Le miroir qui revient

ROBBE-GRILLET A

livre le miroir qui revient
EDITEUR : MINUIT
DATE DE PARUTION : 01/01/85
LES NOTES :

à partir de
24,00 €

SYNOPSIS :

Ce livre d'alain robbe-grillet est fort différent de tout ce qu'il a publié jusqu'ici. Sans doute parce que ce n'est pas un roman. mais, est-ce vraiment une autobiographie ? on sait que le langage du roman n'est pas celui que l'écrivain utilise pour la communication courante. comme c'est ici l'homme robbe-grillet qui parle (de lui-même romancier, de lui-même enfant, etc. ), son écriture paraîtra certes moins austère, moins " difficile ", que ce à quoi il nous a habitués. pourtant, le tissage aventureux,
des fragments empruntés aux terreurs ou plaisirs érotiques du petit garçon, à la pittoresque chronique du clan familial, aux chocs causés par la guerre ou par la découverte de l'horreur nazie dans ce milieu d'extrême droite, tout cet entrelacement de petits riens, d'imagerie douce, de lacunes et d'événements trop immenses, amènera plus d'une fois le lecteur, comme malgré lui, à identifier le fonctionnement incertain de sa propre existence à celui, justement, de toute la littérature moderne.
2 personnes en parlent

Comme un point d’orgue à son œuvre, Alain Robbe-Grillet livre ici un ouvrage où il revient sur son enfance, sa famille, son parcours, sa vie, ses écrits (même s’il a rédigé d’autres livres après celui-ci) développant son style singulier, décortiquant ses romans (la jalousie, le voyeur) où il dit « avoir parfois tendu des pièges au lecteur ».Ce n’est pas à proprement parler une autobiographie car une part de fiction se mêle au contenu mais il intègre bon nombre de souvenirs personnels, revenant sur ses premiers pas, expliquant comment l’écriture s’est imposée à lui.Commencé en 1976, poursuivi en 1983, cette « fiction autobiographique » apporte un éclairage nouveau sur cet homme et le mouvement littéraire qu’il a porté, appelé « Nouveau roman », sur ses « fantasmes », ses peurs, ses errances ….Qu’ils sont torturés ces artistes ! L’écriture est ici comme une peinture magistrale avec ses trompe l’œil (Henri de Corinthes a une part prépondérante dans les pages et on s’interroge sur la véracité des faits évoqués (l’auteur parle lui-même d’approximations)), ses vérités ; ses couleurs plus ou moins vives, ses traits plus ou moins fins …. mais la conclusion est la même : quel tableau ! ou plutôt quel livre !!!!

Cassiopea
05/01/14
 

Un livre que j’ai trouvé tout à fait passionnant. Robbe-Grillet montre ici qu’il est un grand penseur, il s’attache à resituer son oeuvre dans une démarche que la critique n’a pas toujours comprise, dans un style qui oscille entre l’humour et la réflexion existentielle. Pleinement conscient de l’échec auquel est vouée l’entreprise autobiographique, il joue sur l’évocation des souvenirs, n’hésite pas à les recomposer en y insérant une bonne dose de fiction, notamment avec l’évocation du personnage d’Henri de Corinthe, mystérieux ami de son père dont il ne garde que des images floues mais dont le spectre hante le récit, jusqu’à l’amener aux limites du fantastique.Un résumé ainsi qu'un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
25/05/09
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.22 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition