Le monde sans les enfants et autres histoires

CLAUDEL, PHILIPPE

EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 11/10/06
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Les enfants aujourd'hui ne s'en laissent pas conter, mais ce sont néanmoins des enfants, avec leurs angoisses, leur naïveté, leurs interrogations, leurs espoirs. Ces histoires, souvent cocasses et drôles, leur ouvrent une fenêtre poétique et parfois philosophique sur le monde. Au fil des pages, on croise des fées maladroites, des balayeuses de soucis, des chasseurs de cauchemars, des fillettes qui inventent des vaccins pour rendre les gens heureux, et d'autres personnages pleins de tendresse. Toujours avec pudeur et émotion, Philippe Claudel aborde, grâce à eux, des
sujets graves ou tabous, comme la maltraitance, la maladie, la guerre, la mort, la différence, mais aussi tout simplement ces petites peurs ou ces complexes que l'on doit vaincre pour devenir grand. Ces histoires à partager en famille sont une invitation au dialogue, au débat avec les adultes une fois le livre refermé car les grandes personnes oublient trop facilement les enfants qu'elles ont été, et leur responsabilité à l'égard des générations à venir. De superbes illustrations de Pierre Koppe accompagnent ce livre touchant et poétique, pour petits et grands.
4 personnes en parlent

Une jolie lecture que ces nouvelles, pleines de poésie et d'humour, parfois un peu tristes ou amères, mais toutes empreintes d'une grande tendresse avec à chaque fois sujet à réflexion ou discussion (dont certains tout à fait d'actualité : guerre, pauvreté, violence psychologique...). Je me suis régalée de ces courtes histoires, et j'ai eu la joie de retrouver Philippe Claudel, auteur que j'aime énormément (et qui confirme bien son talent : ces nouvelles sont très éloignées des livres qu'on lui connaît : La petite fille de Monsieur Linh, Les âmes grises, Le rapport de Brodeck, mais le style comme toujours est parfait, et beau. Ses histoires regorgent de métaphores, d'allitérations et de rimes ou jeux de mots, et bien que le vocabulaire reste simple et à la portée des enfants, on le sent choisi avec tout le soin et le talent de l'auteur). Les illustrations, telles des dessins naïfs d'enfants, participent à la beauté de l'ensemble.Suite sur Les lectures de Lili Liliba

liliba
22/12/09
 

Une lecture pleine de poésie et parfois un peu surréaliste. Les nouvelles m'ont parfois un peu déroutée au début. Puis je me suis laissée guider vers cet ailleurs en me plongeant dans les illustrations. Finalement, Pourquoi pas ... Médiathèques du Mélantois

Ce livre est un recueil d'histoires. D'histoires pour enfants, qui sont plus adultes qu'on ne peut le penser. D'histoires pour adultes, qui sont, au fond, encore des enfants.« le problème, voyez-vous, c’est que quand on est grand, on oublie, on oublie presque tout, et on oublie surtout qu’on a été enfant » Il y en a des légères comme celle où des petits enfants réclament une histoire à leur grand-père (Les histoires) ou celle de la fée « has-been » (Le dur métier de fée). Des poétiques comme Papa, raconte-moi le monde (j’ai beaucoup aimé cette histoire où un papa répond aux questions de son enfant, « Dis Papa c’est quoi le monde ? », « Dis Papa c’est quoi le fleurs ? », etc.) ou Jaimé ou Les mois de mai. Des toutes folles comme celle où Philippe Claudel a inventé des nouveaux mots : « Glupe, puisque vous chalamosse, Monsieur le Commumuche, je vais tout vous poupouter ! » (Dégougouillez-moi bien !) Des moins légères, voire même sérieuses, très sérieuses comme l'histoire de Wahid qui n’ « habite pas très loin de chez toi, dans une grande ville qui s’appelle Bagdad » et qui comme nous doit faire attention quand il traverse une rue aux voitures, enfin « celles qui sont arrêtées, immobiles, avec personne dedans, parce que de celles-là, il y en a tous les jours qui explosent, sans prévenir. » (Le petit voisin)"Le garçon qui entrait dans les livres" : Ce garçon, c’est Lucas, « malingre et binoclard », que ses copains d’école embêtent et que sa famille n’aime pas. Sa vie a changé le jour où sa maîtresse lui a tendu un livre en lui disant : « Tiens, avait-elle dit, tu ne seras plus jamais seul. » « Lucas l’avait pris, ouvert, avait lu le premier mot, la première phrase et soudain, pffffttttt, il avait été comme aspiré ! Il était entré dans le livre, d’un coup, comme s’il avait plongé sur un toboggan qui n’en finissait pas. » Depuis il se réfugie dans les livres et tout disparaît autour de lui. C’est plein de sagesse, d’espièglerie, de fantaisie, d’humour et de tendresse. aSylvie Sagnes

SagnesSy
11/10/12
 

La quatrième couverture en dit long, résume énormément ce que l’on ressent en lisant ce livre. C’est une bouffée d’air frais, une respiration, un sourire. En lisant ces contes, je me suis parfois retrouvée avec un sourire niais et innocent sur mes lèvres. Comme si je retombais en enfance. Cependant, des thèmes graves sont de tout même abordés mais ils sont décrits avec la même tendresse que l’on emploierait pour parler de ces choses-là à des enfants. Ce livre est réellement un plaisir.

un flyer
12/10/10

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.32 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition