Le miroir de ses reves

DONALDSON, STEPHEN R.

livre le miroir de ses reves
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 06/01/05
LES NOTES :

à partir de
9,70 €

SYNOPSIS :

Térisa Morgan existe-t-elle vraiment ? Elle n'a personne, ni ami ni famille pour le lui confirmer, seulement un indicible sentiment de futilité et de transparence. Le soir venu, elle erre seule dans son grand appartement new-yorkais dont elle a tapissé les murs de miroirs, vaines preuves de sa présence. Aussi, quand Géraden fait irruption par enchantement au beau milieu de son salon et l'implore de le suivre pour sauver son monde, Mordant, Térisa obtempère : jamais
personne ne lui avait témoigné tant d'intérêt. Plongée dans un univers qui dépasse l'entendement - un monde où des magiciens peuvent invoquer des dragons à travers les miroirs, où des princesses aspirent à prendre le pouvoir, où des royaumes se font la guerre -, Térisa, promise à un destin hors du commun qui l'amènera dans les plus hautes sphères du pouvoir et de la magie, va peu à peu découvrir qui elle est vraiment et ce dont elle est capable.
2 personnes en parlent

1er tome du cycle : L’appel de Mordant « L’histoire de Térisa et de Géraden commence à la manière d’un conte. Elle était princesse en une haute tour. Il était le héros venu la délivrer. Elle était fille unique de la richesse et du pouvoir. Il était le septième fils du Seigneur du Septième Fief. Elle était belle, depuis la couronne de cheveux auburn qui auréolait son visage jusqu’à la pointe de ses pieds menus d’ivoirine. Il avait beau visage et grand courage. Un enchantement tenait prisonnière la belle. Le briseur d’enchantement était sans peur. Comme dans tous les contes, ils étaient faits l’un pour l’autre. Par grand dommage, leurs vies n’étaient pas si simples. Pour preuve, la haute tour était un luxueux immeuble d’habitation sur Madison Avenue, à quelques rues de Central Park.» Ah le beau prologue que voilà, comme il nous met l’eau à la bouche. Hélas, le développement ne suit pas ce même chemin. Térisa, de nos jours, doute de sa réalité. Elevée comme quantité négligeable, elle a sans cesse besoin de se voir pour s’assurer de son existence : son appartement est donc entièrement tapissé de miroirs, du sol au plafond. Surgit un jour de l’intérieur d’un de ses miroirs Géraden, qui l’emmène avec lui dans son monde, la prenant pour le Champion qui va mettre fin à leur guerre. Seulement sur place, son existence va continuer à être mise en doute : est-elle une création de l’Imagerie, science magique qui est la solution de défense du Royaume, ou avait-elle réellement une existence avant le miroir ? Et partant, peut-elle leur apporter une quelconque aide ? Son habitude de vie soumise et incolore va prendre du temps à se modifier. Courtisée, crainte, manipulée, traitée comme secondaire, tiraillée de toutes parts, notre héroïne se perd en atermoiements, et doute d’elle plus que jamais. En attendant, la guerre continue, et de mystérieuses bestioles sont translatées à travers les miroirs courbes, semant la terreur… Je ne sais pas trop si je vais poursuivre ce cycle de Mordant avec les deux autres tomes, en fait mon cœur balance. D’un côté, il y a une intrigue attachante, avec un Roi dont on pressent la ruse derrière une inaction apparente, un Adepte Havelock qui n’est pas sans faire penser à Ombre de Robin Hobb, et une héroïne qui va certainement finir par se décoincer à un moment. Mais dans ce tome, quelle plaie de la suivre ! Plus nunuche tu meurs, et ça gâche quand même considérablement le plaisir. Qui, par ailleurs, est quand même présent, dans un univers classiquement médiéval, en plein hiver rigoureux. J’hésite, donc. Sylvie Sagnes

SagnesSy
07/09/12
 

Premier tome de ce cycle et premier roman que je lis de cet auteur, le début est très déstabilisant. L'action y est quasi-inexistante et très lente à démarrer.Pourtant, j'ai assez accroché au principe des miroirs qu servent de base à la magie. Ils permettent aux Imageurs de matérialiser leur contenu dans le monde réel.Les complots de ce monde forcent un apprenti à franchir un de ses miroirs pour rapporter un champion devant sauver le royaume.Sauf, qu'au lieu de champion, il rapporte une jeune femme frêle et maladroite venue tout droit de New York.Arrachée à un monde auquel de toute façon elle n'appartenant pas vraiment, elle devra se frayer un chemin à travers les intrigues et les jeux de pouvoirs avec pour principaux alliés un apprenti catastrophique et une femme de chambre ambitieuse.Je pense que ce tome sert d'introduction, un peu trop longue à mon goût, à la trilogie. L'auteur met en places les personnages et intrigues forts nombreuses.Pourtant fortement plébiscité, cet auteur est assez difficile à appréhender.Contrairement à beaucoup d'autres auteurs de fantasy, dont Tolkien, ce ne sont pas ses vastes descriptions qui rendent la lecture ardue, mais ses très longs dialogues lourds de sens.C'est assez dommage, car à part l’héroïne assez gnangnan au début, les personnages sont criant de vérité.Au final, c'est une découverte intéressante mais pas un coup de cœurMon plus gros reproche concernerait l'édition. L'édition Pocket est à fuir comme la peste tant le livre est illisible. Chaque page contient 53 lignes !!! Pour comparaison, cette édition compte 352 pages contre 636 pour l'éditeur Folio SF pour le même contenu.

SkarnSha
03/06/12
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.32 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : VALERIE DAYRE

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition