une infinité de détails… les images surgissent sous nos yeux, on REGARDE ces films avec lui, et rien que pour cela, je dis « chapeau ! ».

Melacloche
22/01/15
 

Ce livre foisonnant et prenant se lit d’une traite. En dépit de quelques longueurs à mi-parcours, l’auteur mène son intrigue d’une main de maître, alternant le passé, le présent et le futur et donnant ainsi une profondeur particulière à l’histoire. L’histoire de cet homme détruit par la perte de tous ceux qu’il aimait est très émouvante. Les descriptions si vivantes de films muets (totalement inventés pour l’occasion) sont fascinantes (et c’est une non-adepte du muet qui écrit cela…). Quant à la fin, elle est très bien ficelée. Elle s’abat sans pitié sur le lecteur qui retente, avec le narrateur, de remonter l’enchaînement des faits pour essayer de comprendre comment on a pu en arriver là. Enfin, on retrouve les petits détails chers à l’écrivain, comme notamment les jeux de mots sur les noms propres et qui réjouisse toujours la fan que je suis.

mycupoftea
02/01/13
 

Bon apparemment j'ai eu du bol, j'ai commencé Paul Auster par celui-là. Si les autres sont meilleurs, j'ai hâte de les lire. J'ai beaucoup aimé ce livre et puis quelle écriture ! A

Ptipimous
31/07/12
 

Totalement détruit par la mort brutale de sa femme et de ses deux fils, David Zimmer s'attelle à la rédaction de la biographie d'Hector Mann, acteur du cinéma muet étrangement disparu depuis 1929. On pense évidemment à The artist, l'arrivée du cinéma parlant étant un drame pour ces acteurs à la diction difficile ( mann est hispanophone et a gardé un fort accent). Mais l'histoire est beaucoup plus compliquée que cela: Alma, une femme autoritaire (et armée!) vient littéralement le kidnapper pour l'obliger à rendre visite à un mystérieux Hector Spelling, qui ne serait autre que l'acteur envolé pepuis des lustres. Arrivé au fin fond du Nouveau Mexique, après un voyage épuisant, Zimmer découvre une histoire rocambolesque, faite de disparitions, de morts, de suicides ratés et surtout il apprend l'incroyable projet réalisé par l'acteur, la création d'un studio de cinéma complet, avec acteurs, décors, costrumes et réalisation de 14 films que ne verront jamais le public ni les critiques. Il est prévu que dès Mann décédé, tout sera brûle et c'est ce qui se produit au grand dam de la femme venue le chercher, Alma, avec qui il vit une brève mais intense histoire d'amour.Ce qui m'a le plus intéressée dans ce livre, c'est la réflexion sur la création de l'oeuvre d'art, notamment cinématographique, son caractère forcément éphémère et ce qui la sous-tend. Egalement l'idée que réaliser une oeuvre n'implique pas forcément de la soumettre à un public.En revanche, l'idée finale (en une sorte de "chute") n'était pas obligatoire. Elle apporte trop d'explication à un faisceau d'événements compliqués qui touchent à l'onirisme et au fantastique par moments. Hebelin

hebelin
23/05/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.18 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition