Le maitre de the

INOUE-Y

livre le maitre de the
EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 12/02/03
LES NOTES :

à partir de
8,65 €

SYNOPSIS :

Nous sommes en 1591, en pleine révolution féodale, les Taiko, conseillers de l'empereur, travaillent à l'unification du Japon. Les hommes du thé, leurs maîtres à penser, préparent les cérémonies pour les aider à trouver l'apaisement zen. Rikyu, maître de la cérémonie du thé attaché au gouverneur se fait hara-kiri. Six ans après sa mort, le moine Honkakubo évoque la mémoire de son maître. Rikyu avait inventé le thé « simple », dépouillé de luxe. Pourquoi s'est-il donné la mort ? Qui le lui a commandé ? Dans son journal, Honkakubo évoque ses rencontres avec de grands maîtres du thé et note des conversation
imaginaires avec Rikyu par-delà la mort. Le rêve qui conclut le livre apporte finalement une réponse aux questions qu'il s'est posé pendant trente ans. Dans le Japon du seizième siècle, la Voie du thé est devenue un rituel. Les maîtres de cérémonie du thé sont des personnages importants, tour à tour protégés et rejetés par le pouvoir. Inoué rédigea ce livre à partir de manuscrits retrouvés et il laisse à penser que ces cérémonies étaient le lieu de négociations secrètes. Il détaille avec minutie et poésie chaque geste et chaque ustensile et nous introduit à un rituel de plus en plus pur.
5 personnes en parlent

Voici un roman qui ne pouvait que m'intéresser. Et pourtant....Je suis complètement passée à côté de la poésie de l'auteur qui ne fait que parler de dates, ce qui m'apparait inutile.De la cérémonie du thé en elle-même, Rikyu ne nous parle jamais, préférant s'attarder sur les personnes qui assistaient à ce moment-là à telle cérémonie, et pourquoi c'était important. Uniquement d'un point de vue politique, s'entend.Certes, Rikyu cherche à savoir pourquoi son maître s'est fait seppuku. Mais sa conclusion est bien fade.Et puis il passe son temps à se désespérer du fait que la cérémonie du thé ne sera plus jamais comme avant, en temps de guerre.Un auteur avec lequel je n'accroche pas, n'ayant pas aimé "Le fusil de chasse".L'image que je retiendrai :Une cérémonie du thé doit être simple et saine. Alex-Mot-à-Motshttp://motamots.canalblog.com

AlexMotaMots
30/05/13
 

Encore une fois, la quatrième de couverture de ce roman est bien mal faite.Elle laisse supposer qu’il s’agit d’un roman policier, alors qu’il n’en est rien, et on en est même très loin !Néanmoins, c’est tout de même une meilleure pioche que Soie de Barrico dont je vous parlais mardi.Clairement, c’est un livre pour passionnés de thé et du Japon.Il y a énormément de noms, de termes techniques, de références historiques qui me sont passés à côté, je dois bien l’avouer.Les notes de bas de page sont utiles et bien faites, elles permettent de se repérer, mais il m’a tout de même manqué une partie des informations.D’ordinaire, cela n’a pas beaucoup d’importance, et l’histoire principale suffit à mon bonheur de lectrice.Cette fois, cependant, c’est un peu dommageable car ce livre présente la philosophie de maitre Rikyu et le style simple et sain qu’il a développé pour la cérémonie du thé.En refermant ce livre, je n’ai toujours pas compris ce qui faisait de cette voie le summum de la dégustation du thé, et je le regrette.Certes, ce roman présente une méditation, une réflexion qui peut sans doute amener le lecteur à réfléchir par lui-même, mais je n’ai pas trouvé le chemin.

Estellecalim
27/05/13
 

Sen no Rikyû est la figure la plus mythique de la cérémonie du thé japonaise, et les plus grandes écoles actuelles de chanoyu sont celles créées par ses descendants. Les raisons qui ont poussé le seigneur Hideyoshi, l'un des trois grands réunificateurs du Japon, à exiger le suicide de Rikyû, qui était son maître de thé, sont restées mystérieuses et ont donné lieu à de nombreuses interprétations, plus ou moins fondées ou farfelues. Ce court roman tente d'élucider le mystère en ressuscitant les personnalités qui ont connu Rikyû. Le personnage principal, un moine qui aurait été le disciple du maître de thé, part à la rencontre de personnalités issues de diverses classes sociales, et qui ont un jour eu l'occasion de croiser le chemin de Rikyû. Chacun a évidemment sa pierre à apporter à l'enquête, sa propre vision des choses et de la personnalité du grand maître de thé. A travers cette tentative de dresser le portrait d'une figure à la fois mythique et méconnue, c'est aussi toute une époque et une atmosphère que l'auteur fait revivre avec ce texte très dense. Une vision originale d'une période charnière de l'histoire politique, culturelle et spirituelle du Japon.

murasaki
01/10/12
 

Livre superbe qui reprend la vie d'un des plus grands maîtres de thé japonais et qui a merveilleusement bien complété mes connaissances sur le cha-no-yu. Le narrateur évoque la vie de son maître désormais décédé et explique ainsi comment ce dernier en est venu à mourir. Pour cela, nous sommes plongés dans le Japon médiéval et ses règles très codifiées, tout comme le sont celles de la cérémonie du thé. J'ai particulièrement apprécié les passages concernant les ustensiles utilisés pour la cérémonie.

mycupoftea
10/09/12
 

C'est un roman qui s'intéresse à la vie tragique d'un des plus grands maîtres de thé du Japon, Rikyu Soeki (1522 - 1591). Ce dernier est un moine du bouddhisme zen. C'est une figure historique qui a réellement existé. Il a connu de très grands guerriers et a côtoyé les palais des plus célèbres seigneurs et samouraïs. Il a connu deux des trois plus grands unificateurs du Japon, Nobunaga Oda (1533 - 1582) et le fameux Taïko Toyotomi Hideyoshi. Ce dernier a été son protecteur mais aussi celui qui va provoquer son anéantissement. Ce texte ne déroge à la règle. Yasushi Inoué livre au lecteur son dernier roman historique. Il s'agit d'une enquête pour comprendre le destin du plus célèbre maître de thé du Japon. Mais à mon avis c'est surtout un roman prétexte pour dérouler devant les yeux du lecteur un Japon florissant du 17ème siècle au niveau des arts et des traditions. Avec l'essor des cérémonies du thé, on assiste aussi à l'apparition d'une céramique très ouvragée et finement décorée. Certains fours peuvent se visiter à Kyoto par exemple. C'est aussi la naissance de l'Ikébana, cet art floral aux règles bien particulières du Japon. Sans évoquer bien sûr une profusion extraordinaire de Haïkus. Yasushi Inoué atteint dans ce dernier roman l'apogée de son art: concision, euphémisation, condensation, écriture picturale. Je vous le recommande chaudement. Victoire

tran
27/04/12
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.21 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition