Le meurtre de roger ackroyd

CHRISTIE, AGATHA

EDITEUR : EDITIONS DU MASQUE
DATE DE PARUTION : 21/03/07
LES NOTES :

à partir de
5,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Il y a tout juste un an mourait le mari de mrs ferrars. D'une gastrite aiguë. enfin, c'est ce qu'il semble. les symptômes de l'empoisonnement par l'arsenic ne sont-ils pas les mêmes ? hier, mrs ferrars est morte à son tour. une trop forte dose de véronal. suicide ? allons donc ! elle était encore jeune et très riche...
et puis, aujourd'hui, mr ackroyd a été assassiné. cette fois, le doute n'est pas permis. mais pourquoi ? bien sûr, mrs ferrars et mr ackroyd paraissaient fort bien s'entendre. Surtout depuis la mort du mari. mais de là à dire... non, ce n'est pas possible... l'incomparable hercule poirot entre alors en scène...
13 personnes en parlent

Livre lu en terminale, sur les conseils de ma prof de philo. J’ai trouvé assez facilement le meurtrier, mais l’astuce est vraiment géniale ! En revanche, côté intrigue et ambiance, ce n’est pas mon Agatha Christie préféré.En gros, un livre à lire pour son originalité, mais pas tellement pour l’histoire en elle-même.

un flyer
10/05/11

Quel plaisir que de lire les romans d’Agatha Christie. Une lecture agréable et reposante, idéale pour ce changer les idées.Nous voici plongé dans un petit village de la campagne anglaise victorienne, où un meurtre vient perturber l’équilibre de cette communauté paisible.L’histoire nous est contée par le Docteur Sheppard, ami du malheureux Roger Ackroyd. Il sera l’allié de notre célèbre détective Hercule Poirot pour résoudre cette affaire, détective qui était normalement en retraite pour cultiver des courges dans ce petit village !J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le personnage de Caroline, la sœur du Dr Sheppard. Une vieille fille qui ne résiste pas à répandre des commérages et d’apprendre aussi tous les potins du village. Les flatteries de Poirot ne feront qu’encourager sa curiosité ! http://labibliodenodrey.wordpress.com/

nodreytiti
20/12/10
 

Lors de mon dernier long voyage en solitaire en train j'avais envie d'une lecture "sûre", de quelque chose qui me plairait sans aucun doute, d'un titre un peu "doudou". En farfouillant dans ma liseuse j'ai trouvé ce grand classique d'Agatha Christie, considéré comme un de ses meilleurs (si ce n'est LE meilleur ?)... et je ne le connaissais pas encore ! Difficile de faire un podium des nombreux titres proposés par l'anglaise, ils me surprennent tous positivement, mais celui-ci est effectivement très bon et particulièrement bien mené !Tout se déroule dans un petit village de la campagne anglaise, dans une atmosphère assez fermée : tout le monde se connait, chacun semble avoir des liens avec tous les autres et surtout, tout le monde a de lourds secrets cachés. Le huis-clos c’est la spécialité d’Agatha Christie, et ça marche à tous les coups ! Prenez de nombreuses personnalités différentes, rassemblez-les et mélangez-les dans un espace confiné et vous voilà en présence de mini-intrigues qui se recoupent… et pourraient toutes avoir un lien avec le meurtre. Chaque figure devient alors le coupable idéal à un moment ou à un autre du récit, le lecteur s’amuse à les suspecter à tour de rôle et à découvrir chacun de leurs secrets… jusqu’aux dernières pages où toutes les pièces du puzzle s’imbriquent et où le nom du coupable apparaît en toute logique. Logique, oui, encore faut-il avoir l’esprit aussi affûté qu’Hercule Poirot ! Car même si tous les indices nous sont donnés dès le début, nous permettant de résoudre l’enquête aussi bien que le célèbre détective, je suis, pour ma part, complètement passée à côté et n’ai pas vu venir la chute ! Lorsqu’on lit les dernières pages on ne peut s’empêcher de lancer un « mais bien sûr ! » mais c’est tellement intelligemment mené que la surprise est quasi-totale (à part pour ceux qui ont un excellent esprit de déduction mais généralement, ce dénouement fait mouche).Les personnages sont donc nombreux et très différents les uns des autres, proposant ainsi une palette intéressante de figures. On pourrait avoir peur de s’y perdre mais Agatha Christie, en reine du polar, sait sans aucun problème nous les présenter de sorte qu’on ne les confonde pas et les ai bien en tête tout au long du récit. Un peu comme Jane Austen avec ses héros, Agatha choisit soigneusement quelques adjectifs pour les qualifier et nous les sert à chaque fois à la limite de la caricature.Roger Ackroyd, personnage central du texte auquel il donne son nom, est un riche industriel assassiné dans son propre salon alors qu’il s’apprêtait à épouser une veuve, s’étant elle-même suicidée quelques jours plus tôt pour échapper à un maître chanteur. De ce couple disparu précocement s’accrochent tous les autres personnages : la sœur, la nièce, le fils adoptif, la future bru, le secrétaire, les domestiques… et évidemment le Docteur Sheppard, narrateur unique de cette histoire, ce qui ajoute de l’intérêt au récit.En effet, habituellement c’est Hastings, le fidèle ami d’Hercule Poirot, qui nous raconte les enquêtes. Cette fois, le Capitaine étant en Amérique du Sud, c’est un habitant du coin et témoin direct de l’histoire qui va nous la transmettre, ajoutant au récit objectif, quelques-unes de ses réflexions. Il est bien vite rejoint dans son enquête par le détective belge qui, à la retraite, s’installe pour planter des courges à côté de la demeure du Docteur Sheppard et de Caroline, la sœur aînée de celui-ci, adepte des commérages et des enquêtes policières. Le narrateur va seconder Poirot dans l’enquête, nous apportant les éléments un par un, nous retransmettant les interrogatoires, dessinant des plans de pièce pour mieux se faire comprendre… bref, nous donnant toutes les pièces du puzzle. Malgré tout, le célèbre détective fait sa vie de son côté et multiplie les mystères, ce qui rend le lecteur aussi sceptique que Sheppard… que sait-il de plus que nous ?Malgré le côté dramatique des meurtres, il y a toujours beaucoup d’humour et un côté très « british » dans les romans d’Agatha Christie. Déjà formellement courts, les récits n’en paraissent qu’encore plus brefs tant ils sont fluides et agréables à parcourir. Les petits chapitres et les nombreux dialogues sont aussi là pour rythmer l’ensemble… on ne s’en lasse pas. On en vient à se demander comment l’auteure réussit à dire tant de choses, aussi brillamment, sur si peu de pages. Le lecteur reçoit beaucoup d’informations mais, grâce au talent d’Agatha Christie, il les assimile sans problème et en redemande ! Découverte au collège avec ses Dix petits nègres, Agatha Christie est une auteure entrée dans les classiques du monde du polar dont je ne me lasse pas et qui, je pense, peut encore plaire, quasi un siècle plus tard, aussi bien aux adolescents découvrant la littérature, qu’aux adultes habitués à la lecture. Indémodable et indétrônable !

DameMeli
20/11/14
 

Vous le savez peut-être, j'adore Agatha Christie. Découverte il y a environ 4 ans, c'est une des seuls auteurs pour laquelle je fais une exception et lis des romans policiers ! Une fois encore, j'ai beaucoup aimé son roman et suis très surprise par l'issue (une habitude ça, je crois que je ne devinerai jamais...). On découvre ici l'histoire par le docteur Sheppard, proche de la victime qui raconte tous les événements dans un journal. C'est ainsi que l'on fait la connaissance d'Hercule Poirot Avec Agatha Christie, le type de narration change souvent : externe, interne, omniscient... Hercule Poirot n'est pas présenté sous un très bon jour mais le connaissant, j'avais hâte de connaître l'issue de cette enquête. Issue qui, encore une fois, ne m'a pas déçue et m'a surprise du tout au tout. Je crois bien avoir envisagé cette option après les explications de Poirot mais pas sérieusement. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais ça m'a un peu fait peur, l'identité du tueur... et j'ai eu l'impression d'être flouée ! Agatha Christie sait décidément très bien jouer avec nos émotions, les manipuler afin qu'on ne soupçonne pas le coupable ! Admirable, je trouve. Les personnages sont très divers : cela va de la vieille veuve qui a des vues sur l'héritage, la sœur du docteur très curieuse, la jolie jeune fille éprise, le major timide et peu loquace etc. Et, surtout : Hercule Poirot. Détective très orgueilleux et qui fait beaucoup de mystère, faisant encore plus monter la pression Au bout d'un moment, le suspens est devenu intenable ! L'écriture de l'auteur prend donc le visage de celle du docteur Sheppard, un peu candide, parfois agacée, assez souvent ironique quant aux habitudes des anglais. Il s'agit d'une plume que j'aime beaucoup, et qui se prête à merveilles aux déductions de notre enquêteur à moustaches. Agatha Christie fait preuve d'une grande intelligence et prouve encore une fois à quel point elle est douée pour les romans policiers. Je dois dire qu'il ne s'agit pas de mon roman de cette auteur préféré (le crime de l'Orient-express conserve sa première place !) mais j'ai passé un très bon moment et ai été soufflée par l'identité du coupable. Ninon !

nilale
21/08/14
 

Un des meilleurs Agatha Christie pour moi avec une fin des plus fracassantes et ahurissantes. Je ne peux que le conseiller aux fans de la grande dame qui ne l'aurait pas lu et à ceux qui n'en ont jamais lu ! http://leslecturesdalisonk.blogspot.fr/

alison29
28/02/13
 

Agatha Christie est la reine du roman policier qu'on pourrait appeler « vieille école », ou Cluedo : un meurtre, souvent dans des milieux bourgeois ou aristocratiques, un détective dépêché sur les lieux et une résolution finale lors d'une réunion où tous les protagonistes écoutent le meneur de jeu présenter ses conclusions.Le meurtre de Roger Ackroyd n'échappe à ce schéma : Hercule Poirot, en retraite à King's Abott, est amené à élucider le meurtre de Roger Ackroyd, tué dans son bureau d'un coup de couteau dans le dos. Au fil de son enquête, il pousse chacun des protagonistes à dévoiler son secret, pour finalement pointer le doigt sur le coupable, qui ne peut plus se disculper.Car, comme le dit Poirot, tout le monde a quelque chose à cacher, des servantes au secrétaire particulier en passant par l'ami militaire. Et le coupable désigné, Ralph Patton, que tout accuse et qui ne se montre pas, sert d'alibi au détective belge pour questionner mine de rien les suspects. Bien entendu, les femmes jouent un rôle central dans cette affaire, les relations amoureuses (comme les questions d'héritage) étant une étape quasi-obligée de ce type d'ouvrage.Bon, la seule grosse originalité de cette aventure d'Hercule Poirot réside dans le choix du meurtrier, que je ne dévoilerai pas ici mais dont je pense beaucoup ont entendu parler. L'autre personnage intéressant est celui de Caroline, la sœur de docteur Sheppard, homme de confiance de Poirot le temps de cette enquête. Fouineuse, bavarde, elle n'a pas de plus grand plaisir que celui d'alimenter et de se tenir au courant des potins du village. Alors quand un meurtre doit être élucidé, elle tourne autour de Poirot pour tenter de glaner des informations.Le choix des intrigues d'Agatha Christie est néanmoins un peu suranné, et un roman de l'auteur de temps à autre est suffisant. Car même si elle glisse des réflexions amusantes sur les manies des continentaux à constamment toucher leurs connaissances ou des descriptions assez osées, l'ensemble reste assez convenu et sans grande folie. Bref, une lecture plaisante, pour la détente, mais qui ne casse pas trois pattes à un canard.

Yohan59
17/10/12
 

Écrit au tout début de sa carrière, Le meurtre de Roger Ackroyd laisse entrevoir le talent d'Agatha Christie à offrir au lecteur surprises et originalité dans ses récits. On y suit un Hercule Poirot assez brillant bien qu'un peu trop distant du narrateur dans la seconde moitié du roman, jusqu'au dénouement final et au clou du spectacle...Incontestablement à lire pour l'originalité de sa construction. Miss Alfie

MissAlfie
02/06/12
 

Je rêvais de relire Agatha Christie, dont j'ai dévoré pas mal de romans quand j'avais quinze, seize ans, j'empruntais des éditions de trois ou quatre titres à la bibliothèque et je buvais du petit lait, sans aucun discernement mais avec un maximum de plaisir. J'ai relu Dix petits nègres il y a quelques années, pour un travail scolaire, et cette fois, ça y est, je relis "pour le plaisir" avec ce septième roman de Dame Agatha, paru en anglais en 1926, le quatrième où apparaît Hercule Poirot. Il me semble avoir lu sur un forum un commentaire beaucoup trop complet, dont l'auteur révélait le coupable, ou alors je deviens maligne pour résoudre les énigmes : en tout cas, que j'aie bien retenu le commentaire ou que j'aie deviné très vite qui était le meurtrier, cela n'a gâché en rien mon plaisir (pardon, je me répète beaucoup avec ce mot). Je ne me souvenais pas qu'Agatha Christie a autant d'humour, du moins de l'humour anglais, très flegmatique et piquant. Page 10, le décor est planté : "King's Abbott, notre village, ressemble sans doute à beaucoup d'autres. Cranchester, la ville la plus proche, se trouve à douze kilomètres. Nous possédons une gare importante, un petit bureau de poste et deux magasins qui se font concurrence et où on trouve à peu près totu ce qu'on veut. Tous les hommes valides s'empressent de partir dès qu'ils sont en âge de le faire, mais nous ne manquons ni de vieilles filles ni d'officiers à la retraite. Quant à nos passe-temps et distractions favorites, un verbe suffira pour les décrire : cancaner." Page 30, un rapide portrait au vitriol atteste cet humour : "Je regrette d'avoir à l'admettre, mais je déteste Mrs Ackroyd. Cette femme est un fort déplaisant amalgame de colliers, de dents et d'os.Ses petits yeux blu pâle ont la dureté du silex et leur froideur calculatrice dément les paroles aimables qu'elle prodigue si vollontiers." J'adore cette ambiance, que l'on retrouve aussi chez Mary Wesley ou encore Barbara Pym. Quant à l'enquête, qui se déroule essentiellement dans la propriété de Roger Ackroyd, elle progresse à coups de questions, de précisions horaires, de personnages qui apparaissent ou disparaissent mystérieusement, de secrets plus ou moins bien dissimulés... comme les pièces d'un puzzle qui se mettent en place lentement jusqu'à ce que Hercule Poirot y mtte la touche finale. Certes, il y a parfois quelques questions un peutrop bien amenées par la police locale, quelques coïncidences bien précieuses pour notre détective à moustaches, mais quand même, ce Belge, avouez, c'est un as !! Et cette technique narrative, quelle bonne idée pour nous relater la découverte du crime et la résolution de l'énigme. Une lecture détente donc, un plaisir anglais que je n'ai pas boudé. A renouveler sans tarder, j'espère ! Anne

Anne7500
25/04/12
 

J'ai apprécié ce roman car l'intrigue est composée de nombreux rebondissements, si bien qu'on a du mal à cerner les personnages et à savoir qui est le coupable. Hercule Poirot apparaît dans ce roman comme un "jeune sénior" tout juste à la retraite et qui cultive ses courges dans un potager. J'ai bien aimé l'image de l'homme vieillissant mais encore vif d'esprit. Hercule Poirot vit anonymement à la campagne, il est appelé par la nièce de la victime. Tout au long de l'intrigue, il est accompagné du docteur du village. J'ai choisi ce roman car j'avais retenu le titre suite à la lecture du Hors Série Lire de Lire consacré à Agatha Christie. Je ne suis pas déçue, ce roman fera partie à présent de mes préférés d'Agatha Christie. Un conseil : ne pas lire la fin du livre avant d'y parvenir. J'avoue que j'ai été tentée mais j'ai resisté et heureusement car je crois que ça aurait un peu gâché la lecture du livre. Lilas

un flyer
25/11/11

J'ai lu récemment Les dix petits nègres et Le crime de l'Orient Express, je me rends compte qu'il va falloir que je fasse une pause avec cet auteur car mes avis sont de moins en moins positifs pour ne pas dire de plus en plus négatifs. Je vais commencer par ce que j'ai aimé :J'ai eu l'impression de me retrouver dans un jeu de Cluedo, avec le plan des pièces où se passe l'action, le hall, la salle de billard, la salle à manger, le bureau, le salon, j'ai trouvé cela plutôt amusant. J'ai beaucoup aimé la relation entre le Docteur Sheppard, qui aide Poirot dans son enquête, et sa sœur qui fouine partout pour obtenir des renseignements plus ou moins fiables. Ils sont plutôt amusants tous les deux. Ce que je n'ai pas aimé : C'est Poirot, il m'a drôlement énervée, il est imbu de lui même d'une façon très exagérée.C'est Poirot qui parle "Plus que jamais mon ami, mais cacher quelque chose à Hercule Poirot n'est pas si facile : il possède un flair de limier." p.99 "Elles observent, sans même en avoir conscience, une infinité de détails. Leur subconscient les rapproche, en tire des conclusions qu'elles appellent intuition. Moi, je connais les choses, voyez-vous. Je suis génial en psychologie." p.135 Evidemment on soupçonne tout le monde tour à tour jusqu'au dénouement final, fastoche, il est tellement fort ce Poirot !!!!!! Sandrine(SD49)

SD49
23/07/11
 

E comprend, maintenant que je l'ai lu, pourquoi ce roman d'Agatha Christie a fait autant d'adeptes ! C'est positivement l'un des meilleurs, au même titre que Dix Petits Nègres.On est pourtant, dès le départ, projeté dans un style commun à ses nombreuses énigmes, avec beaucoup de suspects, tout autant de mobiles et peu d'alibis. Roger Ackroyd, au soir d'un dîner auquel il a convié des membres de sa famille et plusieurs de ses amis, se fait lâchement assassiné dans son bureau. Il venait de recevoir une lettre dans laquelle la femme qu'il comptait épouser - et qui vient de se suicider - avoue le meurtre de son époux, et lui dévoile le nom de la personne qui la faisait chanter.Hercule Poirot lui-même ne tarde pas à faire son apparition dès le début du récit. Il est venu prendre sa "retraite" à King's Abbot, mais les meurtres et les mystères ne se décident pas à le laisser en paix ! Sur la demande de la nièce d'Ackroyd, Flora, il mène son enquête pour découvrir l'assassin, en compagnie du narrateur - le docteur Sheppard - médecin du village...http://tranchesdelivres.blogspot.com/2010/10/le-meurtre-de-roger-ackroyd.html

un flyer
22/05/11

Relire un petit Agatha Christie de temps en temps, cela ne fait pas de mal, surtout si c’est "Le meurtre de Roger Ackroyd," écrit en 1926, qui met en scène Hercule Poirot pour la troisième fois.Intrigue classique chez Agatha : un meurtre avec pléthore de suspects ayant tous un mobile et bien sûr un alibi. Ce drame mondain se passe évidemment dans la haute bourgeoisie de la campagne anglaise et les personnages sont les stéréotypes de l'univers d’Agatha Christie.Le narrateur est le Docteur Sheppard, le médecin du village. C’est lui qui est informé du meurtre par un coup de téléphone et qui découvre le cadavre. Poirot va lui demander de l’aider à mener l’enquête. La sœur du Docteur Sheppard, Caroline une vieille fille qui est experte pour découvrir et répandre tous les potins du village, mène son enquête de son côté. Ne serait-elle pas le prototype de Miss Marpple dont les premières aventures parurent en 1930 ?Ce roman est à mon avis le meilleur d’Agatha Christie. Roman écrit à la première personne dans lequel elle utilise un subterfuge narratif pour tromper le lecteur en dissimulant l’auteur du crime derrière le ……. Mais, est-ce que je peux le dire ? Je crois que oui, car ce roman est un tel classique que le secret est largement éventé. L’assassin est donc le narrateur. Ce procédé a d’ailleurs valu beaucoup de critiques à Agatha Christie de la part de ses pairs qui voyaient là une trahison par rapport aux principes du roman policier.C’est le genre de roman (comme "Dix petits nègres") qu’on relit toujours avec plaisir, même si on connait le fin mot de l’histoire.

Ludeca
08/06/11
 

Un grand classique

samy20002000fr
27/11/08

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.12 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : FRANCOISE JAMOUL

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition