Le meurtre et autres nouvelles

STEINBECK, JOHN

livre le meurtre et autres nouvelles
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 08/01/09
LES NOTES :

à partir de
2,00 €

SYNOPSIS :

Quel secret cache la jolie Jelka derrière ses grands yeux noirs et son sourire toujours tendre et impassible ? Comment la frêle et maladive Emma s'y prend-elle pour obliger son mari à rester dans le droit chemin ? Qui est cette femme mystérieuse
qui veut acheter un serpent à sonnette ? Et Mama Torres, une veuve à la poigne de fer, qui voit son fils devenir un homme ? Dans un monde d'hommes, rude et impitoyable, quatre portraits de femmes fortes par l'auteur des Raisins de la colère.
2 personnes en parlent

Californie, bien loin de la frénésie industrielle qui sévit à San Francisco en ce début de siècle, des familles meurtries, ravagées tentent de vivre. Peter, Jim, Pépé et le docteur Philips, quatre portraits qui exhalent la sueur, la poussière et la terre. Quatre hommes qui vivent leur tourment, qui attendent l’espoir dans l’ombre de leur épouse, de leur mère, ou d’une femme de passage. Peter qui pense se libérer de son carcan grâce à la mort inopinée de sa femme. Pépé, qui voit son rêve de liberté et d’émancipation se briser en une soirée. Jim, qui pensait avoir trouvé en la belle Jelka, une épouse idéale et passionnée. Tous ces êtres reflètent la misère humaine, la désespérance, la fatalité ou la cruauté. Extraites du recueil La grande vallée, ces quatre nouvelles nous immergent dans la Californie de Steinbeck, dans cet état de labeur et de misère, dans cette écriture où les mots s’ensemencent pour récolter la vie de ces ouvriers, de ces terriens. Où chaque phrase met en exergue la terre, le bétail, le penchant de la nature humaine à provoquer et à rechercher le mal plutôt que le bien. On est loin des romans qui firent la légende de Steinbeck, mais les nouvelles sont intéressantes, mélangeant poésie de la prose et pénibilité de la vie. PM

Pasdel
06/06/13
 

Dans ce petit recueil, quatre nouvelles courtes, initialement publiées dans La grande vallée. Les deux premières évoquent le couple et l'ambivalence des sentiments conjugaux : adultère/jalousie, respect/trahison, domination/soumission. Dans le troisième récit, qui flirte avec le fantastique, on retrouve avec plaisir un clône du Doc (cf. Tendre jeudi et Rue de la Sardine). Une vieille femme semble prendre un plaisir malsain à contempler la souffrance animale. Mais quid des expériences sur "nos amies les bêtes", telles que les pratique ce biologiste !? Ambiance paysages de rêve et "cow-boy" embusqué dans la nature avec la quatrième nouvelle - j'ai survolé.La plume de Steinbeck me réjouit aussi bien dans ses nouvelles que dans ses romans, courts ou très étoffés ('La perle' et 'A l'Est d'Eden' m'avaient beaucoup plu). C'est toujours aussi agréable de retourner à Salinas en bord de mer, à Monterey, de retrouver son talent de conteur, ses intrigues, ses personnages si touchants et leurs interactions... Canel

Canel
31/01/16
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.08 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : MARCEL DUHAMEL

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition